Un prêtre moderniste allemand quitte l'Église catholique
in , , ,

Un prêtre moderniste allemand quitte l’Église catholique

Un prêtre moderniste allemand quitte l'Église catholique

Un prêtre moderniste allemand de haut rang a annoncé qu’il n’était plus catholique, invoquant sa déception face au manque de « réformes » dans l’Église et admettant avoir rompu sa promesse de célibat.

Andreas Sturm, l’ancien vicaire général du diocèse de Spire, dans le sud-ouest de l’Allemagne, a fait cette annonce le 13 mai.

Sturm a donc rejoint la communauté vieille-catholique d’Allemagne (mouvement schismatique et moderniste refusant de reconnaitre le pape et souhaitant voir une femme prêtre), a déclaré qu’il avait « perdu l’espoir et la confiance au fil des ans que l’Église catholique romaine puisse vraiment se transformer.« 

« En même temps, j’expérimente combien d’espoir est placé dans les processus en cours tels que le Chemin synodal. Mais je ne suis plus en mesure de proclamer également et de partager honnêtement et sincèrement cet espoir, parce que je ne l’ai tout simplement plus.« 

L’ancien vicaire général a décrit l’ordination des femmes à la prêtrise, ainsi que « l’abolition du célibat obligatoire, le traitement des personnes homosexuelles, la codétermination des laïcs, les cérémonies de bénédiction pour les homosexuels et la moralité sexuelle globale dans l’Église« , comme les sujets les plus importants qui, selon lui, ne sont pas abordés.

Les participants à la « voie synodale » allemande ont voté en faveur de projets de textes demandant des bénédictions pour les personnes de même sexe et des modifications du catéchisme sur l’homosexualité, ainsi que des femmes prêtres.

Admettant dans une interview avoir rompu la promesse de célibat, Sturm a déclaré au journal local Mannheimer Morgen qu’il avait longtemps douté que l’Église catholique soit « un bon choix pour moi« , même au séminaire et comme pasteur.

« Mais dans le bureau du vicaire général, il était plus facile pour moi de réfléchir à ces doutes et de penser à démissionner« , a déclaré Sturm, qui a dirigé le diocèse de Spire pendant plusieurs mois durant l’absence prolongée de son évêque pour des raisons de santé.

Dans plusieurs interviews accordées à des journaux allemands, M. Sturm a déclaré qu’il allait lancer un livre sur son expérience. Le titre de la publication, dont la sortie est prévue en juin, est « Je dois sortir de cette Église« , avec le sous-titre « Parce que je veux rester un être humain. Un vicaire général prend la parole« .

À lire aussi | L’avortement peut-il être pardonné dans l’Église catholique ?

Selon un communiqué de presse de l’éditeur Herder, Sturm a déclaré : « Pour moi, il n’y a jamais eu que l’Église catholique romaine et ma vie en elle et avec elle. Entre-temps, je me demande depuis un certain temps si je ne suis pas aussi co-dépendant. Co-dépendant de cette Église. Cette image de co-dépendance m’est venue à l’esprit parce que les gens m’écrivent sans cesse : « Grâce à toi, je ne quitterai pas l’Église ». Mais est-ce que je le veux ?« 

Les vieux catholiques appartiennent à un mouvement originaire principalement des Pays-Bas, d’Allemagne et de Suisse, composé de catholiques qui ont été excommuniés en raison de leur refus de reconnaître l’autorité papale en matière dogmatique après le concile Vatican I. Dans les communautés vieux-catholiques, les femmes peuvent être ordonnées, le remariage après un divorce est possible et les unions homosexuelles sont bénies.

Sturm n’est pas la seule personnalité catholique allemande de premier plan à se tourner vers les vieux-catholiques.

Un autre cas notable est celui d’Anselm Bilgri, l’ancien prieur de l’abbaye bavaroise d’Andechs. L’ex-moine bénédictin a fait les gros titres en Allemagne le 17 mai dernier, après avoir affirmé que le pape François l’avait démis de ses fonctions cléricales pour avoir célébré des mariages et des baptêmes catholiques, alors qu’il avait quitté l’Église et rejoint les vieux-catholiques en 2020.

S’adressant au tabloïd allemand Bild, M. Bilgri a accusé l’archevêché de Munich et de Freising de l’avoir « balancé » et a déclaré que le pape l’avait « puni » en le renvoyant du clergé pour avoir « persisté dans le schisme de l’Église.« 

Frank Ewerszumrode, ancien frère dominicain, a rejoint les Vieux Catholiques il y a plusieurs mois. Il enseignait auparavant la théologie catholique dans divers collèges et universités. Comme Bilgri, Ewerszumrode est ouvertement homosexuel, rapporte CNA Deutsch.

Matthias Ring, qui est l’évêque des vieux-catholiques en Allemagne, a déclaré en avril qu’il y avait eu un regain d’intérêt général parmi les catholiques allemands, selon katholisch.de, un site Web financé et géré par la conférence épiscopale allemande.

On estimait à 15 500 le nombre de vieux catholiques au sein de l’unique diocèse allemand de la communauté en 2017.

À lire en anglais sur CWR

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire