Un rapport alerte gravement sur le traitement des femmes chrétiennes

Un rapport publié mercredi a déclaré que le traitement des femmes et des filles des minorités chrétiennes dans certaines parties de l'Afrique, du Moyen-Orient et de l'Asie du Sud était une « catastrophe pour les droits humains ».

Le rapport a été compilé par la branche britannique d'ACN, qui a lancé une pétition appelant à l'action pour mettre fin à l'esclavage sexuel des femmes chrétiennes.

Le texte a été présenté lors d'un événement en ligne présidé par la militante des droits humains Caroline Cox. Parmi les orateurs figuraient Michele Clark et Fiona Bruce, l'envoyée spéciale du Premier ministre britannique pour la liberté de religion ou de conviction.

Le rapport, qui comprend des études de cas en Égypte, en Irak, en Syrie, au Mozambique, au Nigéria et au Pakistan, a déclaré que « les preuves suggèrent que la pandémie de coronavirus a fourni le terreau idéal pour les actes de violence sexuelle ».

« Les recherches ont montré que les convertis vulnérables enfermés avec leur famille courent un plus grand risque d'abus généralisés, en particulier dans la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord », a-t-il noté.

À lire aussi | Un comité éthique Italien autorise le premier suicide assisté

Le rapport a fait valoir que « les cas d'enlèvement systémique, de violence sexuelle, de mariage forcé et de conversion de femmes chrétiennes dans des pays comme le Nigeria, l'Irak et la Syrie peuvent être classés comme génocidaires par nature ».

Il s'est également concentré sur le Nigeria, qui a été retiré de manière controversée de la liste de surveillance du département d'État américain de cette année concernant les pays violant la liberté religieuse.

L'étude a révélé de nombreux cas d'enlèvements forcés et d'exploitation en Égypte, dans ces cas les chrétiens représentent 95 % des femmes et des filles capturées par les islamistes au Nigeria, et que 70 % des personnes converties de force et mariées au Pakistan sont chrétiennes.

ACN a décrit le rapport comme « le premier du genre à se concentrer sur le phénomène des jeunes femmes qui sont saisies, car leur sexe et leur religion les rendent vulnérables aux enlèvements et aux agressions ».

Michele Clark, une militante des droits humains qui a étudié le sort des femmes chrétiennes coptes, a déclaré à l'AIIC le 24 novembre que le rapport était important car il révélait l'ampleur du problème.

« Je pense que le rapport apporte une contribution très importante, car il étend l'attention portée à ces enlèvements, conversions forcées, mariages forcés, des rapports sur un seul pays à une perspective beaucoup plus large et beaucoup plus globale », a déclaré Clark, professeur auxiliaire à la retraite d'affaires internationales à l'Université George Washington, lors d'un entretien téléphonique.

« Nous pouvons comprendre cela et réaliser : « Wow, cela ne se produit pas qu'à un seul endroit. » 

Cela se produit dans de très nombreux endroits à travers le monde. Cela se passe au Moyen-Orient. Cela se passe en Asie centrale. Cela se passe en Afrique. Et donc faire la lumière sur l’étendue des problèmes est une contribution très importante.

Bien entendu, le cortège "chrétien" de NousToutes préfère dire que l'église maltraite les femmes plutôt que de cibler les vrais problèmes, heureusement que des vraies femmes & associations agissent pour tenter de sauver toutes nos sœurs dans le monde.

Le rapport : HEAR HER CRIES

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *