in , , ,

Sur internet, il faut être un créateur actif de contenus bons

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La maison d’édition Rafael de Cracovie a publié le livre « Holy Game », écrit pour les jeunes par leurs pairs, sous la direction du père Sebastian Picur, vicaire du Sanctuaire Saint Jean-Paul II de Krosno et célèbre influenceur de tiktok adoré par les jeunes.

« Ce roman nous enseigne que sur Internet, nous ne pouvons pas être passifs – parfois de ce qui est mauvais – mais que nous devons être des créateurs conscients et actifs de contenus bons et basés sur l’Évangile« , a déclaré l’ecclésiastique dans une interview accordée à KAI.

Łukasz Kaczyński (KAI) : D’où est venue l’idée d’un tel livre ?

Père Sebastian Picur : Je crois que le Saint-Esprit est à l’origine de diverses idées d’évangélisation. Il sait ce dont les gens ont besoin à un moment donné et, en utilisant différentes personnes, il atteint le cœur des gens. C’était le cas dans l’Ancien et le Nouveau Testament. Il en est de même à l’époque de l’Église du Christ. J’ai invité les adolescents à qui j’enseigne au lycée à écrire le roman Holy Game. Ce sont eux qui connaissent le mieux le monde, la langue, la mentalité, les problèmes et les rêves des jeunes d’aujourd’hui. Ce sont eux qui ont abordé les questions existentielles les plus importantes de leur point de vue, montrant ainsi qu’elles sont fermement ancrées dans le cœur des adolescents.

KAI : Quels sont les dangers de l’internet, des médias sociaux et des jeux populaires pour les jeunes d’aujourd’hui ?

Les dangers sont nombreux. Le premier est le « vol de temps« . Les jeunes passent beaucoup d’heures sur l’internet. Malheureusement, la limite d’âge est de plus en plus basse et le temps passé sur les jeux et les médias sociaux est de plus en plus long. Comment cela se fait-il ? Ces statistiques devraient peut-être inciter les parents à réfléchir au fait que ce sont eux, et non le téléphone, qui devraient être les premiers éducateurs de leurs enfants.

Des éducateurs qui entoureront leurs enfants d’amour. Le monde moderne est pressé. Les parents sont surchargés de travail, de responsabilités ou de stress. Lorsque l’enfant est sur Internet, les parents ont l’esprit tranquille. Mais est-ce la bonne méthode ? C’est précisément ce problème de nombreuses familles modernes qui est le point de départ de l’histoire de « Holy Game » : le manque de temps pour soi. Un manque d’intérêt.

Ce problème peut en entraîner d’autres : dépendance au monde virtuel, hyperactivité, troubles du sommeil ou de la concentration, agressivité croissante. Les amitiés avec des personnes anonymes sont également dangereuses. Bien sûr, il s’agit là d’un côté de la médaille. Il y a aussi le côté positif. C’est ce que souligne le roman « Holy Game ».

KAI : De quoi parle ce livre ?

La protagoniste est Inez, une adolescente rebelle qui s’attire de gros ennuis lorsqu’elle et un groupe d’amis peignent à la bombe un bâtiment, ou plus précisément le nouvel investissement de son père, et que ce dernier en devient hystérique. La vie de la jeune fille se transforme peu à peu en une série d’échecs sans fin.

Un mystérieux inconnu en ligne vient en aide à Inez et change complètement sa vie. Un nouvel ami l’aidera-t-il à rétablir ses relations avec sa famille ? La vie de la protagoniste retrouvera-t-elle un sens ? Qu’est-ce qui relie Inez au premier millénariste béatifié, Carl Acutis ? C’est ce que le lecteur découvrira au fil des pages du roman.

KAI : Pourquoi les jeunes d’aujourd’hui se sentent-ils si mal compris – à la fois par leurs pairs et par leurs parents ?

C’est en parlant les uns avec les autres, en exprimant et en décrivant nos expériences, en passant du temps ensemble, en s’aidant mutuellement, en se pardonnant et en vivant des moments de joie et de beauté que nous apprenons le plus.

En l’absence de ces éléments, il est plus difficile de se comprendre. Le monde moderne est de plus en plus déconnecté de la construction de relations dans la vie réelle. Bien sûr, nous passons du temps sur les médias sociaux et les messageries instantanées. Mais une conversation virtuelle ne remplacera jamais une conversation en personne.

Il peut être intéressant pour les familles et les communautés d’organiser un « temps sans téléphone ni télévision« . Repas en commun, voyages ou sorties. C’est en prenant le temps d’apprendre à se connaître que l’on peut construire des relations vraiment profondes.

KAI : On pourrait dire que les parents et les enfants sont souvent trop occupés pour trouver de tels moments…

Si l’on considère le monde d’aujourd’hui et le désir de développement, il faut en effet aussi se référer aux nombreuses activités qui remplissent la vie quotidienne des jeunes. À première vue, ces activités sont bonnes et utiles, comme les cours de physique, l’école de danse, les leçons de piano ou la piscine. Malheureusement, ces activités supplémentaires, qui sont censées faire des enfants des génies, peuvent s’accumuler à tel point que la famille n’a plus vraiment le temps d’avoir une conversation normale.

Peut-être vaut-il parfois la peine de renoncer à une langue ou à un instrument supplémentaire. Dans tout cela, il est également important de ne pas oublier Dieu, qui est une communauté de trois personnes. Il vaut la peine de revenir à la prière en famille, de dire la tétine, d’aller à la messe ou de se confesser à l’occasion du premier vendredi. Nous devrions profiter des anniversaires et des fêtes de famille pour nous rendre ensemble à l’Eucharistie et prier pour une intention spécifique.

KAI : Quel exemple Carlo Acutis, qui figure dans le livre cité plus haut, représente-t-il pour les jeunes ?

Le bienheureux Carlo Acutis est un exemple de jeune normal qui aimait beaucoup Dieu. Était-il différent de ses camarades à première vue ? Non. Comme eux, il jouait à l’ordinateur, s’intéressait au football, marchait avec des chaussures Nike, aimait les animaux, mangeait des pizzas, riait et pleurait, s’intéressait à la programmation, avait ses peurs et ses rêves. Néanmoins, ce qui le distinguait de ses pairs, c’était sa relation très étroite avec Jésus-Christ présent dans l’Eucharistie. Carlo a reçu de Dieu la grâce d’une belle foi et le désir de communier.

Dans l’Eucharistie, il a tout simplement rencontré son meilleur ami. Que nous apprend Carlo ? Qu’il faut être une personne normale, ordinaire. Avoir des jours meilleurs et pires, rire et pleurer, apprécier des choses simples comme jouer avec le chien, le goût de la pizza ou gagner un match avec son équipe préférée, et mettre au centre de tout cela Jésus-Christ de l’Eucharistie, vers qui Marie nous conduit. C’est le chemin de la sainteté que Carlo Acutis nous a laissé.

KAI : Comment intéresser les jeunes à la foi et surtout à la force que l’on peut tirer de l’Eucharistie ?

Les jeunes sont sensibles à l’injustice des autres. Ils s’impliquent souvent dans diverses actions caritatives, par exemple pour un hospice, une mission ou même un refuge. Ce pourrait être l’occasion de les inviter à une formation centrée sur la messe et l’adoration. Une autre occasion de les intéresser à leur foi est de leur proposer des sorties où l’eucharistie et l’évangélisation sont intégrées. Une bonne équipe d’animateurs jeunes et formés peut éveiller dans leur cœur le désir d’une foi plus consciente et plus mûre, orientée vers Jésus présent dans le Saint Sacrement.

En discutant avec des jeunes pendant les cours ou sur les médias sociaux, je rencontre souvent des questions sur les preuves de l’existence de Dieu. Les jeunes sont à la recherche d’arguments concrets. Sans aucun doute, les miracles eucharistiques font partie de ces signes particuliers que Dieu nous a donnés. L’étape suivante consiste à parler de la souffrance et du mal, en particulier de ceux vécus par les jeunes interlocuteurs, et à leur montrer que c’est la prière, la Sainte Communion et l’adoration en silence qui peuvent apporter la guérison intérieure et la paix du cœur.

Tout cela nous est donné par Jésus Eucharistie. La grâce de la conversion et la foi profonde sont ses dons auxquels nous devons nous ouvrir et que nous devons demander dans la prière, y compris pour ceux qui sont perdus sur les chemins de la vie. Les éléments mentionnés pour marcher sur les chemins de la foi vers l’Eucharistie sont inclus dans le roman « Holy Game« .

KAI : Et quel est le titre de ce  » Holy Game  » ?

Le « Holy Game« , ou jeu sacré, est une réalité à laquelle nous participons tous d’une manière ou d’une autre. Chacun d’entre nous joue pour son salut. Nous luttons contre divers obstacles, des adversaires du salut, et nous devons relever de nouveaux défis. Parfois, nous perdons notre vie dans la grâce sanctifiante, mais le Seigneur Dieu veut toujours nous restaurer et nous équiper de ses dons.

« Holy Game » juxtapose le monde virtuel et le monde réel et nous montre quelles sont les valeurs les plus importantes. Enfin, ce roman nous enseigne que sur Internet, nous ne pouvons pas être des récepteurs passifs – parfois de ce qui est mauvais – mais que nous devons être des créateurs conscients et actifs de contenus bons et basés sur l’Évangile. La transformation du monde selon le plan de Dieu doit également s’appliquer au monde de l’internet, car c’est là que beaucoup de gens se trouvent à tout moment.

À lire aussi | 20ᵉ dimanche du temps ordinaire – Jésus-Christ et la Cananéenne

KAI : Parmi les thèmes abordés par les jeunes auteurs du livre et par le prêtre, quel est le plus important dans le contexte des adolescents ?

Le message le plus important du livre est l’espoir. Même si votre monde s’écroule et que tout se retourne contre vous, il n’y a pas de situation sans issue. Avec le Seigneur Dieu, vous traverserez toutes les tempêtes de la vie. C’est lui qui, dans son amour miséricordieux, te donne toujours une nouvelle chance.

C’est Lui qui envoie de bonnes personnes qui t’aideront à te relever et à aller de l’avant. C’est Lui qui enlève la peur et t’aide à développer les beaux dons qu’Il a semés dans ton cœur. Avec Lui, tout est possible. Faites-lui confiance, donnez-lui du temps et laissez-vous guider. Les miracles apparaîtront plus vite que vous ne le pensez.

Cet article a été publié originellement par Niedziela (Lien de l’article)

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

20ᵉ dimanche du temps ordinaire - Jésus-Christ et la Cananéenne

20ᵉ dimanche du temps ordinaire – Jésus-Christ et la Cananéenne

Le Pape annonce qu'il rédige un nouveau document sur l'environnement

Le Pape annonce qu’il rédige un nouveau document sur l’environnement