in , , , ,

Processus synodal : L’instauration d’une nouvelle Église ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’un des pires hymnes contemporains nous invite à « chanter une nouvelle Église« . Elle enseigne un orgueil pseudo-chrétien contraire à l’Évangile. Le Dieu trois fois saint est le souverain seigneur de l’Église, nous ne sommes pas les seigneurs de l’Église, quelle que soit notre position dans une communion hiérarchique de disciples.

Le Christ a donné à l’Église sa forme constitutive, l’Esprit Saint a inspiré les écritures de l’Église et le développement de sa doctrine, le Christ et l’Esprit nous conduisent au Père. Nous ne créons pas notre propre feuille de route pour ce voyage, et lorsque nous le faisons (comme St Paul l’a expliqué aux Romains pendant 16 chapitres), nous nous dirigeons vers de sérieux problèmes.

Pourtant, l’idée que le catholicisme est « à nous » de le refaçonner en quelque chose de nouveau a imprégné le « processus synodal » dans l’ensemble de l’Église mondiale. Elle a également dominé le « chemin synodal » allemand, qui semble de plus en plus être le döppelganger du Synode mondial – ou peut-être son cheval de bataille.

Le fait que l’Église ait une « constitution » qui lui a été donnée par le Christ n’est pas affirmé avec force dans l’Instrumentum Laboris du Synode 2023 (son document de travail). Pire encore, les « feuilles de travail » annexées à l’IL, qui pré-structurent les discussions du Synode d’une manière qui semble incompatible avec l’appel du Pape François à la parrhesia (« parler librement« ), brouillent les eaux ecclésiales en posant sur la table synodale des questions auxquelles le magistère de l’Église a déjà donné des réponses définitives. Ainsi, l' »Assemblée synodale » est invitée par l’IL et ses fiches de travail à parler d’une nouvelle Église – mais seulement en parlant librement des questions que le Secrétariat général du Synode, qui a préparé l’IL, juge urgentes et appropriées.

Ce n’est pas la ligne officielle, bien sûr. En présentant l’IL, le cardinal Jean-Claude Hollerich, SJ, rapporteur général du Synode 2023, a déclaré que l’objectif du Synode n’était pas de modifier l’enseignement catholique, mais d' »écouter« . Ce à quoi il faut répondre :

« Écouter dans quel but » ?

Le cardinal luxembourgeois suggère-t-il que certaines questions chères aux progressistes catholiques, les femmes ordonnées diacres, l’ordination d’hommes mariés (viri probati) comme prêtres, la Sainte Communion pour les personnes mariées en dehors de l’Église, l’enseignement moral catholique, en particulier en ce qui concerne la sexualité, l’exercice de l’autorité au sein des paroisses et des diocèses, le changement climatique et ses implications pour la vie ecclésiale, n’ont pas été discutées et agitées à l’infini (et dans certains cas ad nauseam) depuis des décennies ?

Quel est l’intérêt de remettre tout cela sur le tapis ? Si la suggestion est que les questions réglées sont en fait non réglées, alors l’appel à « l’écoute » est soit une très mauvaise théologie, soit malhonnête (et ne peut que contribuer à accroître la colère des catholiques progressistes lorsque l’immuable n’est pas changé parce qu’il ne peut pas l’être).

En tant qu’auteur de Evangelical Catholicism : Deep Reform in the 21st-Century Church, je suis totalement engagé en faveur d’une Église en mission permanente dans laquelle les catholiques s’approprient la Grande Commission qu’ils ont reçue le jour de leur baptême :

« Allez et faites de toutes les nations des disciples » (Matthieu 28, 19).

Je suis en outre convaincu que l’un des chevaux de bataille de l’IL, le « cléricalisme« , est en effet un obstacle qui empêche de relever les défis de la nouvelle évangélisation, si l’on entend par cléricalisme un leadership autocratique. Ayant écrit plus de 1 500 articles dans la presse catholique au fil des décennies, je soutiens pleinement une Église « à l’écoute« , dont les dirigeants ordonnés prennent au sérieux l’apport des laïcs.

À lire aussi :

Je crois également que lorsque les catholiques disent « c’est notre Église et nous devons la reprendre« , ils commettent une grave erreur. Car l’Église est l’Église du Christ, son corps mystique (comme l’a enseigné Pie XII), appelée à apporter sa lumière à toutes les nations (comme l’a enseigné Vatican II dans sa Constitution dogmatique sur l’Église), et à le faire avec « la joie de l’Évangile » (comme l’a dit le pape François dans sa première exhortation apostolique).

Nous n’allons pas chanter ou parler d’une manière ou d’une autre d' »une nouvelle Église en train de naître« . Telle doit être la prémisse guidant le « processus synodal » mondial qui doit culminer à Rome en octobre 2023 et octobre 2024, si l’on veut que ces exercices portent des fruits évangéliques et spirituels.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Saint Benoît, dernier fruit de l'Antiquité et germe de la civilisation chrétienne

Saint Benoît, dernier fruit de l’Antiquité et germe de la civilisation chrétienne

Évêque suisse : L'église "synodale" est un rejet "protestantisé" de la foi catholique

Évêque suisse : L’église « synodale » est un rejet « protestantisé » de la foi catholique