in , ,

Un haut responsable du Vatican approuve la vaccination des enfants

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Un haut responsable du Vatican approuve la vaccination des enfants

Alors que l’Europe déploie cette semaine sa campagne de vaccination des enfants, un haut responsable du Vatican a approuvé cette décision, affirmant que les enfants ont été particulièrement touchés par la pandémie et doivent être protégés et soignés.

LeCatho : Notre clergé joue à un jeu très dangereux depuis ces dernières années. C’est encore plus vrai aujourd’hui où ils s’associent d’une même voix avec ceux qui nous privent de toutes nos libertés, nous censurent, veulent nous séparer de Dieu, veulent notre ruine professionnelle si nous refusons d’obéir et de nous soumettre. L’Église a pourtant toujours été opposée aux ordures de ce monde, il semblerait que ce ne soit plus le cas.

S’adressant à Crux, l’archevêque Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, a déclaré :

« La pandémie n’a pas seulement touché les personnes âgées, en Italie et dans le monde, mais aussi les enfants et les adolescents. »

« Les jeunes générations ont principalement été affectées par les fermetures d’écoles, ce qui présente des défis non seulement pour assurer une éducation adéquate, mais également pour établir et maintenir des relations sociales et le stress supplémentaire auquel beaucoup sont confrontés à la maison en raison des retombées économiques de COVID-19. »

« Les conséquences psychologiques – pas seulement sanitaires – de la pandémie se feront sentir dans les années à venir, à moyen et long terme. Nos enfants et adolescents d’aujourd’hui, quels adultes seront-ils ? ».

La société dans son ensemble, y compris les gouvernements, les éducateurs et les chefs religieux, « doit prendre soin des jeunes », a-t-il déclaré, affirmant qu’une réflexion en profondeur est non seulement nécessaire mais « urgente » afin de mieux répondre « à la peur de l’avenir..

« L’espoir et le concret de l’action sont les deux mots d’ordre de notre temps », a-t-il déclaré.

Prendre soin des jeunes consiste en partie à les faire vacciner, a déclaré Paglia, notant que la vaccination des enfants âgés de 5 à 11 ans a été autorisée par les autorités sanitaires aux États-Unis et en Europe.

« La vaccination protège les enfants de toute conséquence grave, même moins fréquente, du COVID-19 », a-t-il déclaré, notant que même si les enfants ne présentent aucun symptôme, ils peuvent toujours propager le virus, il est donc nécessaire de prendre toutes les précautions, y compris les vaccins.

À lire aussi | Le tribunal de Nantes demande d’enlever la statue de Saint Michel

La décision de vacciner les enfants, bien que contestée, est « un signe positif« , a-t-il déclaré, car « la société prend soin des plus faibles, pensant avant tout à protéger l’avenir des nouvelles générations« .

Aux États-Unis, une petite dose du vaccin Pfizer pour les enfants âgés de 5 à 11 ans a été autorisée en octobre, les premières injections ayant été administrées le 3 novembre.

Plusieurs pays d’Europe ont lancé mercredi leurs propres campagnes de vaccination pour les jeunes enfants dans le but de maintenir la variante Omicron à distance et de maintenir les écoles ouvertes.

L’Allemagne, l’Espagne, la Grèce et la Hongrie faisaient partie des pays qui ont commencé à faire vacciner les jeunes enfants. En Italie, la campagne a commencé jeudi, seule la région de la Lazio ayant démarré tôt mercredi. Les régions du nord de l’Italie du Haut-Adige et de la Vallée d’Aoste commenceront plus tard, les 18 et 20 décembre, respectivement.

En Grèce, il y a déjà eu plus de 30 000 rendez-vous de vaccination enregistrés pour les jeunes enfants.

S’il est encore trop tôt pour déterminer quel sera le taux global de vaccination des jeunes enfants en Europe, la campagne a démarré lentement aux États-Unis, où seulement 5 millions des 28 millions d’enfants américains éligibles âgés de 5 ans 11 ont reçu au moins une dose.

Les experts prédisent qu’au rythme actuel, moins de la moitié des enfants américains de ce groupe d’âge devraient être complètement vaccinés dans les mois à venir, des milliers de vaccins prenant de la poussière dans certains États.

La question des vaccins et la vaccination des jeunes enfants sont toutes deux abordées dans deux documents qui seront publiés par l’Académie pontificale pour la vie qui évaluent l’impact du coronavirus sur les enfants intitulés « La pandémie et le défi de l’éducation ». et « Les enfants et le COVID-19 : les victimes les plus vulnérables de la pandémie ».

Dans ses commentaires à Crux , Paglia a insisté sur le fait que les vaccins protègent « à la fois ceux qui les prennent et les autres« .

« Il ne faut pas oublier le mérite des grandes campagnes de vaccination de l’histoire : contre la polio, contre la variole, par exemple », a-t-il déclaré, ajoutant : « Si notre planète s’est développée au XXe siècle, c’est aussi grâce aux vaccins qui ont stoppé les maladies…»

Dans certains cas, des virus tels que la polio « qui ont causé la mort ou l’invalidité de millions et de millions de personnes » ont presque disparu à cause des vaccins, a-t-il déclaré.

Notant qu’il y a encore de nombreux pays dans le monde qui luttent pour faire vacciner leurs populations adultes, Paglia a déclaré que davantage d’efforts doivent être déployés sur tous les fronts.

« Il faut tout faire ! Vacciner tout le monde, y compris les enfants, afin de protéger le plus grand nombre de personnes possible », a-t-il déclaré, ajoutant que « nous devons vacciner tout le monde dans le sens d’atteindre ces territoires éloignés, éloignés, les zones les plus défavorisées de la planète. »

Le problème majeur n’est pas seulement la quantité de vaccins disponibles, mais la distribution, a-t-il dit, notant qu’il y a actuellement un sérieux problème de distribution, d’infrastructures et de technologies à mettre en œuvre.

Dans de nombreux pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, la vaccination pourrait être un pas en avant vers une meilleure protection de la santé, pour un accès plus équitable et plus large aux soins de santé, a-t-il déclaré.

« Les vaccins et la situation de la pandémie nous enseignent que les inégalités ne sont pas seulement sociales, économiques », mais qu’elles impliquent également « l’accès à l’éducation ou à d’autres services essentiels », a-t-il déclaré, insistant sur le fait que « le monde n’en sortira plus fort que s’il est plus unis, plus justes, plus « fraternels » et plus sains ! »

À lire sur Crux

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire