in ,

Un comité éthique Italien autorise le premier suicide assisté

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Un comité éthique Italien autorise le premier suicide assisté

Le comité d’éthique du service de santé de la ville italienne d’Ancône a jugé le 23 novembre qu’un Italien de 43 ans répondait aux exigences d’une loi de 2019 dépénalisant le suicide assisté en Italie sous certaines conditions.

Il appartient désormais au tribunal d’Ancône de décider si le tétraplégique de 43 ans, peut procéder à une assistance médicale au suicide conformément à sa volonté personnelle.

Après cette décision le P. Massimo Angelelli, chef du bureau de santé des évêques italiens, a déclaré :

« La vie est un bien reçu, qui doit être protégé et défendu, dans toutes ses conditions. Personne ne peut être appelé à être porteur de la mort d’autrui. La conscience humaine nous empêche de le faire »

Mario a été paralysé dans un accident de voiture il y a 11 ans. En 2020, il a déposé une plainte contre le service de santé d’Ancône pour avoir refusé d’évaluer s’il remplissait les conditions d’assistance au suicide telles que définies dans un arrêt de l’année précédente.

À lire aussi | La fuite de Vincent Reynouard laisse tout le monde sans nouvelles

La décision du tribunal italien de 2019 a dépénalisé l’euthanasie et l’aide au suicide pour les patients qui souffrent d’une maladie « irréversible » et vivent des « souffrances intolérables ».

La décision est intervenue après que le tribunal a examiné le cas de Fabiano Antoniani, un DJ décédé en 2017 à l’âge de 40 ans dans une clinique d’euthanasie en Suisse. Antoniani était tétraplégique et est devenu aveugle après un accident de voiture en 2014. Il avait également besoin d’aide pour manger et respirer.

Mario a gagné son procès en appel en juillet, devant un tribunal civil d’Ancône, dans le centre de l’Italie, jugeant que le comité d’éthique local devait évaluer son éligibilité au suicide assisté. La décision du comité sur le cas de Mario a été publiée mardi.

Dans sa décision, le comité d’éthique d’Ancône s’est demandé si le médicament qu’il avait demandé et la quantité spécifiée étaient médicalement appropriés. Il a également noté que la façon dont le médicament serait administré n’avait pas été précisée.

Un représentant légal de Mario a déclaré mardi qu’ils fourniraient, « en collaboration avec un expert, les détails des méthodes d’auto-administration du médicament adaptées à Mario, en fonction de ses conditions« .

L’archevêque théologien Bruno Forte a déclaré au journal italien Corriere della Sera qu’il « espérait contre tout espoir qu’il reste possible à Mario de repenser la décision de mourir« .

« Celui qui décide de mettre fin à ses jours peut changer d’avis et accepter de vivre s’il se voit placé dans une relation d’amour« , a déclaré Forte. 

« Expérimentée dans cette relation, même la douleur qui n’est plus soulagée par la médecine palliative peut devenir acceptable. »

L’archevêque a également souligné les déclarations de l’Académie pontificale pour la vie, « qui a exhorté à » ne pas minimiser la gravité de ce que Mario a vécu « , signalant ensemble qu’il ne devrait en aucun cas être « encouragé à se suicider« .

La décision du comité d’éthique d’Ancône intervient alors que le parlement italien envisage d’organiser un référendum pour légaliser l’euthanasie et le suicide assisté après qu’une pétition a rassemblé plus d’un million de signatures cette année.

Une commission de la Chambre des députés, la chambre basse, devrait examiner la demande de référendum le 29 novembre, après que la discussion a été reportée à plusieurs reprises.

CNA

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire