in , , , ,

L’ignorance des Écritures, c’est l’ignorance du Christ

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
L'ignorance des Écritures, c'est l'ignorance du Christ

L’ignorance de l’Écriture est l’ignorance du Christ. Ce jugement sévère de saint Jérôme sur la nécessité pour chaque chrétien d’avoir une connaissance directe et personnelle des livres inspirés de la Sainte Bible apparaît dans un commentaire sur Isaïe.

Jérôme y insiste sur le fait qu’Isaïe n’est pas seulement un prophète de l’ancienne alliance, mais qu’il est aussi un évangéliste et un apôtre de la nouvelle alliance, en raison du rôle essentiel qu’il joue en nous enseignant la mission du messie et l’identité du Verbe fait chair.

Dans cette conviction de la nécessité de connaître les Écritures, Jérôme anticipe l’intuition de saint Augustin selon laquelle le Nouveau est caché dans l’Ancien Testament et l’Ancien est révélé dans le Nouveau. Voilà pour le marcionisme, qui voulait écarter les Écritures juives et nier que le Dieu d’Israël est aussi notre Père. Et tant pis pour ceux qui prétendent qu’en raison de la présence du Christ dans les sacrements, il est possible d’être un disciple mature du Seigneur Jésus sans un contact régulier et intime avec les Saintes Écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament.

L’après-midi du dimanche de Pâques, le Seigneur Jésus ressuscité a rejoint deux disciples découragés alors qu’ils se rendaient de Jérusalem à Emmaüs, « mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. » (Luc 24:16). (Luc 24:16). Les deux hommes ont proposé à l’étranger d’expliquer leur incompréhension face à la mort de Jésus de Nazareth, dont ils étaient convaincus qu’il « était un prophète puissant en actes et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple. » (Luc 24:19)

Puis, après que les deux hommes eurent reconnu que certaines femmes de leur groupe avaient prétendu avoir vu des anges ce matin-là qui leur avaient annoncé que Jésus était vivant, le Seigneur ressuscité leur déclara :  » O insensés et lents de cœur à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît ces choses et entrât dans sa gloire ?« . Et, commençant par Moïse et tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait.  » (Luc 24:25-27)

Enfin, après avoir rejoint les deux disciples pour le souper, Jésus « prit le pain, le bénit, le rompit et le leur donna. Leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent. Et il disparut de leur vue. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous pendant qu’il nous parlait en chemin, pendant qu’il nous ouvrait les Écritures ?«  » (Luc 24:30-32).

À lire aussi | La propriété privée : l’homme est l’administrateur des biens de Dieu

Pour reconnaître le Seigneur ressuscité dans le don incomparable de la Très Sainte Eucharistie, pour le reconnaître dans le déguisement affligeant des pauvres, et pour le reconnaître dans la communion des autres chrétiens réunis pour chanter les louanges de Dieu, il faut d’abord le reconnaître dans la Page Sacrée, entendre et écouter la Parole de Dieu dans la Bible, car « toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger et pour former à la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et équipé pour toute bonne œuvre. » (2 Tim 3:16-17)

Cet article a été publié originellement et en anglais par The Catholic Thing ( Lien de l’article ).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

La propriété privée : l'homme est l'administrateur des biens de Dieu

La propriété privée : l’homme est l’administrateur des biens de Dieu

Caïn, les enfants de Dieu et les géants

Caïn, les enfants de Dieu et les géants