in , , ,

Un prêtre nigérien héroïque risque sa vie chaque jour pour aider ses frères

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Un prêtre nigérien héroïque risque sa vie chaque jour pour aider ses frères
Un prêtre nigérien héroïque risque sa vie chaque jour pour aider ses frères

Ce prêtre nigérien s’appel le père Christopher, il exerce son ministère dans le diocèse de Maiduguri au Nigeria et il risque sa vie quotidiennement pour servir des centaines de réfugiés déplacés dans le nord du Nigeria contraints de vivre comme des réfugiés dans des tentes et dispersées autour de la petite ville de Pulka par les terroristes musulmans salafiste de boko haram.

Le prêtre a noté que les réfugiés ne peuvent pas s’éloigner des camps pour des raisons de sécurité et à cause des difficultés de déplacement pendant la saison des pluies. La ville est située près de la frontière avec le Cameroun et à environ 120 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria.

« Les attaques se poursuivent et certaines personnes sont tuées. Ce n’est en aucun cas facile, et ce n’est pas facile pour moi non plus », a déclaré le père Christopher à ACN.

« Aller et venir est toujours un risque, mais il est important pour moi de faire tout mon possible pour aider ces personnes. »

Le père Christopher lui-même vit actuellement dans une maison abandonnée, depuis que Boko Haram a détruit son église et le presbytère de Pulka en 2014, rapporte ACN.

À lire aussi | Bientôt des transsexuelles dans le concours de Miss France

ACN rapporte que de nombreuses victimes des campagnes de violence de Boko Haram sont toujours des réfugiés dans leur propre pays, et font face quotidiennement à des traumatismes et à l’anxiété. Il y a quelque 30 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI) rien qu’à Pulka.

« Le danger n’est pas passé, mais l’Église leur apporte consolation et espérance », dit la fondation.

La fondation raconte l’histoire de Naomi, une femme nigériane qui a vu sa mère se faire tuer et à un moment donné a été forcée d’« épouser » un terroriste salafiste musulman après avoir été enlevée. L’image de la brutalité de Boko Haram, a déclaré Naomi à ACN, est encore fraîche dans son esprit et lui fait faire des cauchemars.

« Je ne veux pas qu’il y ait de nuit. J’aimerais qu’il fasse toujours jour. Mes nuits sont pleines de peur, d’anxiété, de cauchemar », dit Naomi, et ajoute : « J’ai peur dès que la nuit tombe. »

De même, Charles, jeune père de famille âgé de 33 ans et réfugié au même endroit, avoue lui aussi faire des cauchemars à répétition.

Il a déclaré à ACN dans le rapport du 13 décembre : « Je revis l’époque où nous vivions cachés. Comme les terroristes attaquaient la nuit, nous sortions de la ville dès que la nuit tombait et nous nous cachions dans la brousse. De nombreuses nuits, je rêve encore que je me cache. »

ACN rapporte que Charles et Naomi vivent maintenant dans l’un des 20 camps de réfugiés de l’État de Borno.

« Les musulmans sont majoritaires dans l’État de Borno… mais Naomi et Charles sont chrétiens. Sans leur foi, beaucoup de gens n’auraient pas pu endurer autant de souffrance », a déclaré le père Christopher.

Il a expliqué que les militants islamiques ont d’abord essayé d’effrayer et de menacer les chrétiens, en essayant de les forcer à se convertir. Lorsque cela a échoué, ils ont commencé à devenir plus violents, a-t-il déclaré, et a ajouté : « Les prêtres ont dû se cacher dans les montagnes, mais les insurgés de Boko Haram ont continué à harceler et à persécuter le peuple. »

« Finalement, la situation est devenue si difficile qu’entre 2015 et 2016, de nombreuses personnes ont décidé de faire leurs valises et de quitter le pays, traversant la frontière et cherchant refuge au Cameroun. »

Naomi a raconté avoir fui au Cameroun et avoir tout laissé derrière elle.

« Ce n’était en aucun cas facile », a-t-elle déclaré à ACN, et a ajouté : « Nos pieds étaient enflés et boursouflés, et c’était trop pour nous. Ma sœur a été capturée par Boko Haram, mais elle avait un bébé dans les bras et c’est la seule raison pour laquelle ils l’ont laissée partir. Ce n’était pas son bébé, il se trouve qu’elle ne le portait qu’à ce moment-là, mais cela lui a sauvé la vie. Beaucoup d’autres personnes, comme ma mère, ont été assassinées. »

Rien qu’à Minawao, au Cameroun, il y avait à un moment donné plus de 60 000 réfugiés nigérians, rapporte la fondation caritative, et ajoute : « Ils y sont restés plusieurs années, jusqu’à ce que l’armée nigériane réussisse à reprendre les villes et les villages… et les persuade de retourner chez eux. »

Cependant, la situation chez nous au Nigeria est toujours très précaire, raconte Charles à ACN, et explique : « Nous étions des réfugiés au Cameroun, puis nous sommes revenus et vivons ici depuis deux ans maintenant, mais la situation n’est toujours pas sûre. »

« Nous vivons à nouveau dans notre propre pays, dans notre propre région, dans notre bien-aimée Pulka, mais nous vivons en tant que réfugiés. Nous sommes plus près de chez nous que lorsque nous vivions au Cameroun, mais une fois de plus nous vivons dans le danger », dit Charles.

Naomi a félicité le père Christopher pour son travail désintéressé pour redonner espoir aux réfugiés qui avaient tout perdu dans les attaques de Boko Haram.

« Le père Christopher est une source d’inspiration pour nous. Quand nous sommes abattus, il nous donne du courage. Il est un vrai père pour nous tous et essaie de combler les lacunes dans nos vies laissées par les membres de notre famille disparus, car beaucoup d’entre eux ont été assassinés. Il prend soin de nous comme si nous étions sa propre famille. »

Naomi poursuit : « Dieu nous pourvoit et nous aide, grâce à tant de personnes dans le monde qui ne nous ont pas oubliés. Nous prions pour que Dieu donne de la force à tous ces bienfaiteurs et que vous puissiez continuer à faire votre travail et à nous soutenir. »

Selon Naomi, Noël est une période particulièrement difficile pour la communauté catholique de Pulka.

Elle dit : « Avant la crise, Noël était une période de grande joie, car nos proches venaient de loin et célébraient avec nous. Lorsque les attaques ont commencé, Noël a cessé d’être ce qu’il était auparavant ; nous ne pouvions pas chanter des chants de Noël dans la communauté ou visiter les maisons des autres ; nous ne pouvions même pas sortir de nos maisons la nuit. La situation était si dangereuse que Noël a cessé d’être une fête et nous ne pouvions pas le célébrer. »

Charles, père de quatre enfants, ajoute : « Célébrer Noël est difficile dans notre situation. La plupart d’entre nous qui avons vécu à Pulka ont tout perdu. »

Il poursuit : « L’Évangile me donne la force d’affronter toutes ces souffrances et d’endurer tout ce à quoi nous sommes confrontés chaque jour. Jésus-Christ a prédit la souffrance que nous traversons. La souffrance fait partie du fait d’être chrétien. Nos vies sont entre ses mains. Je suis rempli d’espoir quand je me souviens des paroles de Jésus, qu’il nous récompensera à la fin de notre vie. Jésus-Christ est mon salut, et c’est ce que je célèbre à Noël. »

Selon Naomi, ce dont les réfugiés ont le plus besoin, alors que le reste du monde fête Noël, ce sont des produits de première nécessité tels que de la nourriture et des médicaments.

« Ce dont nous avons le plus besoin ici, c’est de la nourriture, des tentes et des vêtements. Nous voyons même actuellement des cas de choléra et nous n’avons aucun endroit où aller pour un traitement médical. Ce serait aussi un cadeau d’obtenir de l’aide pour nos études universitaires ; certains d’entre nous étaient étudiants avant les attaques extrémistes, et nous avons dû abandonner parce que nous n’avions pas d’argent pour continuer », dit-elle.

Le père Christopher dit que son souhait pour Noël est que de nombreuses personnes ressentent le désir d’aider les réfugiés de Pulka et qu’ils retrouvent leur santé physique, spirituelle et mentale.

Il dit, en référence aux réfugiés : « Ils aspirent à la paix dans leur vie, au retour de la paix dans leurs foyers. Notre désir est très simple ; nous voulons simplement vivre une vie normale et revenir à la vie que nous avions auparavant. »

ACN rapporte que la fondation cherche de l’aide pour une série de projets visant à aider les personnes « déracinées » de Pulka, qui comprennent environ 14 000 catholiques.

Les projets ACN envisagés comprennent un forage pour fournir de l’eau aux réfugiés, la reconstruction de la maison paroissiale Saint-Paul à Pulka, afin que le père Christopher puisse y retourner vivre, et aider 23 catéchistes qui travaillent parmi les réfugiés de Pulka, à la fois au Nigeria et au Cameroun.

Pour leur faire un don

ACN

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Bientôt des transsexuelles dans le concours de Miss France

Bientôt des transsexuelles dans le concours de Miss France

Deux policiers tués dans une attaque terroriste à l'aéroport de Cucuta

Deux policiers tués dans une attaque terroriste à l’aéroport de Cucuta