in , , , ,

Quelle est votre excuse pour ne pas rencontrer Dieu ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Quelle est votre excuse pour ne pas rencontrer Dieu ?

Quelle est donc votre excuse ? « Je suis occupé ; j’aimerais avoir du temps pour moi ; j’ai beaucoup de problèmes ; l’église m’a laissé tomber ; les prêtres sont tous des misérables… », une liste des milliers d’excuses que nous utilisons pour éviter d’accepter une rencontre décisive avec Dieu et, par conséquent, avec le sens de notre vie.

Évangile du jeudi 18 août 2022

Jésus leur parla de nouveau en paraboles et dit :

 » Le royaume des cieux est semblable à un roi qui a fait un festin de noces pour son fils. Il envoya ses serviteurs appeler les invités du mariage, mais ils ne voulurent pas venir. Il envoya de nouveau d’autres serviteurs pour dire :

« Voici, j’ai préparé mon repas ; mes bœufs et mes bêtes grasses sont déjà abattus et tout est prêt ; venez au mariage. Mais ils ne s’en souciaient pas, et allaient, les uns dans leur champ, les autres à leurs affaires ; d’autres alors prenaient ses serviteurs, les insultaient, et les tuaient. Alors le roi fut indigné et, envoyant ses troupes, il tua ces meurtriers et mit le feu à leur ville. Il dit alors à ses serviteurs :

 » Les noces sont prêtes, mais les invités n’en étaient pas dignes ; allez maintenant aux carrefours des rues, et tous ceux que vous trouverez, appelez-les aux noces « .

Sortis dans les rues, ces serviteurs rassemblèrent tous ceux qu’ils purent trouver, bons et mauvais, et la salle fut remplie de convives. Le roi entra pour voir les invités, et voyant un homme qui ne portait pas de vêtement de noces, il lui dit :

« Mon ami, comment as-tu pu entrer ici sans vêtement de noces ? Et il s’est tu. Alors le roi donna cet ordre aux serviteurs :

« Liez-lui les mains et les pieds et jetez-le dans les ténèbres ; il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus ».

(Matthieu 22:1-14)

Deux choses sont absolument fausses : croire que Dieu s’impose à nos vies, et croire que, quoi qu’il arrive, ce sera un succès.

L’Évangile d’aujourd’hui en offre une interprétation correcte. Nous passons notre vie à chercher des signes irréfutables de l’existence de Dieu et nous ne prenons pas au sérieux les propositions latentes constantes qu’Il nous fait dans notre vie quotidienne.

Si Dieu se manifestait par son omnipotence, nous n’aurions plus le choix. C’est pourquoi Il envoie des « serviteurs » pour inviter, provoquer, stimuler, impliquer chacun d’entre nous, afin que le fait d’aller à Lui soit notre choix et non le seul choix possible.

Mais il semble que nous ayons toujours une bonne excuse prête à déserter cette rencontre : « J’ai des choses à faire ; j’ai des enfants ; j’aimerais avoir du temps pour moi ; j’ai beaucoup de problèmes ; l’église m’a laissé tomber ; les prêtres sont tous des misérables….« , bref, une collection toujours évidente et toujours d’actualité des milliers d’excuses possibles dont nous aimons nous armer pour ne pas accepter une rencontre décisive avec Dieu, et par conséquent avec le sens de notre vie.

Deuxièmement, assister à son banquet, s’asseoir à sa table, avoir une relation avec lui n’est pas comme porter un porte-bonheur. L’extravagance avec laquelle nous croyons si souvent, devient la cause de notre chute, parce que nous pensons que quoi qu’il arrive ce sera un succès, qu’il suffit d’entrer « dans la maison du Maître » pour dire qu’Il arrange tout, alors que nous continuons à être toujours les mêmes, toujours les mêmes dans nos choix et dans notre qualité de vie.

La robe de mariée, ce n’est pas être « bon, bon et beau« , mais avoir décidé de changer de vie, tout comme on se débarrasse de vieux vêtements sales et on décide d’en mettre de beaux et propres.

On ne peut pas dire qu’on croit et ne rien changer à sa vie. Croire exige des choix, des changements radicaux, le rejet de ce qui est vieux et sale pour faire place à une nouvelle décision.

À lire aussi | Il y a vingt ans, Jean-Paul II confiait le monde à la miséricorde

Sans ce changement de vêtements, même la fréquentation quotidienne des sacrements ne pourra pas nous sauver, et il nous sera même demandé de payer la facture de ces derniers.

Cet article a été publié originellement en italien par AleteiaLien de l’article ).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire