Jésus Christ crie aux prêtres et leur fait une plainte d'amour

Jésus Christ crie aux prêtres et leur fait une plainte d'amour

Jésus crie aux prêtres dans une plainte d'amour à cause de leurs offenses, telle est la vision d'une mystique anonyme durant son adoration.

Voilà quelque temps de celà, un jour que j'entrais à l'église, vers dix heures du matin, Jésus était seul et délaissé. Après m'être agenouillée et l'avoir adoré dans son sacrement d'Amour, mon âme a été saisie d'une grande peine, sans en savoir le motif. Mais bientôt j'ai entendu la voix du Bien-Aimé qui ne ressemblait pas à une voix humaine. C'était la voix de Jésus qui se plaignait à moi du fond de son tabernacle.

Jésus me dit plusieurs fois le mot : Prêtres, prêtres !

Je ne comprenais pas. Je demandai à Jésus ce que cela voulait dire. Jésus m'a répondu et m'a dit d'une voix triste et lamentable :

« Mon enfant, je gémis sur l'ingratitude de mes prêtres envers moi, envers les âmes. Les prêtres s'occupent de tout, hormis d'une seule chose, mon Amour. Ils me délaissent, et, en me délaissant, ils abandonnent les âmes, qui me sont si chères. »

Ensuite Jésus me montra en quoi le prêtre lui cause plus de peine. Il me dit aussi la cause du relâchement du prêtre, et que par là le prêtre courait à sa perte et en même temps à la perte de tant d'âmes ! Il me dit aussi comment il punirait le prêtre infidèle à son Amour.

J'ai remarqué que tout ce qui afflige le plus le cœur de Jésus, c'était que personne ou du moins très peu ne pensent à sauver les âmes.

En même temps je ressentais dans mon âme la souffrance du Cœur de Jésus. Tout ce que Jésus me disait du prêtre, passait dans mon cœur, en me faisant ressentir tout l'amour du Cœur de Jésus envers le prêtre. En même temps je sentais toute la malice du prêtre, qui ne voulait pas répondre à l'Amour de Jésus.

À lire aussi | Le Vatican ouvre sa première ambassade à Abu Dhabi aux Émirats arabes

La première peine du Cœur de Jésus vient du peu de disposition d'un grand nombre de prêtres pour offrir le saint sacrifice de la messe. Ils n'apportent pas toute la ferveur et la dévotion que réclame une si grande action. Jésus se plaint qu'ils prennent trop peu de temps pour se préparer aux saints mystères. De là vient qu'ils sont assaillis de distractions pendant qu'ils sont au saint autel. Beaucoup sont trop prompts. Jésus se plaint qu'ils ne font presque pas d'action de grâces. Après avoir célébré et consacré, avoir communié, ils ne pensent même pas à remercier la grande bonté de Jésus envers eux. Jésus me dit que beaucoup de prêtres manquent de faire l'action de grâces, après avoir dit la messe. Cela arrive quelquefois dans des occasions où ils auraient pu trouver un moment pour remercier Jésus. Enfin il y a de leur faute, et cela blesse le cœur de Jésus, car Jésus demande beaucoup de reconnaissance à celui à qui il a donné plus de grâces.

Le malheur du prêtre, c'est de ne pas assez veiller sur lui-même, sur ses actions, sur ses paroles, sur ses pensées. Oh ! Le prêtre, s'il ne fait pas attention à ce qu'il fait, s'il ne veille pas sur son âme avec un soin extrême, bientôt il déchoira de sa première ferveur. Et il tombe chaque jour de négligences en négligences, de petites fautes en petites fautes. Il se dit : cela n'est rien. Et cependant, avec de telles dispositions, il ne lui faudra qu'un pas pour tomber dans de grandes fautes, contre lesquelles la grâce de Dieu ne le prévient pas, parce qu'il a été négligent dans les petites choses.

Le malheur du prêtre, c'est donc de ne pas faire attention à la messe. Les saints ont compris que, pour dire la messe, il faudrait être un séraphin, un saint consumé d'Amour. Et lorsque l'on a dans le cœur un peu d'Amour pour Jésus, on ne peut pas comprendre comment un prêtre peut dire la messe comme il ferait une action ordinaire, ou la dire par habitude, ou passer plusieurs jours sans dire la messe sans raison grave. Quel grand malheur pour le prêtre ! Quelle perte pour les peuples !

C'est là ce qui afflige infiniment le Cœur de Jésus. C'est là ce qu'il punira dans le prêtre et punira sévèrement.

Quelle responsabilité pour un prêtre, de paraître devant le tribunal de Dieu, après avoir dit un grand nombre de messes avec si peu de ferveur ! Et quelquefois il le punira même dans ce monde. S'il l'abandonne à lui-même, c'est à cause de cela. Et s'il permet qu'il tombe quelquefois dans de grands péchés, c'est pour le punir de n'avoir pas bien dit la messe.

C'est là le point de départ des faiblesses que nous rencontrons trop souvent dans la vie du prêtre. Non, non, ce n'est point moi qui ai imaginé et inventé les paroles que je vous transmets. Non, bien sûr. Mais c'est Jésus qui se plaint et qui fait entendre sa voix bien-aimée. Il crie aux prêtres et il leur fait cette plainte d'amour :

« O vous, vous, mes prêtres, que j'ai tant aimés, que j'ai choisis comme des perles très précieuses, comme un diamant très cher à mon cœur ! Je vous ai tirés de la foule des hommes pour vous enrichir de mes grâces et de mon amour. Et vous aussi, voulez-vous donc méconnaître mon Amour et oublier mes bienfaits ! Vous étiez mes amis privilégiés et voilà que vous abusez de mes dons. Vous aussi, vous voulez goûter à cette coupe empoisonnée du mensonge et de l'iniquité. Le démon de l'orgueil est entré dans votre coeur. Et ce péché d'orgueil fait d'affreux ravages dans le monde. Il perd le monde, il perd les âmes, il perd le prêtre. Il refroidit mon Amour dans leur coeur. »

Source : Paul de Jésus - Prêtre du tiers ordre de Saint-François - La Veille de la victoire - 1882

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *