in , , ,

L’avortement peut-il être pardonné dans l’Église catholique ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
L'avortement peut-il être pardonné dans l'Église catholique ?

L’avortement est un péché mortel, mais comme tout péché confessé avec le désir sincère de repentir et de retourner à Dieu, il peut être pardonné.

Si l’Église catholique est fermement convaincue que l’avortement est un péché mortel et grave contre Dieu, elle enseigne également que l’avortement peut être pardonné.

Pendant de nombreuses années, l’avortement était un péché qui nécessitait l’absolution d’un évêque, car il était considéré comme tel et nécessitait une réconciliation plus poussée avec l’Église.

En conséquence, cependant, beaucoup ont gardé ce péché privé, craignant un processus plus long pour l’absoudre.

Les évêques ont ensuite étendu la possibilité d’offrir l’absolution à tous les prêtres de leur diocèse et, en 2016, le pape François a signé un décret autorisant tous les prêtres du monde à le faire.

« En vertu de cette exigence, afin qu’aucun obstacle ne s’interpose entre la demande de réconciliation et le pardon de Dieu, j’accorde désormais à tous les prêtres, en vertu de leur ministère, la faculté d’absoudre ceux qui ont procuré le péché d’avortement. Ce que j’avais accordé limité à la période du Jubilé est maintenant étendu dans le temps, malgré tout le contraire « .

Le Souverain Pontife n’a pas fait cela pour diminuer la gravité de l’avortement, mais pour souligner la nature indulgente de l’Eglise et de Dieu, qui est toujours prêt à accueillir les pécheurs dans son giron.

« Je voudrais réaffirmer de toutes mes forces que l’avortement est un péché grave, car il met fin à une vie innocente. Avec la même force, cependant, je peux et je dois affirmer qu’il n’y a pas de péché que la miséricorde de Dieu ne puisse atteindre et détruire lorsqu’elle trouve un cœur repentant qui demande à être réconcilié avec le Père. Que chaque prêtre soit donc un guide, un soutien et un réconfort pour accompagner les pénitents sur ce chemin de réconciliation particulière« .

La personne qui confesse le péché d’avortement doit avoir de la peine pour ce péché et éprouver un véritable repentir, s’engageant à ne plus pécher.

Si l’Eglise condamne l’avortement, elle ne veut pas que les personnes qui l’ont commis restent à l’écart de la miséricorde de Dieu. Ils sont des enfants de Dieu et sont appelés à revenir à Lui, en reconnaissant qu’ils ont mal agi et en rétablissant leur relation avec le Seigneur.

La guérison est possible, et dans l’Église catholique, elle commence par la confession.

À lire en italien sur Aleteia

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Irlande du Nord : Un projet de loi criminalisant les pro-vie devant les cliniques d'avortement

Irlande du Nord : Un projet de loi criminalisant les pro-vie devant les cliniques d’avortement

Un prêtre moderniste allemand quitte l'Église catholique

Un prêtre moderniste allemand quitte l’Église catholique