in , , , , , , , ,

Les Anges et les Hommes, révélations de Jésus Christ

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Les Anges et les Hommes, révélations de Jésus Christ
Les Anges et les Hommes, révélations de Jésus Christ

Découvrez les révélations de Jésus Christ concernant les anges, l’humanité, et d’autres choses nous permettant une compréhension plus profonde.

Le Sauveur Jésus me dit un jour :

« Ma fille, l’homme a été créé le dernier parmi les êtres de la création, ce n’a pas été sans un dessein particulier de Dieu ; car Dieu a voulu achever son œuvre tout entière et la résumer dans la création de l’homme. »

Voyez l’homme, il est composé d’un corps et d’une âme, il grandit, il a l’être ou l’existence, il a la sensation ou l’usage des sens. Par son âme il se rattache aux anges ; par la sensation, aux animaux ; par l’être ou l’existence, aux divers éléments de la nature qui n’ont ni intelligence ni vie ; par son développement, aux plantes qui croissent et se développent.

Voilà comment l’homme se rattache à toute la création : à la création spirituelle ou angélique par son âme, à la création matérielle par son corps. Cette union de l’homme avec toute la création n’est pas quelque chose de purement imaginaire, c’est, au contraire, une réalité telle qu’il participe à ce qu’il y a de bon et de mauvais dans ces deux créations, par l’influence que l’une et l’autre exercent sur lui.

L’union la plus intime de l’homme est avec les anges, parce que cette union doit durer toujours et jusque dans l’éternité. L’union avec la créature matérielle est d’un degré beaucoup inférieur, parce que cette union n’est que transitoire et ne dure que dans le temps pour finir à l’entrée de l’éternité.

De plus, ma fille, l’union de l’âme avec l’ange est plus forte, parce que cette union n’est pas une union passive, mais une union opérante et pleine d’activité. Il y a communication entre l’âme de l’homme et les anges ; il y a entente, et cette communication, cette entente deviennent telles que l’homme finit par ressembler à l’ange et prendre position avec lui. S’il fait alliance avec les bons anges, s’il les suit, s’il combat avec eux, l’homme sera bon ; s’il fait alliance avec les mauvais anges, l’homme sera mauvais et leur deviendra semblable. La bonté de l’homme lui donnera place parmi les bons anges, sa malice parmi les anges mauvais.

Ah ! ma fille, attachez-vous aux anges qui sont bons, parce qu’ils ont été fidèles à mon Père, et fuyez ceux qui se sont révoltés contre lui et voudraient vous entraîner dans leur révolte.

Un autre jour, le Sauveur Jésus me dit :

« Ma fille, les anges sont envoyés par Dieu pour le service de ceux qui doivent prendre part à l’héritage du salut. Vous vous rappelez ce que je vous ai dit des communications entre les anges et l’âme des hommes. écoutez bien ceci ; c’est fort important. Je veux vous parler de deux choses que produisent les anges sur les hommes. »

La première, c’est l’illumination de l’intelligence, la seconde, le mouvement de la volonté.

Les anges, ma fille, peuvent éclairer et éclairent véritablement les intelligences. Je suis le chef des anges, je leur commande et ils m’obéissent. Je suis le chef des anges et la seule Lumière véritable, et par cette lumière J’éclaire et la terre et les cieux. Mais comme un roi ne commande pas toujours par lui-même, et qu’il commande le plus souvent par ses ministres, je me plais à ne pas éclairer directement par moi-même et j’envoie mes anges qui sont mes ministres du Ciel sur la terre. Ils ont pour chef la lumière incréée, et pour fonction de répandre la clarté de cette lumière.

Les anges, ma fille, éclairent les hommes de trois manières : en leur annonçant les divins mystères, en les instruisant, en les exhortant ; ils les éclairent en se manifestant à eux visiblement ou invisiblement.

Visiblement, quand ils apparaissent aux hommes sous une forme humaine et qu’ils viennent leur parler comme un égal à son égal. Ainsi l’ange Gabriel apparut à Marie et remplit vis-à-vis d’elle, sous une forme humaine, les trois fonctions d’annonciation des divins mystères, d’instruction sur ces mystères, et d’exhortation à l’occasion de ces mystères. Il lui annonça le mystère de l’Incarnation en elle :

 » Voici que vous concevrez un Fils. « 

Il l’instruisit sur ce mystère :

«  Le Saint-Esprit descendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous ombragera. « 

Il l’exhorta à l’occasion de ce mystère :

 » Ne craignez point, Marie. « 

Visiblement, lorsque, sans avoir pris une forme humaine, ils font entendre une voix semblable à la voix des hommes. Ainsi un ange fit entendre sa voix, au nom de Dieu, à Samuel, pour lui révéler la colère de Dieu contre les enfants d’Héli.

Visiblement, lorsque, sans avoir pris une forme humaine, ni une voix humaine, ils ont recours à quelque signe sensible qui frappe les yeux des hommes de manière à ce qu’ils ne puissent s’y tromper. Ainsi un ange se manifesta à Balthazar, au milieu d’un festin, par une main qui écrivit sur le mur de la salle du festin des caractères que le roi ne put comprendre, mais qui lui furent expliqués par le prophète de Dieu.

Ainsi les anges remplirent leurs fonctions d’annonciation des desseins de Dieu, d’instruction sur ces desseins et d’exhortation à l’occasion de ces desseins. Ils annoncèrent la vengeance que Dieu allait tirer de la conduite d’Héli et de Balthazar, ils instruisirent Samuel et le peuple de Dieu sur les motifs de cette vengeance, et par cette instruction les exhortèrent à n’imiter point Héli ni Balthazar.

Invisiblement, lorsqu’ils ne se servent d’aucun objet sensible pour se manifester à l’homme, quand ils agissent directement avec l’âme et sur l’âme, quand ils lui parlent comme un esprit à un esprit, comme un ange à un ange ; et cela, soit que celui à qui ils s’adressent soit éveillé, soit qu’il soit endormi, comme ils s’adressent à tous ceux à qui ils portent intérêt et qui leur sont confiés en leur inspirant de bonnes pensées, comme ils s’adressèrent à Joseph et aux mages pendant leur sommeil.

Ce que je viens de vous dire des anges du ciel pour les hommes, afin de leur faire opérer le bien, je le dis aussi des anges rebelles qui agissent sur les hommes pour leur faire opérer le mal.

Il y a néanmoins une différence autre que la différence des actions de ces anges ; la voici, ma fille.

Dieu envoie les anges du ciel, mais il n’envoie pas ceux de l’enfer. Il leur permet seulement d’agir sur l’homme, et il le leur permet, non pour que l’homme fasse le mal, mais pour éprouver l’homme et le faire lutter, pour accroître ses mérites et lui donner une plus belle couronne dans le ciel. Aussi les mauvais anges n’ont  que  le pouvoir qui leur est donné par Dieu, et jamais Dieu ne leur permet de tenter quelqu’un au-dessus des forces de celui qu’ils tentent.

Les mauvais anges, ma fille, annoncent aussi les mystères de l’iniquité, ils instruisent sur ces mystères et exhortent à l’accomplissement de ces mystères.

Ils se manifestent également d’une manière visible, ou invisible, et cherchent à opérer pour l’enfer ce que les bons anges cherchent pour le ciel et pour Dieu.

Les anges éclairent l’intelligence ; ils donnent aussi le mouvement à la volonté ; c’est une conséquence de la lumière qu’ils donnent à l’intelligence : montrer le bien, instruire sur le bien, exhorter à faire le bien, c’est une action directe sur la volonté, et cette action je l’appelle le mouvement donné à la volonté. Ce mouvement ne ressemble pourtant pas à un mouvement, comme celui par exemple que vous communiqueriez à un objet quelconque ; non, ma fille, car la volonté demeure toujours libre, et comme libre, ni les anges ni Dieu ne peuvent lui donner mouvement vers le bien si elle ne le veut pas. Ce mouvement est une disposition vers le bien, une aptitude, une facilité à faire le bien. à cet effet, les anges enlèvent, font disparaître ou diminuent les obstacles qui empêcheraient la volonté et qui l’arrêteraient, et en ce sens encore ils lui donnent le mouvement.

Lire aussi | Dieu donne à chacun de nous un ange gardien à notre naissance

Les mauvais anges agissent en sens contraire des anges bons ; ils poussent, ils meuvent vers le mal, mais ce mouvement peut être repoussé, et il ne reçoit d’activité qu’autant que la volonté de celui qui est tenté veut le recevoir et l’accepter.

Repoussez toujours, ma fille, la lumière et le mouvement que voudraient vous donner les mauvais anges ; acceptez au con traire, en toute circonstance, la lumière et le mouvement de mes anges. Vous distinguerez les unes des autres par la vue du bien ou du mal qui vous sera montré ou inspiré. Les démons vous proposeront le mal, les bons anges vous proposeront le bien.

Le Sauveur Jésus me dit un jour :

« Ma fille, Dieu gouverne, dirige et mène tout immédiatement par sa Providence. Rien ne lui échappe ; comme il a tout créé, ainsi il conserve tout, ainsi il veille sur tout et porte ses yeux sur toutes choses. Néanmoins il lui a plu de confier l’exécution des actes de sa providence à des ministres qu’il s’est donnés. Ces ministres sont les anges ; il leur a confié l’administration des mondes, et les a faits les exécuteurs de ses volontés. Tous lui rendent gloire, les uns par leur assistance perpétuelle autour de son trône, les autres par leur assistance au gouvernement de ses œuvres. »

Il a fait le monde et l’a confié à ses anges, il a fait l’homme et il le leur a confié aussi. Ils sont toujours à son côté, ils sont toujours avec lui, ils veillent sur lui, ils le gardent, et c’est pour cela qu’ils sont appelés anges gardiens.

Tous les hommes ont chacun un ange gardien, ceux qui sont justes comme ceux qui ne le sont pas ; les justes pour conserver leur justice, les pécheurs pour devenir justes ; ceux qui seront sauvés, comme ceux qui seront damnés ; car telle est la volonté de mon Père du Ciel, faisant tout pour le bien et le salut de l’homme.

Les anges gardiens n’ont point été seulement donnés aux hommes depuis ma venue en ce monde, mais depuis le commencement tous les hommes ont reçu de Dieu un ange pour veiller sur eux. Cet ange veille sur celui qui lui est confié dès le premier instant de sa naissance, et il demeure avec lui jusqu’à sa mort.

Chaque homme a un ange gardien, et cet ange est d’une dignité en rapport avec la dignité de celui dont la garde lui est confiée. Les simples chrétiens ont un ange de degré inférieur ; mais parmi les simples chrétiens, il y a des positions, des nécessités différentes, et chacun a un ange en rapport avec l’état dans lequel il se trouve.

Les religieux ont un ange gardien d’un degré supérieur à ceux des simples chrétiens ; les prêtres un ange d’un degré supérieur à ceux des religieux ; les missionnaires un ange d’un degré supérieur à ceux des simples prêtres ; les évêques un ange d’un degré supérieur à ceux des prêtres ; le Pape a pour gardien l’un des plus puissants esprits de la cour céleste. Il en est de même des magistrats, des princes et des rois de la terre. Ils ont chacun un ange d’un pouvoir et d’une force égale à la nécessité de celui sur qui ils veillent.

Les hommes en particulier n’ont pas seuls des anges gardiens : chaque cité, chaque royaume, chaque famille, chaque paroisse, chaque communauté a son ange gardien ; c’est ainsi que mon Père a voulu tout disposer, tout diriger par ses anges.

Voici ce que fait pour vous l’ange gardien et ce que vous devez faire pour lui.

L’ange gardien éloigne de vous les maux du corps et de l’âme ; il lutte contre vos ennemis, il vous excite à faire le bien ; il porte à Dieu vos prières et inscrit sur le livre de vie vos bonnes œuvres ; il prie pour vous, il vous suit jusqu’à la mort, et vous portera dans le sein de Dieu, si vous vivez dans la justice pendant que vous serez sur la terre.

L’ange gardien éloigne de vous les maux du corps et de l’âme. Vous êtes composée, ma fille, d’un corps et d’une âme. Or, l’un et l’autre se trouvent exposés à chaque instant à mille dangers qui pourraient occasionner leur ruine. Un rien peut affliger votre corps pour jamais, un accident peut vous ravir pour jamais aussi la vie de votre âme. Vous n’êtes point assez avisée pour écarter et éloigner tous les dangers ; et quand vous le seriez assez, souvent vous ne le pourriez pas par vous-même. Ce que vous ne voyez pas, votre ange gardien le voit pour vous ; ce que vous ne pouvez pas, votre ange gardien le peut pour vous, et il protège votre corps et votre âme en éloignant tout ce qui pourrait leur être préjudiciable ; il le fait sans que vous vous en aperceviez. Si quelquefois vous y réfléchissiez, et que vous vous demandassiez comment vous avez échappé à tel accident, à tel malheur, vous toucheriez du doigt l’action de votre bon ange ; vous verriez aussi que par lui vous avez évité telle occasion dangereuse ; par lui, conservé la patience ; par lui résisté à une tentation.

Ainsi, par la protection de l’ange gardien, vous échappez aux dangers de l’âme et du corps.

L’ange gardien lutte contre vos ennemis. Vos ennemis, ma fille, sont : le Démon, le monde, vos passions, vous-même. Il lutte contre le Démon et l’empêche de vous tenter au-dessus de vos forces, d’exciter en vous de mauvaises pensées et de vous offrir l’occasion de pécher. S’il ne prévient pas l’attaque, il double vos forces, chasse les pensées mauvaises par des pensées bonnes et vertueuses, et vous fait fouler aux pieds les pièges tendus pour vous entraîner au mal. Il lutte contre le monde : le monde, c’est l’empire, le royaume du Démon. Il vous éloigne du monde, vous le fait mépriser et tourne vos regards vers le ciel, royaume de Dieu. Il lutte contre vos passions mauvaises, effets du péché originel ; il leur enlève toute force, il les amortit, et, s’il leur permet de se relever quelquefois, ce n’est que pour vous assurer une victoire de plus. Il lutte contre vous-même ; toutes les facultés de l’homme quelquefois font alliance contre l’homme pour l’entraîner au mal ; l’ange gardien dissout l’alliance de ces facultés. Elles s’allient de nouveau pourtant, mais c’est pour opérer le bien, non pour faire le mal.

L’ange gardien vous excite à faire le bien, en illuminant votre intelligence, en lui montrant la volonté et le désir de Dieu, en lui faisant comprendre l’avantage du bien et le danger du mal. Il vous engage à faire le bien en vous le rendant facile, en enlevant tous les obstacles ou du moins en les diminuant. Il vous engage à faire le bien en vous donnant force, courage et amour pour le bien.

L’ange gardien porte à Dieu vos prières, et il vous le rend propice ; il les lui présente comme un encens d’agréable odeur, comme le sacrifice de votre cœur, comme la marque de votre amour, comme le désir qui est en vous d’opérer le bien, de suivre sa loi, de vous attacher à lui, de demeurer en lui. Pour qu’il reçoive vos prières, il lui offre toutes vos bonnes actions, il les inscrit sur le livre de vie, et alors Dieu vous écoute pour que vous viviez de plus en plus en lui, par lui et avec lui.

L’ange gardien prie pour vous. Vous priez, ma fille, parce que vous connaissez vos besoins et l’impuissance dans laquelle vous vous trouvez pour agir par vous-même. Vous priez parce que Dieu vous en a fait un devoir, parce que vous connaissez la bonté de Dieu et le désir qu’il a de vous venir en aide. Mais votre ange connaît bien mieux que vous votre faiblesse et votre impuissance, bien mieux que vous la bonté de Dieu et le désir qu’il a de vous secourir ; bien mieux que vous aussi votre bon ange sait de quelle manière il faut prier. Il prie pour vous et demande jusqu’à ce que sa prière soit exaucée.

Enfin, ma fille, votre ange gardien vous suivra partout ; il vous suivra tous les jours de votre vie, et quand Dieu vous retirera de ce monde, il vous présentera à lui et vous placera dans le Ciel si vous êtes juste, si vous avez complètement satisfait à la justice divine. Si vous devez passer par les flammes du purgatoire, il priera et fera prier aussi pour vous, puis il vous délivrera et vous portera pour l’éternité dans le séjour des élus.

Voici à présent ce que vous lui devez. Vous lui devez respect, obéissance et amour.

Vous lui devez respect, car c’est un des princes de la cour céleste, c’est le représentant de Dieu, c’est son ministre près de vous. Honorez donc sa dignité, respectez son caractère d’envoyé de Dieu.

Vous lui devez obéissance. Dieu l’a établi votre protecteur, votre gardien ; il est aussi votre supérieur. Vous devez avoir pour lui la docilité d’un enfant pour son Père, et en vous montrant docile à votre ange gardien, vous montrerez votre docilité vis-à-vis de Dieu. Car obéir à votre ange gardien, c’est obéir à Dieu qui vous l’a donné.

Vous lui devez amour. Votre ange gardien est votre protecteur, votre bienfaiteur ; or, un bienfait demande la reconnaissance, et la reconnaissance se témoigne par l’amour.

Vous lui devez amour parce qu’il vous aime, et que l’amour se reconnaît par l’amour.

Vous lui devez amour parce qu’en l’aimant vous haïrez Satan, et qu’en haïssant Satan vous aimerez Dieu.

Ainsi, tout se lie, tout s’enchaîne dans votre vie : votre pensée, votre mouvement, votre action, tout votre être, votre ange gardien, votre Dieu, votre éternelle félicité.

Lucifer

Voici ce que me dit un jour le Sauveur Jésus :

« Ma fille, je vous ai parlé de l’ange gardien, je veux vous parler aujourd’hui de Lucifer. »

Lucifer était le plus parfait des esprits célestes ; il a péché par orgueil, il a entraîné les autres anges rebelles, il veut entraîner tous les hommes.

Le nom de Lucifer signifie porte-lumière. Ce nom indique la grandeur de la perfection et la beauté parfaite de cet ange. Il appartenait au degré le plus près de Dieu, et parmi les anges de ce degré supérieur il était un des plus parfaits. Je dis un des plus parfaits, parce qu’il y en avait dont la perfection n’était pas inférieure à la sienne. Je dis un des plus parfaits aussi, parce qu’il n’y en avait pas qui eussent une perfection plus grande que la sienne.

Lucifer, ainsi que tous les anges du Ciel, fut soumis à un temps d’épreuve. Au lieu de reconnaître Dieu pour son créateur et d’accepter l’épreuve à laquelle il voulut le soumettre, Lucifer se leva contre lui en disant :

« Je m’élèverai, je deviendrai semblable au Très-Haut. »

Il ne fut pas seul dans sa révolte, il entraîna avec lui un nombre considérable d’anges des neuf degrés établis parmi eux. C’était le plus parfait de tous, et par sa révolte, par l’entraînement qu’il donna aux autres, il devint le plus coupable et le chef des révoltés. Il devint, par son crime, roi de tous les Fils de la superbe et de l’orgueil ; mais il ne régnera plus dans le Ciel et ses hauteurs ; il est, avec tous ses anges, dans les abîmes et les profondeurs de l’enfer. Le nombre de ceux qu’il entraîna fut immense, inférieur néanmoins à celui des anges fidèles. Il aurait voulu les entraîner tous, mais les autres se levèrent contre lui en disant :

« Qui est semblable à Dieu ? »

écrasé par le poids de cette parole et le regard vengeur du Très-Haut, Lucifer fut précipité dans l’éternelle malédiction. N’ayant pu entraîner tous les anges avec lui, il cherche à entraîner les hommes. Il a séduit Adam, il l’a mis en révolte contre Dieu, il veut agir de même vis-à-vis de tous les enfants d’Adam. C’est pourquoi il donne à chacun un tentateur pour combattre l’action de l’ange gardien, pour détourner chaque homme de la voie du bien, pour faire de lui une victime de la vengeance de Dieu et un révolté éternel contre sa divine volonté. Pour cela, il emploie ruses et artifices ; il combine toutes choses, promet le bien et donne le mal, montre la vie et entraîne dans la mort, fait goûter le plaisir et ce plaisir se change en une amertume qui éloigne de Dieu.

Ma fille, craignez de vous laisser séduire par Satan ; il veut votre ruine et la ruine de tous les chrétiens. Depuis que je suis venu au monde pour battre en brèche son empire, il redouble d’efforts pour réduire mes conquêtes. Vains efforts, jamais il n’aura de pouvoir, d’autorité, d’entraînement que sur ceux qui voudront se donner à lui, se livrer à lui, marcher avec lui. Ma grâce repousse Satan, ma force l’épouvante, mon drapeau le met en fuite.

Mon drapeau, c’est la croix ; attachez-vous à elle, et Satan fuira loin de vous. Ma force est la force de la croix qui a vaincu la mort et l’enfer ; armez-vous de ma croix, et vous épouvanterez Satan. Ma grâce descend de la croix, puisez-y comme dans une source intarissable, et vous repousserez Satan.

Je suis avec vous, je suis pour vous ; marchez, ma fille, et demandez : Qui donc sera contre moi ?

Source : Quatrième volume des révélations de Marie Lataste

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire