in , , , , ,

L’eucharistie et le corps du prêtre

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Un effet de la dévotion au Saint-Sacrement est une conception plus élevée du corps. Une grande partie de la littérature dévotionnelle est teintée d’une insistance janséniste sur la vilenie du corps.

Il est représenté comme un « ver » et « l’ennemi de l’âme », comme si l’âme pouvait être sauvée sans le corps. Un tel mépris du corps oublie que l’homme est une personne, un composé de corps et d’âme.

En annonçant l’Eucharistie, Notre-Seigneur en a parlé en relation non seulement avec l’âme, mais aussi avec le corps qui participera à la Résurrection.

39. Or, la volonté de celui qui m’a envoyé, est que je ne perde aucun de ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour.

Job, attendant avec impatience la résurrection tout en regardant ses plaies ulcéreuses, s’écria :

25. Je sais que mon vengeur est vivant, et qu’il se lèvera le dernier sur la poussière.

26. Alors de ce squelette, revêtu de sa peau, de ma chair je verrai Dieu.

De même, l’Éternel parle à Ézéchiel :

13. Et vous saurez que je suis Yahweh, quand j’ouvrirai vos sépulcres et que je vous ferai remonter hors de vos tombeaux, ô mon peuple.

Cette idée que saint Paul a longuement développée (1 Corinthiens 15:35-44) en la reliant à la résurrection du Christ. Les caractéristiques que prendra le corps refléteront celles de l’âme. Si on verse un liquide bleu dans un verre, le verre paraît bleu. Si on y verse du rouge, ça paraît rouge.

Si l’âme est noire à l’intérieur, le corps prendra une pareille corruption. Si l’âme a une participation à la Nature divine, le corps prendra le rayonnement du Ciel. Comme l’écrivait Dante dans son Paradiso :

« Une chair glorieuse et sanctifiée nous sera de nouveau revêtue, rendant nos personnes plus agréables en étant toutes complètes. « 

Ce qui a été dit de Notre-Seigneur lorsqu’il est venu au monde doit donc être applicable à tout prêtre.

5. C’est pourquoi le Christ dit ceci entrant dans le monde :  » Vous n’avez voulu ni sacrifice, ni oblation, mais vous m’avez formé un corps ;

Cela signifie que Dieu ne serait pas satisfait des sacrifices de l’Ancienne Loi (Isaïe 1:11-17 ; Jérémie 7:21-23 ; Osée 6:6), mais que le Corps que Son Fils a pris devait être l’instrument de sa divinité. C’est grâce au Corps que Marie lui a donné qu’il a pu souffrir. C’est grâce au même Corps que la Divinité a marché sur cette terre sous forme d’homme.

9. Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité.

Dans le désert, Satan en appela à l’appétit de la faim après que Notre-Seigneur eut jeûné. Mais Notre-Seigneur a réparé tous les péchés en offrant son corps en sacrifice sur la croix. On peut se demander pourquoi l’accent dans l’Épître aux Hébreux est mis sur le corps que Notre-Seigneur a pris, et non sur l’âme, comme c’est le cas dans Isaïe (53:10).

C’était probablement pour souligner le fait que l’offrande du Christ devait se faire par la mort, ce qui nécessitait un corps, et aussi pour attirer l’attention sur la nécessité de confirmer la Nouvelle Alliance par le sang aussi bien que l’Ancienne. Par conséquent, Notre-Seigneur, la nuit de la Dernière Cène, changea le vin en Sang, l’appelant le Sang du Nouveau Testament ou de l’Alliance, mais le Sang ne pouvait être donné sans le Corps.

Une autre raison peut être de nous rappeler que la Nature Humaine du Christ (Luc 1:35) ne constituait pas une personne distincte, mais appartenait à la Deuxième Personne de la Sainte Trinité. Le mystère de l’Incarnation est que la Divinité a habité le Corps, le mystère de l’Expiation est caché dans une seule offrande du Corps de Christ, le mystère de la sanctification est que le Saint-Esprit habite et sanctifie aussi le Corps.

Puisque le grand Souverain Sacrificateur insistait sur Son Corps comme source de sanctification pour les âmes, alors le prêtre qui touche ce Corps du Christ dans l’Eucharistie ne doit-il pas voir son propre corps incorporé dans ce même Seigneur Eucharistique ? Ce respect du corps se manifestera de deux manières : par la pureté du corps, et par un esprit de sacrifice. Pour tous les chrétiens, mais particulièrement pour le prêtre qui touche le Corps du Christ, l’obligation d’être pur est claire :

13. Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments, et Dieu détruira l’un comme les autres. Mais le corps n’est pas pour l’impudicité, il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps.

15. Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres du Christ? Prendrai-je donc les membres du Christ pour en faire les membres d’une prostituée? Loin de là !

Le corps n’appartient pas au prêtre, il n’en est que le dépositaire. Il est obligé de l’utiliser selon la direction du Grand Prêtre :

19. Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous n’êtes plus à vous-mêmes?

20. Car vous avez été rachetés à prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps.

Ce n’est pas seulement l’âme qui appartient au Seigneur ; c’est aussi le corps. Membre par membre, le corps du sacrificateur doit être le même que celui que le Fils de Dieu a pris, qui a été crucifié pour nous, et qui est maintenant dans la gloire à la droite de Dieu. Une fois que le prêtre le voit réellement comme le temple de Dieu, il doit lui montrer un plus grand respect.

La façon dont il s’habille, dont il se présente aux visiteurs à la porte, dont il garde son corps discipliné, libre des excès de manger et de boire, tout cela et toutes ses relations avec son corps, sont guidés par un sens de ce qui est approprié. Au temple qui appartient à Dieu. Le corps du prêtre est le mur du temple, ses sens sont sa porte, son esprit la nef, son cœur le prêtre-autel et son âme le saint des saints.

Il y aura même une douceur résultante sur le visage du prêtre. Les constructeurs de cathédrales médiévales ont passé beaucoup de temps sur les portes pour les rendre aussi dignes que possible. Le visage est la porte de l’âme, et il ne devrait pas être un discrédit pour le temple. Regard morne et triste, hargne et mécontentement, peu siégeaient à ceux dont les corps sont les temples du Saint-Esprit et qui touchent chaque matin le Corps et le Sang du Christ à l’autel. Dans le visage brillera la présence divine.

La pureté du prêtre est donc spirituelle avant d’être physique, elle est théologique avant d’être physiologique, c’est eucharistique, avant d’être hygiénique. La pureté est un reflet de la foi ; c’est une attitude avant un acte ; une intériorité respectueuse, pas une intégrité biologique. La pureté chez le prêtre n’est pas le résultat de quelque chose qu’il « abandonne » ; c’est le respect du mystère — et le mystère est la créativité.

Dieu a permis aux créatures de participer à sa création. Mari et femme la prolongent en faisant fructifier leur mariage, incarnation de leur amour mutuel. L’ambassadeur du Christ est appelé à un autre type de créativité : il engendre des âmes. Il consacre; il baptise; il recrée des âmes au confessionnal. Dans tous ces actes, son corps participe. Il n’a donc pas abandonné certaines fonctions du corps ; il les a transformés, les a fusionnés dans le plan divin de rédemption.

La virginité consacrée est la forme la plus élevée de l’amour sacré ou sacrificiel ; elle ne cherche rien pour elle-même, elle ne cherche que la volonté de l’Aimé. Le monde fait l’erreur de supposer que la virginité s’oppose à l’amour, comme la pauvreté s’oppose à la richesse. Au contraire, la virginité est liée à l’amour, comme une éducation universitaire est liée à une éducation de lycée. La virginité est le sommet de la montagne de l’amour, comme le mariage est sa colline. Tout simplement parce que la virginité est souvent associée à l’ascétisme et à la pénitence, on pense qu’elle signifie uniquement l’abandon de quelque chose. L’image vraie est que l’ascèse n’est que la clôture autour du jardin de la virginité.

Un garde est toujours stationné autour des joyaux de la couronne d’Angleterre, non pas parce que l’Angleterre aime les soldats, mais parce qu’elle en a besoin pour protéger les joyaux. Ainsi, plus l’amour est précieux, plus grandes sont les précautions à prendre pour le garder. Puisqu’aucun amour n’est plus précieux que celui de l’âme amoureuse de Dieu, l’âme doit toujours être à l’affût des lions qui envahiraient ses verts pâturages. La grille dans un monastère carmélite n’est pas pour garder les sœurs à l’intérieur, mais pour garder le monde à l’extérieur.

Comme la virginité n’est pas le contraire de l’amour, elle n’est pas non plus le contraire de la génération. La bénédiction chrétienne sur la virginité n’a pas abrogé l’ordre de la Genèse (1:22) « d’augmenter et de se multiplier », car la virginité a sa propre génération.

La consécration de la virginité de Marie était unique en ce qu’elle a abouti à une génération physique – la Parole faite Chair. Mais cela a également établi le modèle pour la génération spirituelle, car elle a également engendré le semblable à Christ. De la même manière, l’amour vierge ne doit pas être stérile.

Il faut plutôt dire avec Paul :

15. Car, eussiez-vous dix mille maîtres dans le Christ, vous n’avez pas cependant plusieurs pères, puisque c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l’Évangile

Lorsque la femme dans la foule a loué la Mère de Notre-Seigneur, Il a étamé la louange à la maternité spirituelle, et a dit que celle qui faisait la volonté de son Père céleste était sa mère. La relation était ici élevée du niveau de la chair à l’esprit. Engendrer un corps est béni ; sauver une âme, est plus béni, car telle est la Volonté du Père. Une idée peut ainsi transformer une fonction vitale, non en la condamnant à la stérilité, mais en l’élevant à une nouvelle fécondité de l’Esprit.

Il semblerait donc qu’il soit impliqué dans toute virginité la nécessité de l’apostolat et de l’engendrement des âmes pour le Christ. Dieu, qui a haï l’homme qui a enfoui son talent dans la terre, méprisera certainement ceux qui s’engagent à être amoureux de lui, et pourtant ne montrent aucune vie nouvelle – convertis ou âmes sauvées par la contemplation.

En discutant avec d’autres de la dignité du corps, le vrai prêtre ne se limitera pas à la répétition routinière des interdits traditionnels et au conseil tout aussi routinier d’imiter la Sainte Mère. La technique du « ne pas faire » est qu’elle amène les jeunes à se demander pourquoi leur instinct de procréation devrait être si fort, s’il est associé au mal. D’autre part, les jeunes se demandent comment la Sainte Mère doit être imitée. L’idéal est si élevé et si abstrait qu’il semble facilement irréalisable aux jeunes.

Comme l’eau pure est plus que l’absence d’impuretés, comme un diamant pur est plus que l’absence de carbone, et comme la nourriture pure est plus que l’absence de poison, ainsi la pureté est plus que l’absence de volupté. Parce qu’on défend la forteresse contre l’ennemi, il ne s’ensuit pas que la forteresse elle-même ne contienne aucun trésor. Le prêtre devrait dire à la jeunesse que tout mystère contient deux éléments ; l’un visible, l’autre invisible.

Par exemple, dans le Baptême, l’eau est l’élément visible et la grâce régénératrice du Christ est l’élément invisible. Le sexe est aussi un mystère, car il a ces deux caractéristiques.

Le sexe est quelque chose de connu de tout le monde, et pourtant, c’est quelque chose de caché de tout le monde. L’élément connu est que tout le monde est soit un homme, soit une femme. L’élément invisible, caché et mystérieux du sexe est sa capacité de créativité, un partage en quelque sorte du pouvoir créateur par lequel Dieu a créé le monde et tout ce qu’il contient.

Comme l’amour de Dieu est le principe créateur de l’univers, ainsi Dieu a voulu que l’amour de l’homme et de la femme soit le principe créateur de la famille. Ce pouvoir de l’être humain d’engendrer quelqu’un fait à son image et à sa ressemblance participe de la puissance créatrice de Dieu.

À lire aussi | Les Anges gardiens des nations et des églises

Il faut faire comprendre aux jeunes que le flambeau de la vie placé par Dieu entre leurs mains doit brûler de manière contrôlée jusqu’au but et au destin fixés par la raison et le Dieu de la raison. Le mystère de la créativité que Dieu a mis en eux est entouré de crainte. Une révérence particulière entoure le pouvoir d’être co-créateurs avec Dieu dans l’élaboration de la vie humaine. C’est cet élément caché qui, d’une manière particulière, appartient à Dieu, tout comme la grâce de Dieu dans les sacrements.

Ceux qui ne parlent que de sexe se concentrent sur l’élément physique ou visible, oubliant le mystère spirituel ou invisible de la créativité. Dans les sacrements, les hommes fournissent l’acte, le pain, l’eau et les paroles ; Dieu fournit la grâce, le mystère. Dans l’acte sacré de la création de la vie, l’homme et la femme fournissent l’unité de la chair ; Dieu fournit l’âme et le mystère. Tel est le mystère de la sexualité tel que le prêtre doit l’expliquer.

Source : Le prêtre n’est pas le sien – Mgr Fulton J. Sheen – 1963

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire