in , , , ,

Père Franciszek Blachnicki victime d’un crime communiste

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La mort du père Franciszek Blachnicki le 27 février 1987 est un crime communiste, dont le résultat démontre un empoisonnement via des substances toxiques et mortelles.

C’est ce qu’ont démontré les procès menés en Pologne, en Allemagne, en Autriche et en Hongrie par la Commission de poursuite des crimes contre la nation polonaise de Katowice.

L’Institut de la mémoire nationale a annoncé les résultats de l’enquête lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 14 mars en présence du ministre de la justice et procureur général, Zbigniew Ziobro, du président de l’Institut de la mémoire nationale, Karol Nawrocki, et du procureur général adjoint et directeur de la Commission principale de poursuite des crimes contre la nation polonaise, Andrzej Pozorski.

« Les activités du procès menées sous la supervision de la Commission principale pour la poursuite des crimes contre les Polonais ont été caractérisées par un degré élevé de difficulté en raison du temps considérable écoulé depuis la date de l’acte, de la nécessité d’obtenir des preuves étendues à l’extérieur du pays et de la nécessité de résoudre des questions importantes nécessitant les connaissances d’experts de diverses spécialisations« , a noté le site Web de l’IPN.

Dans le cadre de l’enquête, le corps du père Franciszek Blachnicki a été exhumé de la crypte de l’église paroissiale de Kroscienko. Par la suite, le procureur a ordonné un certain nombre d’examens par des experts en anthropologie, génétique, toxicologie, médecine légale et analyse médicale.

L’autopsie médico-légale du corps de la victime, combinée à des examens spécialisés, a été réalisée par des experts de centres scientifiques réputés, notamment l’Institut d’expertise médico-légale Jan Sehn de Cracovie, l’Université médicale de Poméranie à Szczecin et l’Université médicale de Silésie à Katowice.

« Dans le cadre de l’enquête, des personnes qui avaient connaissance de l’incident, mais n’avaient pas encore témoigné, ont également été interrogées en tant que témoins, y compris des personnes résidant de manière permanente en dehors de la Pologne.

Le procureur de l’IPN a pris part à ces activités, qui ont été menées dans le cadre de l’assistance juridique internationale en Allemagne par le tribunal et les unités de police responsables du lieu de résidence de ces personnes, dans chaque cas« , ajoute la déclaration.

En dehors de la Pologne, des traces médico-légales ont également été récupérées, qui ont ensuite été remises pour des recherches plus approfondies dans le pays. Des preuves significatives ont également été obtenues grâce à de nouvelles recherches dans les archives, tant en Pologne, également en dehors des archives de l’IPN, qu’en Autriche et en Hongrie, dans le cadre de l’ordre d’enquête européen.

Les activités du procès ont été très étendues. Le procureur les a menées personnellement, certaines avec la participation d’officiers de police du quartier général de la police provinciale de Katowice. Les autorités ecclésiastiques ont également apporté une aide importante dans cette affaire.

Le père Franciszek Blachnicki est l’un des représentants les plus éminents du clergé catholique polonais pendant la période communiste. Il est né le 24 mars 1921 à Rybnik. Avant le début de la Seconde Guerre mondiale, il participe activement au mouvement scout polonais. En septembre 1939, en tant que cadet de l’armée polonaise, il a participé à la guerre défensive. Pendant l’occupation allemande, il a mené des activités de conspirateur en Haute-Silésie.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est entré au grand séminaire de Cracovie et a été ordonné prêtre en 1950. L’œuvre la plus importante et la plus dynamique de la vie du père Franciszek Blachnicki a été le mouvement Oasis World-Life, auquel environ 2 millions de personnes ont participé entre 1964 et 1989.

Il a été réprimé par les autorités communistes en Pologne. Depuis les années 1950 jusqu’à sa mort soudaine en 1987, il a fait l’objet d’un harcèlement et d’une surveillance visant à limiter l’étendue de son influence sur la société polonaise, en particulier sur les jeunes.

Il est condamné à une peine d’emprisonnement en 1961 et, après l’instauration de la loi martiale en Pologne, alors qu’il est resté en exil en Allemagne, le parquet militaire prend une décision d’arrestation temporaire et ordonne une perquisition par le biais d’un avis de recherche, accusant le prêtre d' »activités préjudiciables aux intérêts de la République populaire de Pologne« .

En exil à Calsberg, le père Franciszek Blachnicki a fondé l’Institut de l’Immaculée Mère de l’Église, le Centre « Marianum » et le « Service chrétien pour la libération des nations« . Il a également développé des initiatives liées aux activités du Mouvement Light-Life.

À lire aussi | Les journalistes catholiques sont appelés à dire la Vérité

Le département I du ministère de l’intérieur de la République populaire de Pologne a placé des agents parmi les plus proches collaborateurs du père Franciszek Blachnicki à Calsberg, y compris sous les pseudonymes « Yon » et « Panna« , qui ont effectué des tâches de renseignement offensives au profit du service de renseignement de la République populaire de Pologne en Allemagne, qui consistaient, entre autres, à surveiller étroitement le prêtre et à entreprendre des actions visant à détruire ses entreprises.

Cet article a été publié originellement par Ekai (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire