in , , , ,

La Croix gagne toujours – Cinquième dimanche de Carême

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

L’Évangile d’aujourd’hui est, pour le monde et pour ceux qui périssent, une pure folie, un pur non-sens. En effet, le Christ déclare que mourir (à ce monde) est le seul moyen d’accéder à la vraie vie.

Alors que la soi-disant sagesse du monde nous déclare que le chemin de la vie passe par le pouvoir, le prestige, les possessions et la popularité, Jésus nous dit : mourrez à tout cela et vous trouverez la vraie vie.

Le mot « paradoxe » se réfère à quelque chose qui est contraire à la façon habituelle de penser. Et le véritable évangile (pas celui qui est édulcoré et compromis) est une véritable insulte au monde.

A ceux qui se moquent de ce chemin de croix, il n’y a qu’une chose à dire : « La croix gagne, elle gagne toujours« .

Examinons le plan paradoxal du Seigneur pour nous sauver et nous amener à une vie nouvelle en utilisant trois mots-clés : Tous, Tout et Éternel.

I. Tout le monde : L’Évangile s’ouvre sur un incident plutôt étrange. Le texte dit : « Des Grecs venus célébrer la Pâque s’approchèrent de Philippe, de Bethsaïde en Galilée, et lui dirent : « Seigneur, nous voudrions voir Jésus. » Philippe alla le dire à André. Philippe alla le dire à André, puis André et Philippe allèrent le dire à Jésus. Jésus leur répondit : « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié.« 

Ce qui est étrange, c’est l’apparente « sur-réaction » de Jésus au simple fait que des Grecs souhaitent lui parler. À partir de ce fait apparemment simple et anodin (pour nous), Jésus perçoit le fait stupéfiant que son « heure » est maintenant venue. Oui, le moment de sa glorification, c’est-à-dire de sa souffrance, de sa mort et de sa résurrection, est arrivé. Il poursuit plus loin en disant : « Je suis troublé. Mais que dois-je dire ? Père, sauve-moi de cette heure ? Mais c’est pour cela que je suis venu à cette heure. C’est maintenant le temps du jugement sur ce monde ; c’est maintenant que le dominateur de ce monde sera chassé. Et quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tout le monde à moi« . Il a dit cela en indiquant le genre de mort qu’il allait subir.

Oui, tout cela pour le simple fait que certains Grecs, c’est-à-dire certains païens, souhaitent lui parler.

Ce qui est encore plus remarquable, c’est que rien dans le texte n’indique que Jésus aille leur parler. Après avoir prononcé cet étonnant soliloque et annoncé que le drame allait se dérouler, rien n’indique qu’il se rende avec empressement chez les Grecs pour les évangéliser. Nous verrons pourquoi dans un instant.

Mais examinons d’abord pourquoi cette simple demande met le feu aux poudres pour le déroulement de la Semaine Sainte. En effet, l’arrivée des païens accomplit une prophétie essentielle sur le Messie, selon laquelle il rassemblerait les nations autour de lui et ferait de l’humanité fracturée une seule nation, une seule famille. Considérons deux prophéties :

Je viens rassembler les nations de toute langue ; elles viendront voir ma gloire, comme les Israélites apportent leurs offrandes à la maison du Seigneur dans des vases purs. Je prendrai certains d’entre eux comme prêtres et lévites, dit le Seigneur….Toute l’humanité viendra se prosterner devant moi, dit le Seigneur. (Is 66:18, 23)

Les étrangers qui s’attachent à Yahvé pour le servir, pour aimer le nom de Yahvé et pour être ses serviteurs, tous ceux qui observent le sabbat, qui ne le profanent pas et qui gardent mon alliance, je les amènerai sur ma montagne sainte et je les réjouirai dans ma maison de prière ; leurs holocaustes et leurs sacrifices seront agréés sur mon autel, car ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples. (Is 56, 6-7)

Nous voyons donc que l’une des principales missions du Messie sera de sauver, non seulement le peuple juif, mais tous les peuples et de les amener à un culte juste et à l’unité dans l’unique Seigneur. Jésus déclare explicitement ailleurs son intention de rassembler les païens :

Je suis le bon berger ; je connais les miens et les miens me connaissent, comme le Père me connaît et comme je connais le Père ; et je donne ma vie pour les brebis. J’ai d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut que je les amène, et elles écouteront ma voix. Ainsi, il y aura un seul troupeau, un seul berger (Jean 10:14).

C’est ainsi que cette demande apparemment simple des Grecs (païens) de voir Jésus, le Messie juif, revêt une telle importance pour lui (et pour nous).

Mais pourquoi ne pas courir les saluer immédiatement ? Tout simplement parce que l’appel et le salut des païens doivent attendre que la mort et la résurrection de Jésus soient accomplies. C’est sa mort expiatoire qui nous réunira avec le Père et les uns avec les autres. Ce n’est pas un simple sermon ou un slogan du genre « Ne pouvons-nous pas tous nous entendre » qui accomplira l’unité profonde nécessaire. Seul le sang de Jésus peut apporter le véritable Shalom avec le Père et les uns avec les autres, seul le sang de Jésus peut nous sauver.

Considérez ce texte des Éphésiens :

Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous [les païens] qui étiez autrefois éloignés, vous avez été rapprochés par le sang du Christ. Car il est notre paix, lui qui a fait de nous deux [Juifs et païens] un seul être, et qui a renversé le mur de séparation, en abolissant dans sa chair la loi des commandements et des ordonnances, afin de créer en lui-même un seul homme nouveau à la place des deux, et de faire ainsi la paix, et de nous réconcilier tous deux avec Dieu en un seul corps, par la croix, mettant ainsi fin à l’hostilité. Il est venu prêcher la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient proches, car c’est par lui que nous avons tous accès au Père, dans un seul Esprit. (Eph 2:13ff)

Ainsi, rien d’autre que le sang de Jésus ne peut nous rendre entiers, nous sauver ou nous rendre un, que ce soit avec le Père ou les uns avec les autres. Il n’y a pas de véritable unité en dehors du Christ et il l’assure par son sang et la puissance de sa croix. Ce n’est que par le baptême dans le mystère pascal que nous devenons membres du Corps du Christ et que nous trouvons l’unité véritable et durable, le salut et la paix véritable.

La porte s’est donc ouverte du côté des païens, mais Jésus sait que le chemin pour la franchir passe par la croix. Son retard apparent à se précipiter pour accueillir les païens prend tout son sens à la lumière de ce qui précède. Ce n’est qu’après sa résurrection qu’il dira : « Allez donc, et faites des disciples de toutes les nations….« . (Mt 28:19), car dès à présent, le baptême donne le pouvoir de faire de tous un seul être en Christ. Le prix de notre salut, de notre nouvelle vie, de notre paix entre nous et avec le Père, c’est la mort et la résurrection de Jésus. Et grâce au Seigneur, Jésus a payé ce prix. Une vieille chanson dit : « Oh, l’amour qui a dessiné le plan du salut ! Oh, la grâce qui l’a fait descendre jusqu’à l’homme ! Oh, l’abîme puissant que Dieu a franchi ! Au Calvaire !« 

II. Tout – Jésus poursuit en disant Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé ne tombe pas en terre et ne meurt pas, il reste un grain de blé ; mais s’il meurt, il produit beaucoup de fruits. Celui qui me sert doit me suivre, et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Le Père honorera celui qui me sert.

S’il est vrai que Jésus paie le prix de notre paix et de notre unité, avec le Père et les uns avec les autres, il est également vrai qu’il établit et prescrit un modèle pour nous et qu’il l’applique. Notez que Jésus dit : « Amen, Amen, je vous le dis » …. et qu’il dit encore : « Quiconque me sert doit me suivre« .

Ainsi, le modèle de sa mort et de sa résurrection à la vie nouvelle doit également être appliqué au modèle de notre vie. Et si nous recherchons l’unité et la paix et si nous voulons jouir de cette nouvelle vie avec le Père, nous devons mourir pour ressusciter. Nous devons suivre les traces de Jésus. Si nous voulons la paix, nous devons être prêts à accepter le modèle de mourir pour elle et de ressusciter pour elle.

Comment devons-nous mourir pour cela ? Eh bien, nous devons mourir à

à notre ego
à notre désir de vengeance
à nos blessures du passé
Notre désir de tout contrôler
Nos agendas pécheurs et non bibliques
Nos peurs irrationnelles enracinées dans l’ego et les notions exagérées
Nos haines
Nos attentes irréalistes
Notre entêtement
Notre rigidité
Notre impatience
Nos exigences déraisonnables
Notre cupidité
Notre mondanité

Oui, nous devons être prêts à faire l’expérience de certains sacrifices pour l’unité et pour obtenir une vie nouvelle. Nous devons laisser le Seigneur faire mourir en nous beaucoup de pulsions pécheresses et malsaines. La nouvelle vie ne se produit pas par hasard, la paix et l’unité ne se produisent pas par hasard. Nous devons les atteindre en passant par le Calvaire. Nous devons nous aussi permettre au Seigneur de crucifier nos désirs pécheurs et de nous élever ainsi vers une vie nouvelle.

Mais n’oubliez pas que c’est la Croix qui l’emporte. Elle gagne toujours.

III. L’éternité – Jésus parle d’une grande promesse de vie nouvelle, mais il la présente d’une manière très paradoxale. Il dit : « Celui qui aime sa vie la perd, et celui qui hait sa vie en ce monde la conservera pour la vie éternelle.« 

En d’autres termes, si nous ne sommes pas disposés à suivre le modèle qu’il présente ci-dessus, à savoir mourir à nous-mêmes et à ce monde, nous ne pouvons pas vraiment vivre. Et si nous continuons à nous accrocher à nos notions mondaines de la vie et à vivre uniquement pour nous-mêmes, pour le pouvoir, les possessions, la popularité et le prestige, nous sommes déjà morts. En effet, si nous ne vivons que pour les choses de ce monde (et beaucoup le font), notre destin est cruel et risible, car nous mourons et nous perdons tout. Oui, nous sommes des perdants.

A lire aussi | Les religieuses tuées par le communisme reconnues comme martyrs

Mais si nous permettons au Seigneur de nous aider à mourir à l’ordre du jour de ce monde, à ses charmes pathétiques, alors, et alors seulement, nous passons de plus en plus à la vraie vie, à la véritable unité avec le Père et à une unité plus profonde les uns avec les autres dans le Christ.

Jésus a dû mourir pour nous donner cela. Et pour que cela nous soit accordé, nous devons être configurés à la mort du Christ dans ce monde afin de vivre en lui et de trouver cette nouvelle vie. Nous mourons à un monde pécheur et surfait, pour vivre d’une manière entièrement nouvelle dans une vie ouverte à quelque chose de plus riche que nous ne pouvons jamais imaginer.

Notez aussi que Jésus appelle cette nouvelle vie « la vie éternelle« . Mais la vie éternelle signifie bien plus que vivre pour toujours. Le terme « éternel« , qui n’exclut pas la notion de durée infinie, signifie plutôt « devenir pleinement vivant« .

Et pour ceux qui connaissent le Christ, ce processus a déjà commencé. À 50 ans, ma vie corporelle a subi des revers. Mais spirituellement, je suis plus vivant que je ne l’ai jamais été à 20 ans, et attendez que j’en aie 80 ! Nos corps peuvent décliner, mais nos âmes rajeunissent et deviennent plus vibrantes, plus pleinement vivantes, si nous aimons et faisons confiance au Christ. Oui, je suis plus joyeux, plus serein, plus confiant, moins pécheur, moins en colère, moins anxieux, plus compatissant, plus patient, plus vivant !

Mais tout cela vient du fait que je meurs à ce monde, petit à petit, et que j’ai ainsi plus de place pour la vie que le Christ offre.

Quel est le prix de notre Paix et de notre vie nouvelle ? Tout ! Car nous n’y parviendrons qu’en mourant à ce monde. Et si notre mort physique finale scellera l’affaire, il y a toutes les dix mille petites morts qui inaugurent cette nouvelle vie dès maintenant. Notre mort physique n’est que la dernière étape d’un voyage de toute une vie dans le Christ. Pour ceux qui connaissent le Christ, la promesse sera alors pleine. Pour ceux qui l’ont rejeté, la perte sera totale.

Oui, la promesse est réelle, mais elle est paradoxalement obtenue. Le monde appelle tout cela de la folie. Mais c’est vous qui décidez. Choisis la « sagesse de ce monde » ou la folie du Christ. Quant à moi, traitez-moi de fou, mais n’oubliez pas d’ajouter que j’ai été fou pour le Christ. Cela ne me dérange pas. La croix gagne, elle gagne toujours.

Cette homélie a été publiée originellement en anglais par Monsignor Charles Pope – ADW  – Lien de l’article.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire