Le Fiat de Marie était-il un acte de liberté ?

Nous commençons à répondre à cette question importante en en posant une autre de moindre importance. Pourquoi Marie est-elle montée sur un âne lors de sa fuite en Égypte ? La réponse, chers lecteurs indulgents, est qu'elle avait donné son FIAT au Seigneur. L'usage que Dieu pourrait faire d'une voiture de fabrication italienne est laissé à l'imagination.

Pour ceux qui ne savent pas ce que signifient les lettres FIAT, il s'agit de Fabbrica Italiana Automobili Torino. Fondée en 1899, cette entreprise turinoise est devenue depuis un symbole de l'entreprise technologique et créative de l'Italie, qui, comme on le dit, a "changé le pays et l'histoire de la mobilité mondiale pour toujours".

Le fiat de Marie (qui signifie "que cela se fasse" en latin) a changé le monde bien au-delà de la "mobilité mondiale". Il a radicalement changé la vie des êtres humains et de la société en général comme personne avant ou après ne l'a fait en apportant le Christ dans le monde. Elle a permis à la plus grande révolution morale du monde de commencer.

Certains théologiens soutiennent que le fiat de Marie n'aurait pas pu être authentique, car, en tant que jeune fille connaissant très peu le monde, elle aurait eu peur de rejeter l'invitation de Dieu'. Par conséquent, elle a dû se sentir contrainte de lui obéir parce qu'elle pensait qu'elle n'avait pas d'autre choix. Elle a dû être intimidée par l'offre divine. Dieu savait à l'avance quelle serait sa décision, c'est pourquoi il a choisi quelqu'un qui ne pouvait pas dire "non".

D'un autre côté, il est blasphématoire de penser que Dieu est un tyran. Marie a prié et a développé un amour pour Dieu qui l'a amenée à lui faire confiance. L'amour se prépare à accueillir l'Amour même si cet amour peut apporter de grandes difficultés et des épreuves. Dans son livre Les quatre amours, C. S. Lewis déclare :

"Aimer, c'est être vulnérable. Aimez quoi que ce soit et votre cœur sera tiraillé, voire brisé. Si vous voulez être sûr de le garder intact, vous ne devez le donner à personne, pas même à un animal. Enveloppez-le soigneusement de passe-temps et de petits luxes ; évitez tout enchevêtrement. Enfermez-le bien dans le cercueil de votre égoïsme. Mais dans ce cercueil, à l'abri, dans l'obscurité, immobile, sans air, il changera. Il ne sera pas brisé, il deviendra incassable, impénétrable, irrémédiable. Aimer, c'est être vulnérable".

Marie savait-elle à l'avance ce qui l'attendait ? Avait-elle prévu de devenir la Dame de la douleur, Mater Dolorosa, d'avoir le cœur transpercé, d'assister à la crucifixion de son Fils ? Si elle avait vu ces choses à l'avance, elle n'aurait certainement pas offert son fiat. Elle ne devait avoir à l'esprit que les bonnes choses dont, étant la mère de notre Sauveur, elle jouirait sans tache. Mais son amour était inséparable de sa confiance. Elle était persuadée qu'en fin de compte, les difficultés qu'elle endurerait se dissiperaient en présence d'une joie durable.

Raniero Cantalamessa, théologien du pape Jean-Paul II, a déclaré ce qui suit dans son livre, Marie, miroir de l'Église :

"Le fiat de Marie a été un acte libre, plutôt le premier véritable acte libre depuis le début du monde, parce que la vraie liberté ne consiste pas à faire ou à ne pas faire ce qui est bien, mais à faire librement ce qui est bien ; la liberté d'obéir librement et non la liberté d'obéir ou de ne pas obéir à Dieu".

La liberté de Marie implique plus que de dire "oui" ou "non". C'était une liberté d'embrasser librement tout ce que son fiat initial mettrait en jeu. Sa liberté était à la fois humaine et divine ; humaine par nature, divine par grâce.

Il y a trois grands fiats dans l'histoire. Le premier est celui où Dieu a dit "Fiat lux" (que la lumière soit). Ce fiat a donné naissance au monde. Le fiat suivant est celui de Marie (Fiat mihi secundum verbum meum - "qu'il me soit fait selon Ta parole"). Le troisième fiat est celui de Jésus dans le mystère pascal, son oui à la volonté du Père (Luc 22-42).

Genèse 1:3 Dieu dit : " Que la lumière soit ! " et la lumière fut.

Luc 1:38 Marie dit alors : " Voici la servante du Seigneur : qu'il me soit fait selon Votre parole !

Luc 22:42 " Père, si vous voulez, détournez de moi ce calice. Cependant, que ce ne soit pas ma volonté, mais la vôtre qui soit faite. "

Mais il y a un quatrième fiat, celui qui est contenu dans le Notre Père. Un fiat que nous pouvons dire chaque jour : "Que ta volonté soit faite". Lorsque nous prononçons ce quatrième fiat (Fiat voluntas Tua - "Que ta volonté soit faite").

Matthieu 6:9 Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié ;
Matthieu 6:10 que votre règne arrive ; que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Matthieu 6:11 Donnez-nous aujourd'hui le pain nécessaire à notre subsistance ;
Matthieu 6:12 et remettez-nous nos dettes, comme nous-mêmes remettons à ceux qui nous doivent ;
Matthieu 6:13 et ne nous induisez point en tentation, mais délivrez-nous du Malin.

En récitant cette prière, nous répétons le fiat de Marie, accueillant la volonté de Dieu dans notre vie quotidienne. Le fiat de Marie poursuit l'œuvre de la création. Notre fiat adopte le fiat de Marie. Oui à la création, oui à l'incarnation, oui à la vie en accord avec la volonté de Dieu. Le christianisme ne peut être plus affirmatif. Cette concaténation de "oui" s'oppose triomphalement au "je ne servirai pas".

Karl Stern, éminent psychiatre et converti à l'Église catholique, a dit de Marie que l'immobilité du signe de tête de l'assentiment n'avait d'égal que la liberté originelle de l'acte créateur. Il poursuit en disant que "le "Que ta volonté soit faite", ce Oui inconditionnel que nous prononçons chaque jour dans la prière et qui conduit à mille petites incarnations, à un moment central de l'histoire, a été une manifestation unique de la liberté qui a conduit à l'Incarnation".

À lire aussi | Le 63e Pèlerinage international des soldats s’est achevé à Lourdes

L'assentiment de Marie était vraiment libre en ce sens qu'elle acceptait tout ce qui devait émerger de son assentiment. Parce qu'il était inconditionnel, il était libre au sens le plus élevé du terme. Sa liberté était d'une importance capitale et nous offre un modèle de liberté que chacun d'entre nous devrait chercher à imiter dans sa vie quotidienne.

Cet article a été publié originellement par Catholic Exchange (Lien de l’article).

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *