in , , ,

Sœur Lúcia et Notre-Dame de Fatima, le jeûne et le sacrifice

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le jeûne, le sacrifice, surtout en ces temps de carême et de triduum pascal, Sœur Lúcia a beaucoup écrit à ce sujet afin de nous pencher sérieusement sur ces bonnes œuvres.

Elle a l’art de rendre acceptable ce que certains considèrent comme désagréable. Commençons donc par une petite base, puis examinons quelques suggestions claires et simples.

Sœur Lúcia commence par nous rappeler que nous devons « offrir constamment des prières et des sacrifices au Très-Haut« . Elle insiste sur un message de Notre-Dame de Fatima que l’on a tendance à oublier : la demande de sacrifice. Dans son livre « Appels » du message de Fatima, Sœur Lúcia explique que la Vierge veut que nous « fassions de tout ce que vous pouvez un sacrifice, et que vous l’offriez à Dieu en acte de réparation pour les péchés qui l’offensent et en supplication pour la conversion des pécheurs« .

Rappelons que la Vierge a dit aux enfants :

« Faites des sacrifices pour les pécheurs, et dites souvent, surtout en faisant un sacrifice : Ô Jésus, c’est par amour pour vous, pour la conversion des pécheurs et en réparation des offenses faites au Cœur Immaculé de Marie« .

Lúcia pose ces bases, puis entre dans le vif du sujet.

Elle nous rappelle que les sacrifices peuvent être des engagements physiques, spirituels, matériels, intellectuels ou moraux. Nous devons être prêts à saisir les opportunités qui se présentent à nous. Nous devons être particulièrement prêts à faire des sacrifices « lorsque cela est nécessaire pour remplir notre devoir envers Dieu, envers notre prochain et envers nous-mêmes« . Ce conseil est tiré de son deuxième mémoire, dans lequel elle raconte à l’évêque José Alves Correia da Silva :

« Le bon Dieu lui-même … se plaint amèrement et douloureusement du nombre extrêmement limité d’âmes en grâce qui sont disposées à se résigner à ce qui est exigé d’elles dans l’observance de sa loi. Pensez à la détérioration de la situation à l’époque actuelle.« 

Sœur Lúcia explique :

« Beaucoup de personnes, sentant que le mot pénitence implique de grandes austérités, et ne se sentant pas la force de faire de grands sacrifices, se découragent et continuent une vie de tiédeur et de péché. »

Elle dit ensuite que Notre Seigneur lui a dit :

« Le sacrifice que tous les hommes doivent s’imposer est de mener une vie de justice dans l’observance de sa loi… parce que beaucoup jugent le sens du mot pénitence dans une grande austérité, ils ne se sentent pas la force et le plaisir de le faire et se découragent dans une vie de faiblesse et de péché. … Le sacrifice exigé de chaque personne est l’accomplissement de ses devoirs dans la vie et l’observance de ma Loi. C’est la pénitence que je recherche et que j’exige maintenant« .

Réfléchissez à cela. Nous avons tous des devoirs dans la vie et nous devons tous observer les lois de Dieu.

Qu’en est-il lorsque nous accomplissons nos devoirs en nous plaignant ou avec un visage assez long pour que notre menton touche nos orteils ? Lúcia souligne que l’un de nos sacrifices sera parfois « la croix de notre travail quotidien« . Il se peut qu’il soit parfois répétitif et monotone.

Dans ce cas, nous pouvons nous rappeler que saint Joseph a dû raboter du bois pendant des années. Pensez aussi au nombre de repas que la Sainte Vierge a préparés pour la Sainte Famille, sans le confort moderne d’une cuisinière électrique ou même de l’eau courante dans la maison. Elle devait la tirer du puits. Penserait-on qu’ils se sont plaints une seule fois ?

Les conseils de Lúcia ? Ces difficultés « doivent être acceptées avec sérénité, patience et résignation« .

Oublions l’agitation et l’impatience lorsque nous sommes pris dans une longue file d’attente au supermarché, à la poste ou dans les embouteillages. Offrez-le dans un esprit de sacrifice. Faites-le quelques fois et cela deviendra naturel. Offrez cette grâce en réparation de vos péchés ou pour aider quelqu’un qui lutte contre le péché. Notre Dame sait parfaitement où et comment utiliser ce sacrifice.

Au cours d’une conversation, Lúcia a rappelé à une personne qui posait des questions : « Par ‘sacrifice’, la Vierge a dit qu’elle entendait l’accomplissement fidèle de son devoir quotidien« . Lúcia a ajouté que le Rosaire était important « parce que nous devons prier si nous voulons être en mesure d’accomplir notre devoir quotidien« .

Quelle doit être l’ampleur de nos sacrifices ?

Pour contrer toute fausse idée concernant la taille des sacrifices, Lúcia explique :

« Le fait qu’ils soient petits en soi n’a pas d’importance. Le fait qu’ils soient petits en eux-mêmes ne les rend pas moins agréables à Dieu et très méritoires et avantageux pour nous, parce qu’à travers eux nous prouvons la délicatesse de notre fidélité et de notre amour pour Dieu et pour notre prochain.

Ces petits sacrifices nous enrichissent de la grâce, nous fortifient dans la foi et la charité, nous ennoblissent devant Dieu et le prochain, et nous libèrent de la tentation de l’égoïsme, de la convoitise, de l’envie et de la complaisance.« 


Sœur Lúcia se fait l’écho du Docteur de l’Église, Sainte Thérèse de Lisieux, et enseigne un cours de maître en sacrifice que tout le monde peut suivre et réussir.

Sainte Thérèse dit que les petits sacrifices, les plus petits qui semblent même insignifiants, ont un grand impact. Elle disait :

« Je préfère la monotonie d’un obscur sacrifice à toutes les extases. Ramasser une épingle par amour peut convertir une âme« .

Sœur Lúcia souligne également que le sacrifice est d’autant plus nécessaire pour éviter de transgresser les commandements de Dieu afin d’éviter le péché. « Renoncer à tout ce qui peut nous faire pécher est la voie du salut« , dit-elle.

Par où commencer ?

Lúcia indique plusieurs points sur lesquels il faut se concentrer : La prière, la tempérance, la modestie et la charité.

La prière. Priez avec foi et attention. Évitez autant que possible les distractions. Nous nous adressons à Dieu, alors priez avec confiance et amour. Pourquoi ?

Parce que nous sommes tous en présence de quelqu’un dont nous savons qu’il nous aime et qu’il veut nous aider, comme un père qui prend la main de son petit garçon pour l’aider à marcher. Aux yeux de Dieu, nous sommes toujours de petits enfants fragiles, faibles dans la pratique de la vertu, qui trébuchent et tombent constamment, c’est pourquoi nous avons besoin que notre Père nous donne la main pour nous aider à rester debout et à marcher sur les chemins de la sainteté.

Cela peut signifier sacrifier « un peu de notre temps pour la détente« , a déclaré Lúcia. Peut-être se lever un peu plus tôt le matin pour assister à la messe tous les jours ou deux jours de plus. Éteindre la télévision ou la radio et prier le rosaire. Ou réservez un autre moment pour prier le Rosaire.

Et n’oubliez pas de commencer chaque matin par l’offrande traditionnelle du matin, car c’est par elle que nous offrons à Dieu tout ce que nous faisons et endurons tout au long de la journée.

Nourriture et boisson. Lúcia nous conseille d' »offrir à Dieu le sacrifice d’un petit acte d’abnégation en matière de nourriture, mais pas au point d’altérer la force physique dont nous avons besoin pour accomplir notre travail« . La modération est la solution.

Lúcia donne quelques pistes. Choisir un fruit, un dessert ou une boisson que nous n’aimons pas particulièrement au lieu de nos choix habituels. Supporter la soif un peu plus longtemps avant de prendre un verre. Éviter les excès de boisson ou s’abstenir d’alcool. Lors d’un repas, ne prenez pas les meilleurs morceaux, laissez-les aux autres.

Pour ne pas devenir des pharisiens qui se vantent, Lúcia nous met en garde dans ces cas-là :

« Mais si nous ne pouvons pas éviter de le faire sans attirer l’attention sur nous-mêmes… prenons-le avec simplicité et sans scrupule, en remerciant Dieu de nous avoir gâtés. … Dieu a créé de bonnes choses pour ses enfants et il aime que nous en fassions usage, sans en abuser, et que nous accomplissions notre devoir de travailler pour les mériter, et que nous en fassions usage avec gratitude et amour pour Celui qui nous comble de cadeaux.« 

Lúcia commence par un point de vue inattendu sur le sacrifice en termes de vêtements, qu’elle dit non seulement pouvoir mais devoir faire : supporter un peu de chaleur ou de froid sans se plaindre. Si d’autres personnes se trouvent dans la pièce avec nous, laissons-les ouvrir ou fermer les fenêtres et les portes comme elles le souhaitent.

S’habiller modestement et décemment. Ne devenez pas esclave de la dernière mode. Évitez les modes qui ne correspondent pas aux vertus de la pudeur et de la décence. C’est très important, explique Lúcia, « pour que nous ne soyons pas nous-mêmes, par notre façon de nous habiller, une cause de péché pour les autres, en gardant à l’esprit que nous sommes responsables des péchés que les autres commettent à cause de nous« . Pour éviter ces tentations, nous devons faire attention à ce que nous voyons à la télévision, au cinéma, dans les publicités et les magazines.

Rappelez-vous, lorsque Jacinthe était malade à Lisbonne, il lui a été révélé : « Les modes offenseront beaucoup notre Seigneur. Les gens qui servent Dieu ne doivent pas suivre les modes. L’Église n’a pas de mode. Notre Seigneur est toujours le même.« 

Lúcia a de nouveau mis en garde :

« Nous devons nous habiller conformément à la morale chrétienne, à la dignité personnelle et à la solidarité avec les autres, en offrant à Dieu le sacrifice d’une vanité exagérée. »

Elle suggère de se débarrasser des nombreux bijoux et d’utiliser l’argent ainsi récolté comme aumône pour aider les personnes dans le besoin. Nous pouvons opter pour des vêtements simples et moins coûteux plutôt que pour des vêtements onéreux.

Ne pas se plaindre. Supporter les petites contrariétés sur notre chemin quotidien. Il peut s’agir d’un mot désagréable, irritant ou désagréable. Ou peut-être est-ce le fait d’être ignoré, négligé, oublié ou rejeté.

Quoi qu’il en soit, dit Lúcia, laissez tomber. Offrez-le à Dieu en sacrifice. Nous devons laisser passer ces choses « comme si nous étions aveugles, sourds et muets, afin de mieux voir, de parler avec plus de certitude et d’entendre la voix de Dieu« .

Laisser les autres « sembler avoir leur mot à dire« . Lúcia dit « sembler » car « en réalité, celui qui l’emporte est celui qui sait se taire pour l’amour de Dieu. Laissez joyeusement les autres occuper les premières places. Laissons-les jouir et s’attribuer le fruit de notre travail, de nos sacrifices… de ce qui nous a été enlevé« .

Lúcia nous incite même à aller plus loin. Elle nous encourage à « supporter de bonne grâce la compagnie de ceux que nous n’aimons pas ou que nous trouvons désagréables, de ceux qui nous contrarient et nous tourmentent par des questions indiscrètes ou même désobligeantes« .

Comment réagir face à ces personnes ? « Rendons-leur un sourire, une petite action gentille faite pour eux, une faveur indulgente et aimante, les yeux fixés sur Dieu« , a enseigné Lúcia. « Ce renoncement à nous-mêmes est souvent le plus difficile pour notre nature humaine, mais c’est aussi le plus agréable à Dieu et le plus méritoire pour nous-mêmes.« 

Ce qui nous ramène à la prière à Dieu, où nous obtenons la grâce et la force nécessaires pour faire les sacrifices requis dans notre vie quotidienne. Ce faisant, nous répondons à la demande de Fatima de « faire de tout ce que vous pouvez un sacrifice et de l’offrir à Dieu en acte de réparation pour les péchés qui l’offensent et en supplication pour la conversion des pécheurs« .

À lire aussi | Le seul jour de l’année où il n’est pas possible de se marier à l’église

Alors que nous offrons ces choses jour après jour, remarquez comment nos sacrifices conduisent à des bénédictions pour nous aussi. La gourmandise fait place à la modération et à la tempérance.

Nous progressons dans la modestie, la patience, la persévérance, l’humilité, l’endurance, l’espérance et la charité. Les vertus grandissent – et nous nous rapprochons de Dieu, avec qui nous serons heureux pour toujours dans l’autre vie.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

Le seul jour de l'année où il n'est pas possible de se marier à l'église

Le seul jour de l’année où il n’est pas possible de se marier à l’église

Mgr Depo : la foi ne s'acquiert pas une fois pour toutes

Mgr Depo : la foi ne s’acquiert pas une fois pour toutes