in , , ,

Un prêtre anime un chapelet au profit des petites églises oubliées

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Chaque soir, depuis deux semaines, il anime un chapelet méditatif et la célébration de la messe, sur l’autel d’une des églises oubliées de la montagne, pour terminer le jour de la fête de l’Assomption de la Vierge Marie.

La région naturelle du Trièves, dans les Alpes françaises au sud de Grenoble, est un havre de trésors spirituels, naturels et architecturaux. Pour les quelques prêtres missionnaires de ce vaste territoire sécularisé, faire vivre les paroisses n’est pas une mince affaire.

Le père Guy-Alexandre Kouya, venu de Côte d’Ivoire, a lancé cette année un événement de prière, du 1er au 15 août, solennité de l’Assomption, pour faire revivre ces églises de montagne et leurs communautés.

Cordéac, Cornillons, Sinard, Treffort, Mens, Roissard… les villages situés le long de la route qui serpente entre les villes de Grenoble et de Gap dévoilent les pittoresques clochers du Trièves, que l’on aperçoit sur les flancs des montagnes. Mais malgré la beauté de ces lieux, les travailleurs sont peu nombreux. Faute de prêtres et de fidèles, certaines églises sont rarement ouvertes.

C’est dans cet environnement rural que le père Kouya s’occupe depuis quatre ans des 27 petites églises de la paroisse Notre-Dame d’Esparron. La paroisse couvre une superficie de plus de 600 kilomètres carrés, perchée entre 500 et 2 800 mètres au-dessus du niveau de la mer.

« C’est la paroisse la plus grande et la plus pauvre du diocèse de Grenoble-Vienne« , explique à CNA le jeune prêtre originaire de Côte d’Ivoire.

Pour atteindre ceux qui vivent plus loin, lui et son équipe paroissiale ont lancé une initiative unique dans les alpages. Chaque soir, depuis deux semaines, il anime un chapelet méditatif et la célébration d’une messe, sur l’autel d’une des églises oubliées de la montagne, pour terminer le jour de la fête de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie.

Ces deux semaines de prière ont été l’occasion de faire entrer la lumière du jour derrière les portes en bois pittoresques et d’enlever les toiles d’araignée des bancs rustiques. Ce fut aussi l’occasion de redécouvrir les statues des saints Thérèse de Lisieux, Antoine de Padoue, Joseph, Jeanne d’Arc, divers apôtres et Michel l’Archange, nichées dans les chapelles latérales blanchies à la chaux.

Le père Kouya espère « donner une visibilité à l’église » dans les montagnes alpines, où seulement 2 % de la population, sur 10 000 habitants, assiste à la messe dominicale.

« Nous nous greffons sur l’appel incessant du pape François, qui nous invite à ne pas rester en nous-mêmes mais à aller vers les autres. Nous avons décidé d’aller vers les périphéries en faisant vivre nos églises qui ont été fermées« , a-t-il expliqué à l’ANC.

Le prêtre a l’intention de faire le tour de toute la paroisse, qui s’étend sur un vaste territoire.

« Nous avançons lentement, nous nous rendons dans les petites chapelles pour inaugurer des visites« , explique-t-il.

« J’en profite pour rencontrer telle ou telle personne. Pour les années à venir, nous aimerions combiner cette initiative avec une visite de tout le village, pour un temps de fraternité, un temps d’échange, juste un temps libre avec tout le monde, avant notre soirée de prière« , a-t-il ajouté.

Chaque soir, les paroissiens impliqués dans l’initiative préparent une méditation à partir des paroles que la tradition populaire attribue à la Vierge Marie sur les lieux d’apparition officiellement reconnus par l’Église sur tous les continents. Il s’agit notamment des prières de

Notre-Dame de Guadalupe (Mexique),

Notre-Dame de Vailankanni (Inde),

Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse,

Notre-Dame de Lourdes (France),

Notre-Dame de Knock (Irlande),

Notre-Dame de Fatima (Portugal),

Notre-Dame de Banneux (Belgique),

Notre-Dame d’Akita (Japon) et

Notre-Dame de Kibeho (Rwanda).

L’idée était avant tout de donner « de la place » à la mère de Jésus, explique-t-il à CNA.

« En France, nous avons Marie comme patronne, et elle a une place fondamentale dans l’Église« , explique le prêtre, qui regrette que la solennité de l’Assomption ait été célébrée « avec de grandes processions« , alors qu’aujourd’hui elle passe « quasiment inaperçue« .

« On donne moins de sens et moins de place à la Vierge Marie« , a-t-il déploré, ajoutant : « Comme le disait Jean-Paul II, la France est la « fille aînée » de l’Église, donc on ne peut pas se permettre de regarder sans rien faire, sans se bouger« , a-t-il dit, invitant chacun à suivre le modèle de Marie, « qui se lève en hâte, pour proposer autre chose aux gens.« 

Le père Kouya est convaincu que s’il y a des crises et des guerres dans le monde, c’est parce que les chrétiens ont baissé les bras. « Nous n’avons pas d’armes communes, la seule arme que nous ayons, c’est la prière« , a-t-il déclaré, encourageant ses petites troupes à « ne pas baisser les bras » et professant sa foi dans la puissance du message du Christ.

Messe avec le Père Guy-Alexandre Kouya à l’église de Treffort, dans le Trièves, France | Photo d’Anne Kurian

Au cours de ces 15 derniers jours, quelques habitants se sont invités dans les églises, intrigués.

« Des gens qui n’ont pas l’habitude de se rendre dans d’autres villages sont heureux de voir qu’il y a une prière dans leur propre village, que leur propre clocher est ouvert« , a déclaré le père Kouya.

« Plusieurs d’entre eux m’ont remercié car ces initiatives permettent de soutenir ces petites églises menacées, que les municipalités veulent parfois fermer. Certains ne sont pas chrétiens mais sont heureux de voir une activité qui ouvre l’église, d’entendre la cloche sonner, de sentir une présence« , a partagé le père Kouya.

À lire aussi | Une relique du cœur de Padre Pio sera exposée à San Giovanni Rotondo

« Certains d’entre nous pensaient que dans certains endroits il n’y aurait personne… et nous sommes 20 ! Une dame m’a dit hier qu’elle se sentait rafraîchie« .

« Cette préparation au 15 août crée un accueil mutuel« , a déclaré une fidèle paroissienne du nom de Myriam, qui participe à l’initiative, avant le jour de la fête. « C’est un moment particulier, un moment de redécouverte de la Vierge Marie« , dit-elle. « Ce pèlerinage dans toutes ces chapelles et églises que nous ne connaissons pas crée un sentiment d’unité dans une très grande paroisse.« 

Les participants sont finalement peu nombreux, mais le père Kouya a l’intention d’encourager d’autres activités d’évangélisation et reste confiant dans l’avenir.

« Les gens viendront. … Ce n’est pas la mondanité ou le développement qui fait tenir un monde debout, c’est l’amour« .

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Une relique du cœur de Padre Pio sera exposée à San Giovanni Rotondo

Une relique du cœur de Padre Pio sera exposée à San Giovanni Rotondo

Saint Étienne Ier, roi de Hongrie, père d'une famille de saints

Saint Étienne Ier, roi de Hongrie, père d’une famille de saints