in , , , , ,

Évêque suisse : L’église « synodale » est un rejet « protestantisé » de la foi catholique

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’évêque Marian Eleganti a averti que s’éloigner de la foi est « voué à l’échec » et a blâmé les théologiens dissidents qui poussent à la création d’une « église protestante et infructueuse qui se conforme à l’esprit du temps ».

Pour le philosophe des religions et prêtre Romano Guardini, la tradition était la richesse de la connaissance de la multitude qui nous a précédés dans la foi. Leur connaissance de la foi, qui est entrée dans la tradition de foi de l’Église en ce qui concerne de nombreuses questions qui nous préoccupent encore aujourd’hui, s’avère supérieure à celle d’une seule personne, d’une seule génération ou d’une seule époque, en tant qu’expérience et connaissance de la foi issues d’une longue histoire.

C’est pourquoi l’Église voit davantage en diachronie (à travers les âges) qu’en synchronie (aujourd’hui seulement). Pourquoi ? Parce que l’objet qu’il s’agit de saisir – Jésus-Christ ou Dieu – présuppose un sujet qui, selon Guardini, réunit toutes les possibilités de l’expérience et de la connaissance humaines, une communauté de connaissance qui s’étend à travers toute l’histoire et rassemble le produit des différentes époques en une tradition.

Cette communauté de foi diachronique voit plus. En ce sens, la tradition de foi de l’Église est toujours supérieure à celle de chaque époque. Cela vaut également pour notre époque. C’est pourquoi les papes se sont toujours référés à leurs prédécesseurs et à l’enseignement de l’Église jusqu’à présent, afin de l’actualiser pour notre époque et de l’interpréter toujours plus profondément, sans jamais le contredire ou le déclarer irrecevable. Guardini voit ici également l’importance du dogme, de la liturgie et du droit pour une « sociologie de la connaissance, de l’action et de l’être catholiques« . Guardini les appelle les trois « lois de construction » de l’Église.

Il y a donc une forme d’hubris et d’auto-illusion lorsqu’une époque veut réinventer l’Eglise et sa doctrine comme la roue sur de nombreuses questions essentielles de notre temps, comme le mariage ou le sacerdoce (pour ne citer que deux domaines). Comme le dit le proverbe, on ne peut pas la réinventer. Et même les nouvelles théories des sciences humaines, qui sont toujours valables jusqu’à ce qu’elles soient falsifiées, n’obligent pas à cet égard l’Église à réviser les vérités de foi révélées.

S’en écarter est voué à l’échec, et les générations futures le constateront. Mon affirmation n’a absolument rien à voir avec le traditionalisme, car je ne suis pas un traditionaliste, mais un défenseur de la tradition (Traditionis Custos). Selon « Traditionis Custodes« , c’est la tâche de chaque évêque. Il s’agit donc de ce qui a toujours été cru, partout et par tous (Vincent de Lérins) : le trésor de la foi de l’Église (ce qu’on appelle le Depositum Fidei), que nous ne devons pas abandonner.

C’est un trésor pour chaque génération, un bénéfice pour toute l’humanité. Le trésor de la foi de l’Église, et non les processus, est irréversible. Si une réforme de l’Église propagée s’en éloigne, elle échouera, non sans avoir auparavant provoqué beaucoup de troubles et de chaos, et des divisions. La foi de l’Église de tous les temps reste le fondement de l’unité. Et tous ceux qui ont perdu cette dernière s’en sont éloignés et l’ont abandonnée dans des processus révolutionnaires (cf. Réforme).

Je constate simplement que depuis les années 70, les rénovateurs veulent la même chose : des décisions démocratiques à la majorité pour les nominations d’évêques et les questions de doctrine (codécision) ; des prêtres mariés (abolition du célibat) ; une révision de la pratique sacramentelle en ce qui concerne l’indissolubilité du mariage (sainteté du mariage). communion pour les divorcés remariés ; remariage) ; la relativisation de la différence de nature entre le sacerdoce sacramentel et le sacerdoce universel des baptisés (hiérarchie plate ; fonctionnalisation du ministère) ; le sacerdoce féminin ou l’accès des femmes à tous les ministères ; une révision de la morale sexuelle en ce qui concerne la contraception ; la procréation ; la révision de la condamnation des actes homosexuels ou intrinsèquement mauvais (le soi-disant « mariage gay »).

S’y ajoutent aujourd’hui la dissolution de la normativité de l’hétérosexualité ; le transgenre et le polyamour. La relativisation de la signification universelle de Jésus-Christ en tant que seul médiateur entre Dieu et les hommes a été propagée dès mes premiers séminaires d’études ; la relativisation du baptême et la pluralité des religions en tant que voies équivalentes vers Dieu en sont une conséquence et ne sont pas non plus nouvelles. Cette liste ne prétend pas être exhaustive.

Pour l’essentiel, elle est la même depuis des décennies. En tout cas, je connais ces exigences depuis ma jeunesse et j’ai maintenant 68 ans. Elles sont toutefois enveloppées dans une sémantique toujours différente et raffinée. C’est un énorme travail de paroles et de processus dirigés pour pouvoir enfin mettre en œuvre les mêmes exigences et produire une Église protestante, sans succès et conforme à l’esprit du temps, comme on le souhaite.Appelons-la de manière un peu polémique la synodale.

Car tout cela a aussi quelque chose de juste. Mais ce n’est pas de cela qu’il s’agit. J’ai encore entendu à Innsbruck, à la fin des années 1970, des cours sur les quatre attributs de l’Église : una, sancta, cattolica et apostolica ( Une, Sainte, Catholique et Apostolique). La synodale, au sein de laquelle tout doit être fluide et discutable, donc ouvert et inclusif vis-à-vis des dissidents, divers et égal, n’a pas encore été mentionnée dans la confession de foi de l’Église.

Ce que l’on oublie :

De tout temps, l’enseignement et la morale de l’Église ont également signifié « exclusivité » ou « exclusion » : Les erreurs ont été exclues et condamnées, les péchés n’ont jamais été approuvés, mais appelés par leur nom, ce qui est moralement faux n’a pas été approuvé, mais condamné, l’ordre de la création n’a pas été dissous, mais maintenu, l’hérésie n’a pas été déclarée (nouvelle) vérité, mais rejetée.

C’était encore une époque ! L’Église a lutté : pour la vérité ! Cette dernière fait des martyrs.

Ce qui me bouleverse et m’étonne, c’est la perfidie, la roublardise et l’intelligence avec lesquelles les nouveaux postulats sont mis en œuvre et déguisés dans le langage. J’ai toujours considéré les théologiens comme les plus grands et les plus doués parmi les sophistes. Ce phénomène me fait toujours penser à l’Antéchrist qui, chez Soloviev, se montre très amical et inclusif, n’offense les sentiments de personne ; laisse à chacun son opinion ; ne condamne personne ; fraternise avec tous ; ne fait qu’élaguer la foi de la prétention à l’absolu et à l’exclusivité de Jésus-Christ et est donc radicalement inclusif, ami de la diversité et de l’égalité, fraternisation de tous. Seulement, il faut le reconnaître. Il n’y a pas d’autre solution. Sur ce point, il ne connaît pas de compromis.

Depuis des années, l’Eglise se préoccupe d’elle-même et de ses structures. Elle ne parle plus que de son modus operandi (listening). Les questions, et non les réponses, sont importantes pour elle ; les sentiments, et non la dure vérité. Elle n’exclut personne et a ainsi convoqué tous les esprits qui s’ébattent en elle sans entrave. Elle n’enseigne pas, mais écoute et apprend de ceux qui rejettent sa foi. Ces derniers doivent participer aux décisions, au moins aux discussions (cela dépend sur quoi).

Mais le Christ ne l’annonce plus comme la seule révélation valable et définitive de Dieu, comme la porte devant laquelle personne ne peut aller vers le Père, comme la perle unique (singularité) qui éclipse toutes les autres, que Jésus a appelées voleuses, et qui concerne tous les hommes. Une telle affirmation ne serait pas dans l’air du temps et pourrait heurter ou dévaloriser quelqu’un.

À lire aussi :

Mais peut-être l’offense-t-elle, Lui, Jésus-Christ, qui lui a donné la mission de faire de tous les hommes ses disciples et de leur apprendre à observer tout ce qu’Il nous a commandé et révélé. C’est sa mission. Personne ne peut la changer. Mais les générations précédentes, et surtout les martyrs, nous font honte à cet égard et nous font paraître pauvres aujourd’hui.

Au lieu d’être Mater et Magistra (mère et maîtresse ou pilier de la vérité), l’Église est devenue une salle de débat où tout est à recommencer. Car les synodes précédents sur la famille, l’Amazonie et la jeunesse ont déjà tenté la même chose en ce qui concerne la révision de la doctrine actuelle. Elle n’a jamais été incontestée.

Elle a toujours dû être modifiée du point de vue du monde. Il est tragique que les réformateurs veuillent faire de même. Leurs espoirs se tournent à nouveau vers l’avenir : vers 2024. On fait appel au Saint-Esprit, qui ne s’est jamais contredit lui-même en ce qui concerne la foi de l’Église. Il la guide dans la vérité. Elle Le possède, mais pas tous. Celui qui se réclame de Lui avec trop d’assurance reste suspect. Je ne le fais pas, j’espère et je ne fais que donner mon avis.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire