in , , ,

Relations entre catholiques et chrétiens orthodoxes serbes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le « ministre des Affaires étrangères » du Vatican s’est dit « en fin de compte très optimiste » quant aux relations entre catholiques et chrétiens orthodoxes serbes.

L’archevêque Paul Gallagher a fait cette remarque lors d’une visite en Serbie, un pays enclavé du sud-est de l’Europe avec une population de près de 7 millions d’habitants, dont environ 85% sont des chrétiens orthodoxes.

Le secrétaire du Vatican pour les relations avec les États a rencontré Porfirije , le patriarche de l’Église orthodoxe serbe, le 23 novembre.

« C’est évidemment un bon signe et nous pensons qu’il y a un dialogue qui doit se poursuivre et doit aller de l’avant », a-t-il déclaré à Ivan Tašev dans une interview publiée le 25 novembre dans l’hebdomadaire catholique croate Glas Koncila (« Voice of le Conseil »).

« Il y a une histoire qui doit être remise en cause et confrontée et je suis finalement très optimiste. Nous voyons très positivement les signes et les commentaires du nouveau patriarche et je peux aussi dire que le Saint-Père a beaucoup de respect et d’estime pour lui et le considère déjà comme un frère au sein de l’Église chrétienne universelle. »

À lire aussi | L’académie catholique française critique le rapport CIASE

Porfirije a été élu chef de l’Église orthodoxe serbe, une Église orthodoxe orientale autocéphale, en février lors d’une assemblée des évêques dans la capitale serbe, Belgrade.

Dans une interview après son élection, il a fait part de ses inquiétudes concernant la cause de canonisation de Bl. Aloysius Stepinac, qui est considéré comme un héros par les catholiques de la Croatie voisine.

Gallagher, qui s’est également rendu en Russie au début du mois, a déclaré à Glas Koncila : « Je pense qu’il y a évidemment un chemin à emprunter, et c’est le chemin de la réconciliation. Nous devons évidemment nous pencher sur l’histoire commune de la région. »

« Nous devons avant tout renforcer notre identité de chrétiens et interpréter l’histoire, le présent et l’avenir à la lumière de la volonté du Christ. C’est ce qui compte vraiment. »

L’archevêque anglais de 67 ans a ajouté : « Il y a beaucoup d’autres choses comme les blessures, il y a l’histoire contestée, et il y a beaucoup d’autres problèmes. En fin de compte, ce qui compte pour les disciples du Christ, c’est de faire sa volonté. »

Aucun pape n’a visité la Serbie, mais l’élection de Porfirije a suscité à Rome l’espoir que le pape François pourrait un jour être invité dans le pays, où environ 5% de la population est catholique.

Lors d’une visite en Serbie en 2018, le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, a déclaré qu’une visite papale ne pouvait avoir lieu que « dans les bonnes conditions et lorsque tout le monde est d’accord ».

OrthodoxTimes / CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire