in , , , ,

Trois enseignements sur la Fête-Dieu

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Trois enseignements sur la Fête-Dieu
Trois enseignements sur la Fête-Dieu

La fête du Corpus Christi nous donne l’occasion de renouveler notre compréhension de la Sainte Eucharistie et de la Sainte Liturgie. Elle nous aide également à clarifier certaines erreurs qui se sont glissées dans notre pensée.

Examinons les lectures d’aujourd’hui sous trois rubriques : La justice de notre culte, la réalité de notre culte et la préparation de notre culte.

La justice de notre culte –

Dans la première lecture d’aujourd’hui, Moïse fait prêter serment aux fidèles :

Il prit le Livre de l’Alliance et le lut à haute voix au peuple, qui répondit : « Tout ce que Yahvé a dit, nous l’écouterons et nous le mettrons en pratique ». Puis il prit le sang et le répandit sur le peuple, en disant : « Ceci est le sang de l’alliance que Yahvé a conclue avec vous, selon toutes ses paroles.« 

Lors de la dernière Cène, Jésus donne lui aussi un ordre solennel :

Prenez et mangez, ceci est mon Corps… prenez et buvez, ceci est mon Sang de l’Alliance nouvelle et éternelle… faites ceci en mémoire de moi.

Lui aussi scelle l’alliance, non pas avec le sang des animaux, mais avec son propre sang. Nous qui voulons écouter et faire tout ce que le Seigneur nous ordonne, nous ne pouvons pas faire l’impasse sur la Sainte Communion et nous absenter du Sacrifice et de la Liturgie qui sont au cœur même de la Nouvelle Alliance.

Trop de gens aujourd’hui pensent au culte du dimanche en termes plutôt égocentriques. Ils parlent de « se nourrir ». Mais en général, ce qu’ils entendent par là, c’est que le prédicateur leur a donné un message édifiant dans des termes qui leur plaisent et leur semblent pertinents, ou que la chorale a bien chanté et qu’il y a eu une bonne camaraderie. Tout cela est très bien.

Mais la première et la plus essentielle raison pour laquelle nous devons nous présenter le dimanche est d’adorer Dieu, de lui rendre grâce et de l’adorer comme il se doit. Adorer est un acte de justice et de droiture. Dans la Somme, saint Thomas d’Aquin ne place pas l’adoration là où nous pourrions l’attendre (probablement sous la rubrique Foi ou Amour).

Il place plutôt l’adoration dans son traité sur la justice. Nous devons à Dieu louange, gratitude et adoration. Il est la source de toutes les bénédictions, tout ce que nous appelons notre propriété est en réalité le sien, tout, littéralement tout est sien et généreusement partagé par Lui. Dieu a été trop bon avec nous pour que nous nous soustrayions à notre devoir de l’adorer et de lui obéir. Même nos difficultés concourent à notre bien, si nous faisons confiance à Dieu. Manquer à notre devoir d’adorer Dieu selon ses conditions, c’est manquer à la droiture et à la justice. Lorsque Jésus dit :

« Faites ceci en mémoire de moi », nous lui devons l’obéissance à cet égard. Notre culte dominical fidèle et la réception régulière et digne de la Sainte Communion constituent notre culte juste et un acte de justice.

La réalité de notre culte –

Dans l’Évangile d’aujourd’hui, le Christ indique clairement que nous le recevons : Corps, Sang, Âme et Divinité. L’Eucharistie n’est pas un simple symbole de Jésus. Malheureusement, aujourd’hui, de nombreux catholiques, selon les sondages, ont perdu la foi en l’Eucharistie, la considérant comme un simple symbole. Mais nous ne participons pas à un symbole ; l’Eucharistie est vraiment le Seigneur. Ce n’est pas non plus un « morceau » de sa chair ; c’est le Christ, vivant, glorifié, entier et complet. L’Écriture l’atteste en de nombreux endroits.

Il prit du pain, rendit grâces, le rompit et le leur donna, en disant :

« Ceci est mon corps, qui est donné pour vous. Faites ceci en mémoire de moi. » Il prit aussi la coupe après le repas, en disant : « Cette coupe qui est versée pour vous est la nouvelle alliance en mon sang » (Luc 22:19-20).

La coupe de bénédiction que nous bénissons n’est-elle pas une participation au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n’est-il pas une participation au corps du Christ ? (1 Co 10,16).

Ils l’ont reconnu à la fraction du pain. (Luc 24:35).

Car quiconque mange et boit sans reconnaître le corps du Seigneur mange et boit un jugement sur lui-même. (1 Co 11, 29).

Je suis le pain vivant descendu du ciel ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai pour la vie du monde, c’est ma chair. (Jean 6:51).

Ce dernier passage est une théologie profonde de l’Eucharistie de la part de Jésus lui-même. Il indique clairement que nous ne devons pas considérer l’Eucharistie comme un symbole.

Lorsque Jésus a prononcé les mots disant que le pain était sa chair, le peuple juif a protesté en grommelant. Jésus n’a pas cherché à les rassurer ou à leur dire qu’il ne parlait que symboliquement. Au contraire, il s’est montré encore plus catégorique, passant de la forme polie de manger, φάγητε (phagete, qui signifie manger), à la forme impolie, τρώγων (trogon, qui signifie mordre, ronger ou mâcher).

Il a tellement insisté pour qu’ils comprennent cela qu’il a permis à la plupart d’entre eux de partir, ne suivant plus sa compagnie à cause de cet enseignement (cf. Jn 6:66). Oui, le Seigneur a payé un prix assez élevé pour son enseignement graphique et « dur » (Jn 6,60).

Aujourd’hui, il nous demande : « Voulez-vous aussi me quitter ? » (Jn 6,67) Nous devons donner notre réponse chaque fois que nous nous approchons de l’autel et que nous entendons les mots : « Le Corps du Christ ». C’est à ce moment-là que nous répondons « Amen », comme pour dire : « Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » (Jn 6,68).

Si l’on comprenait que le Seigneur lui-même est vraiment présent dans nos Églises ! S’il en était ainsi, on ne pourrait jamais vider nos paroisses de ceux qui cherchent à prier avec le Seigneur. Or, seuls 25 % des catholiques assistent régulièrement à la messe. C’est une preuve supplémentaire de l’existence du « chemin étroit » et du peu de personnes qui le trouvent. Il y a deux mille ans, Jésus a fait l’expérience que la plupart l’abandonnaient ; aujourd’hui, beaucoup continuent à l’abandonner (ou à se tenir loin), soit par indifférence, soit à cause de fausses idées.

Quel père ne s’alarmerait pas si l’un de ses enfants cessait de manger ? Considérez donc l’inquiétude de Dieu face au fait que beaucoup d’entre nous ont cessé de manger.

La préparation de notre culte – Remarquez qu’en préparant la dernière Cène et la première messe, Jésus a dit à deux de ses disciples d’entrer à Jérusalem et de chercher une chose inhabituelle, un homme portant une jarre d’eau. Il s’agit d’un homme qui porte une cruche d’eau. Cette tâche étant habituellement réservée aux femmes, un homme qui la fait se démarque. Ils devaient le suivre et : il vous montrera une grande chambre haute meublée et prête. Il s’agit pour nous d’une prescription spirituelle pour la chambre intérieure qu’est notre âme :

Elle doit être grande, un endroit spacieux non encombré par le péché et les babioles et distractions du monde. Il doit y avoir beaucoup de place pour le Seigneur, qui est l’hôte de notre âme dans la Sainte Communion ! Il faut être équipé de sainteté, de justice, de patience et d’amour pour recevoir un hôte aussi grand que Jésus !

A lire aussi |  Martyrs de la foi : Les 10 saints qui ont subi les morts les plus atroces

Elle doit être prête. C’est-à-dire qu’elle doit être propre, débarrassée des souillures du péché et pleinement préparée à la grande liturgie qui va se dérouler au cours de chaque messe. Le cœur et l’esprit doivent être en alerte, attendant avec empressement notre invité divin ! Bien sûr, au cœur de cette grande chambre haute meublée et prête, il faut être libre de tout péché grave, comme le recommande saint Paul :

Le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain et, après avoir rendu grâce, le rompit et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous ; faites ceci en mémoire de moi. » De même, après le repas, il prit la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci, toutes les fois que vous en boirez, en mémoire de moi…. »

Ainsi, quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur d’une manière indigne sera coupable de pécher contre le corps et le sang du Seigneur. Chacun doit s’examiner avant de manger le pain et de boire la coupe. Car quiconque mange et boit sans reconnaître le corps, mange et boit en se jugeant lui-même. (1 Cor 11:24-29)

C’est pourquoi le Catéchisme de l’Église catholique affirme clairement : Toute personne consciente d’un péché grave doit recevoir le sacrement de la réconciliation avant de s’approcher de la Sainte Communion (Catéchisme n° 1385). En effet, comment la chambre haute de notre âme peut-elle être spacieuse, meublée et prête si elle est remplie de péchés ? Dans ma propre paroisse, nous entendons les confessions avant chaque messe dominicale afin de donner aux fidèles l’occasion de se confesser si nécessaire ou simplement par dévotion. Si nous, les prêtres, voulons être sincères dans la promotion de la réception digne de la Sainte Communion, nous devons être généreux dans la célébration du sacrement de la confession et les fidèles doivent être zélés dans la recherche de ce sacrement lorsque c’est nécessaire.

Voici donc trois enseignements et rappels concernant la Sainte Communion. Puissions-nous être justes dans notre observance, réels dans notre compréhension et prêts dans nos âmes !

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Martyrs de la foi : Les 10 saints qui ont subi les morts les plus atroces

Martyrs de la foi : Les 10 saints qui ont subi les morts les plus atroces

Dmytro Udovychenko remporte le concours Reine Elisabeth

Dmytro Udovychenko remporte le concours Reine Elisabeth