in , , , , ,

Ce que Saint Patrick peut encore enseigner au monde

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Bien que le 17 mars soit toujours connu dans le monde comme la fête de la Saint-Patrick, les célébrations ont tendance à se concentrer davantage sur la bière et les lutins que sur le saint lui-même.

C’est dommage, car il y a beaucoup de choses à célébrer à propos du légendaire saint Patrick.

Né en Grande-Bretagne dans les dernières années du IVe siècle et arraché à son foyer lors d’un raid d’esclaves alors qu’il n’était qu’un jeune homme, Patrick est devenu l’un des plus grands missionnaires que l’Église catholique ait jamais connus.

Patrick et l’Irlande – pour de nombreuses personnes, il est impossible de penser à l’un sans l’autre. Son nom est, et sera toujours, associé à la conversion d’une nation. Dans l’illustre histoire de l’évangélisation, peu de saints peuvent se prévaloir d’une telle renommée.

Il y a de nombreuses raisons d’admirer Patrick : c’était un orateur de la trempe de Cicéron, il était doué de la capacité d’enseigner aux gens ordinaires des concepts d’une difficulté peu commune, sa résistance physique était légendaire, sa persévérance inébranlable et sa sainteté personnelle était évidente pour tous, sauf pour ceux qui refusaient aveuglément de la voir.

Pourtant, il y avait un homme qui n’était pas très impressionné par Patrick, et c’était Patrick lui-même.

À la lecture de ses propres écrits, une qualité se détache peut-être des autres : l’humilité. Deux de ses écrits nous sont parvenus de l’Antiquité : la « Confession » et la « Lettre aux soldats de Coroticus« . Toutes deux donnent un aperçu de l’apôtre de l’Irlande dans ses propres mots.

L’humilité de saint Patrick est évidente dans ses écrits. Par exemple, il commence sa « Confession » : « Moi, Patrick, un pécheur, un simple compatriote, le plus petit de tous les fidèles et le plus méprisable pour beaucoup« .

À entendre Patrick, il était lent d’esprit, pécheur et antipathique. Cependant, une analyse objective montre qu’il était en fait brillant, saint et aimé dans toute la nation. Patrick aimait les Irlandais et les Irlandais aimaient Patrick. Ils aimaient aussi Dieu.

Dans « The Building of Christendom« , l’historien catholique Warren Carroll écrit :

« Les Irlandais se sont révélés, remarquablement, presque uniquement réceptifs au christianisme. Leur conversion […] a été exceptionnellement rapide, exceptionnellement complète et surtout pacifique. … Les prêtres indigènes, les druides, craignaient le christianisme et s’y opposaient, mais ils semblent avoir été presque impuissants face à sa progression rapide et constante« .

À lire aussi | La Croix gagne, elle gagne toujours – Cinquième dimanche de Carême

Carroll, bien connu pour son observation historique selon laquelle « un seul homme peut faire la différence« , pourrait certainement citer saint Patrick pour défendre son point de vue. En effet, grâce aux efforts de Patrick, l’île d’émeraude a connu un printemps chrétien. L’humilité de Patrick, associée à sa confiance en l’amour de Dieu, s’est avérée une puissante combinaison pour l’évangélisation.

Dans ses dernières années, Patrick a pu constater avec émerveillement et joie à quel point les Irlandais étaient désireux d’embrasser le christianisme. Il écrit :

« Comment se fait-il qu’en Irlande, où l’on n’a jamais connu Dieu, mais où l’on a toujours chéri les idoles et les choses impures, on soit devenu depuis peu un peuple du Seigneur, et que l’on s’appelle enfants de Dieu ?« 

Ce n’est que par la grâce de Dieu, c’est certain. Cependant, la raison de leur conversion réside au moins en partie dans la foi, le courage et l’humilité de Patrick.

Bien qu’il ait vécu il y a plus de 15 siècles, Patrick a encore une leçon à donner à notre monde d’aujourd’hui.

Nous sommes devenus fous dans nos efforts pour nous glorifier nous-mêmes. Nous avons tendance à être lents à reconnaître ou à remercier les autres, mais nous sommes rapides comme l’éclair quand il s’agit de souligner nos propres réalisations et d’exiger de la reconnaissance. Dans notre monde narcissique de selfies, notre attention ne dépasse souvent pas la longueur de notre bras. Tout cela porte un nom, bien sûr : l’orgueil.

Heureusement, il existe des moyens de surmonter ce vice, et l’un d’entre eux consiste à considérer l’humilité de saint Patrick. Après tout ce qu’il avait accompli, après tout ce qu’il avait enduré, Patrick sentait que les autres pourraient conclure qu’il était le héros. Mais il les a mis en garde, les assurant que tout ce qu’il avait accompli de valable était « un don de Dieu« .

Dieu veut que nous réussissions dans notre vocation et dans tous les efforts qui expriment sa volonté. Mais en fin de compte, nous devons avoir l’humilité de voir que chacun de nos succès est un don de Dieu. Nous pouvons honorer saint Patrick en commençant par reconnaître ce fait.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World Report (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La Croix gagne, elle gagne toujours- Cinquième dimanche de Carême

La Croix gagne toujours – Cinquième dimanche de Carême

Premier numéro de Caritas, la nouvelle revue de Civitas International

Premier numéro de Caritas, la nouvelle revue du pays réel