in , , , ,

Un prêtre nigérien libéré raconte les détails de son enlèvement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Un prêtre nigérien libéré raconte les détails de son enlèvement
© Diocèse de Sokoto

Le prêtre nigérien Stephen Ojapah s’était profondément endormi le 25 mai, après une journée épuisante de travail paroissial, lorsque deux hommes armés de fusils lui ont ordonné de sortir du lit et de les suivre.

Pendant des années, le prêtre du diocèse de Sokoto, dans le nord du Nigeria, à Gidan Maikambo, dans le comté de Kafur, dans l’État de Katsina, a prié pour les membres du clergé tués par des terroristes et pour ceux qui ont été enlevés et torturés.

Aujourd’hui, c’est lui qui a besoin de prières.

Le père Ojapah, âgé de 38 ans, a été enlevé avec le père Oliver Oparah, son assistant, et Hassan Fareed Hassan, sa sœur et sa mère, qui ont eu la malchance de passer la nuit dans l’enceinte du presbytère, censé être un lieu sûr où séjourner pendant leur voyage de plusieurs jours.

Le père Ojapah, qui a partagé les détails de son épreuve avec CNA, n’était vêtu que d’une chemise et d’un short de pyjama ; les ravisseurs ne lui ont pas laissé le temps de mettre des chaussures. Il ne changera plus de vêtements pendant 33 jours.

« Pendant les trois premières heures, j’étais en état de traumatisme et je pouvais à peine me tenir debout« , a déclaré le père Ojapah. « Ils m’ont battu et m’ont insulté, mais je continuais à m’évanouir. Dans la panique, j’ai demandé que les ravisseurs me donnent quelques médicaments, mais ils m’ont rendu somnolent.« 

Son enlèvement n’était pas un acte aléatoire, a-t-il appris.

« Ils savaient exactement ce qu’ils faisaient, et il est devenu évident qu’ils ne le faisaient pas seulement pour l’argent« , a déclaré le père Ojapah. « Le chef des ravisseurs m’a dit qu’ils avaient étudié notre emplacement et planifié l’attaque de notre complexe au moment où la plupart d’entre nous dormaient.« 

Le calvaire du père Ojapah a commencé par une marche de six heures dans la forêt, sans chaussures.

« Certains d’entre nous avaient des chaussures, et ils les partageaient avec moi pendant une partie de la marche, mais lorsque la marche s’est arrêtée au lever du jour, mes pieds étaient coupés et en sang« , a déclaré le père Ojapah.

Les ravisseurs ont fait marcher le groupe pendant 25 kilomètres en direction du sud-ouest la première nuit, puis se sont reposés pendant la journée du 26 mai dans un abri de broussailles. Le groupe a ensuite marché 12 heures le 27 mai avant de rouler pendant trois heures sur des motos jusqu’à un bastion de bandits près de la réserve naturelle de Kwiambana, à cheval sur la frontière entre les États du Niger et de Kaduna. Selon le père Ojapah, ils ont parcouru en tout jusqu’à 70 kilomètres à pied et environ 48 kilomètres à moto.

Le terrain le long du chemin est une savane forestière et est parsemé de petites villes et de villages d’agriculteurs et d’éleveurs. La région est contrôlée par un duel de bandes de bandits et d’insurgés qui s’identifient au groupe musulman Boko Haram ou à un groupe dissident appelé Ansaru.

Le terme « boko haram » signifie « l’apprentissage de l’Occident est interdit« .

Tant les insurgés que les bandes de bandits utilisent les enlèvements contre rançon comme une source de revenus continue.

« Nous avons prié le chapelet en silence pendant la marche« , se souvient le père Ojapah. Il a également récité les mots d’un psaume qu’il connaissait de mémoire :

« Celui qui habite dans l’abri du Très-Haut, se reposera à l’ombre du Tout-Puissant. Je dirai de l’Éternel : « Il est mon refuge et ma forteresse, mon Dieu, en qui j’ai confiance. Il te sauvera du piège de l’oiseleur et de la peste mortelle.« 

« Les paroles nous ont calmés, nous donnant l’impression d’être à l’abri du danger« , a-t-il déclaré.

Les prêtres et le clergé d’autres confessions sont de plus en plus souvent la cible de bandes d’enlèvement, ce qui a fait du Nigeria le pays le plus dangereux au monde pour les chrétiens, selon Open Doors UK. Selon l’organisation non gouvernementale humanitaire, jusqu’à 16 chrétiens sont tués pour leur foi chaque jour au Nigeria.

Depuis le début de l’année au Nigeria, au moins quatre prêtres ont été assassinés et 22 ont été enlevés contre rançon. En 2021, environ 6 000 chrétiens ont été assassinés, principalement dans les 12 États de la Middle Belt.

Pendant leur séjour dans le campement des bandits à Birnin Gwari, le groupe dont faisait partie Ojapah n’a reçu que du riz, des haricots, de l’huile de palme et de l’eau. Les cinq captifs ont été rejoints par d’autres victimes, dont un pasteur protestant et trois membres de sa congrégation, a indiqué Ojapah.

Le groupe de personnes enlevées est resté assis pendant des heures en silence et a écouté les bruits de la forêt, qui abrite des singes, des phacochères, des loups, une profusion d’oiseaux, des scorpions et des vipères mortelles. Lorsque les nuages s’ouvraient et déversaient de la pluie, les bandits se réfugiaient à l’ombre des arbres au feuillage dense, mais les personnes enlevées étaient enchaînées à leur hutte, qui laissait fuir la pluie froide sur eux pendant des heures, a déclaré le père Ojapah.

Pendant leur randonnée dans la forêt, ils devaient boire dans n’importe quel ruisseau ou flaque d’eau disponible. La nuit, ils grelottaient, la température était très basse. « Nous avons tous pris froid« , dit-il.

« Le chef des bandits m’a dit que leur groupe était Ansaru, le nom d’un groupe djihadiste qui s’était séparé de Boko Haram en 2012« , a déclaré le père Ojapah.

Après avoir contacté un prêtre à Sokoto en utilisant le téléphone portable du père Ojapah, les bandits se sont installés pour une longue attente jusqu’à ce qu’une rançon puisse être obtenue. Les bandits passaient leurs journées à fumer de la marijuana et à prendre des drogues, a déclaré Ojapah, tandis que les prêtres récitaient les Écritures et priaient à voix basse.

« Fumez-vous de l’herbe ?« , a demandé le chef des bandits, qui lui a répondu : « Je ne peux même pas prendre mon petit-déjeuner sans prendre de la drogue avant.« 

Ils vont nous tuer

« Il y avait parmi nous un captif musulman nommé Alhaji Nura, originaire de Kano. Mais il a finalement été relâché sans rançon« , a déclaré Ojapah, qui a émis l’hypothèse que l’homme pourrait être un espion.

« Les bandits nous ont dit qu’ils considèrent l’extermination des chrétiens comme leur mission religieuse« , a-t-il ajouté. « Après qu’un village a été brûlé et raflé trois fois, les habitants ne veulent tout simplement pas y retourner, et les musulmans djihadistes y voient la bénédiction de Dieu sur leurs crimes.« 

« Après 30 jours, nos ravisseurs ont dit que tous sauf deux d’entre nous allaient rentrer à la maison« , a déclaré Ojapah. « J’ai eu un sentiment d’effondrement lorsqu’ils ont dit que Hassan et moi serions retenus. Ils vont nous tuer« , ai-je pensé.

Hassan a dit qu’ils voulaient probablement essayer d’obtenir plus d’argent. Le 33e jour de captivité, ils sont montés à bord de motos et ont été conduits dans la petite ville rurale de Yakawada dans le comté de Giwa, à environ 35 miles de leur presbytère à Katsina.

« Nos proches nous attendaient là-bas« , a-t-il déclaré. « Une rançon a-t-elle été versée ? C’est contraire à la loi à Kaduna de payer des rançons aux bandits.« 

Le directeur des médias du diocèse de Sokoto s’est empressé de diffuser un communiqué de presse jubilatoire ce jour-là.

« C’est le cœur plein de joie que nous annonçons que nos frères, le père Stephen Ojapa, le père Oliver Okpara, M. Hassan Hassan et Mme Ummie Hassan, qui ont été enlevés par des hommes armés à minuit, le 25 mai 2022, dans le presbytère de l’Église catholique St Patrick, Gidan Maikambo, Kafur LGA de l’État de Katsina, ont tous retrouvé la liberté« , a déclaré le père Chris Omotosho, directeur des communications du diocèse de Sokoto, dans un communiqué publié le 27 juin.

Le père Ojapah se souvient avec espoir de son séjour en captivité.

À lire aussi | Le diocèse néerlandais n’offrira plus la messe chaque dimanche

« Je ne pensais pas que je pourrais un jour pardonner à mes ravisseurs, mais après quelques semaines, je l’ai fait, et ce faisant, j’ai approfondi mon amour pour Jésus« , a déclaré Ojapah, ajoutant : « Les religieux disent que les voies de Dieu sont impénétrables. Dieu écrit droit sur une ligne tordue« .

Cet article a été publié originellement et en anglais par le National Catholic Register ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le diocèse néerlandais n'offrira plus la messe chaque dimanche

Le diocèse néerlandais n’offrira plus la messe chaque dimanche

La Bibliothèque du Vatican invite les chercheurs du monde

La Bibliothèque du Vatican invite les chercheurs du monde