in , , , ,

La chute de Lucifer du Royaume de Dieu

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
La chute de Lucifer du Royaume de Dieu
La chute de Lucifer du Royaume de Dieu
La chute de Lucifer du Royaume de Dieu

Quelques explications sur la chute de Lucifer du Royaume de Dieu, là où après que la lumière soit, Lucifer s’est rebellé face à son créateur sans le connaitre véritablement.

Et alors le Verbe du Père (Jésus-Christ) se fit entendre : << Que la lumière soit ! >> Et la lumière fut, ainsi que les anges de lumière.

Car, lorsqu’il a dit << Que la lumière soit ! >>, il s’agissait d’une lumière sans luminaire, et qui avait une forme : ce sont les anges.


Mais, quand il a dit : << Qu’il y ait des luminaires ! », il s’agissait de la lumière de l’air, celle que nous voyons.

Or Lucifer vit qu’il y avait, du côté de l’Aquilon, une place vide et qui ne servait à rien, et il voulut y installer le siège de sa puissance pour opérer une création plus abondante et plus grande que celle de Dieu, sans connaître la volonté qu’avait celui-ci de créer toutes les autres créatures. Il ne regarda pas le visage du Père, il ne reconnut pas sa force et ne goûta pas sa bonté, car, avant même de ressentir tout cela, il tenta de se rebeller contre Dieu.

Dieu, en effet, n’avait pas encore manifesté tout cela, mais il l’avait dissimulé, comme le fait un homme puissant et fort, qui cache parfois sa force aux hommes qui ne le connaissent pas encore, jusqu’à ce qu’il voie ce que ceux-ci pensent de lui, ce qu’ils veulent entreprendre et ce qu’ils veulent faire. Et comme Lucifer, dans sa volonté dépravée, se dressait vers le néant, puisque ce qu’il voulait faire n’était que néant, il tomba dans le néant et ne put subsister, puisqu’en dessous de lui il n’avait aucun fondement.

Car s’il n’avait au-dessus de lui aucun sommet, il n’avait en dessous de lui aucun fondement qui pût le soutenir, l’empêcher de tomber. En effet, dès qu’il s’étendit vers le néant, le commencement de son extension produisit le mal, et bientôt ce mal, dépourvu en soi de clarté et de lumière, fut enflammé sous l’effet de la Colère divine, comme le fait une roue qui se déplace et qui tourne sur elle-même, en produisant des éclairs de feu.

À lire aussi | État de la pauvreté en France en 2021 par le secours catholique

C’est ainsi que le mal se sépara du bien et que le bien ne toucha plus le mal, et que le mal ne toucha plus le bien. Et Dieu, comme la roue, demeura dans son intégrité, dans sa bonté, car sa paternité est remplie de bonté, et, de la sorte, sa paternité est parfaitement juste, parfaitement bienveillante, parfaitement ferme et parfaitement vigoureuse, et sa capacité est semblable à celle de la roue.

Maintenant, la roue est partout, et elle est remplie de matière. Car si cette roue n’avait rien d’autre que son cercle extérieur, elle serait vide. Et si quelqu’un d’autre survenait qui veuille y travailler, cela ne se pourrait : car, sur une roue unique, il n’y a pas de place pour le travail de deux forgerons.

O homme, regarde l’homme. En effet, l’homme contient en lui le ciel et la terre et les autres choses créées, et il est une forme unique, et en lu·i tout cela est caché.

Quant à l’abîme, il est semblable aux pieds et aux pas de l’homme. Lorsque le diable, qui avait voulu siéger et régner, et qui n’a pu créer ni faire aucune créature, tomba du ciel, Dieu fit aussitôt le firmament, pour que celui-ci vît et comprit le nombre des choses que Dieu pouvait faire et créer. Et il plaça aussi le soleil, la lune et les étoiles dans le firmament, afin que le diable vît et reconnût là combien il avait perdu en gloire et en splendeur.

Lucifer a été rejeté du ciel avec une telle vigueur qu’il ne lui est plus permis de s’écarter du Tartare. Car s’il pouvait s’en écarter, il modifierait tous les éléments par sa seule force, si bien qu’il obligerait le firmament à tourner en sens inverse, qu’il obscurcirait le soleil, la lune et les étoiles, qu’il arrêterait le cours des eaux et ferait beaucoup de choses contraires à la création.

A lui est attachée toute la troupe des démons, dont certains ont une force plus grande, d’autres une force plus petite. Et il y en a un certain nombre qui vivent habituellement avec les hommes, s’écartent peu des lieux sacrés, et n’ont même guère peur de la croix du Seigneur et des offices divins.

Et tous ces démons agissent dans le monde avec Lucifer. Et ce diable est d’une force., d’une puissance et d’une méchanceté égales à la grandeur du monde, tout comme celui-ci est en quelque sorte son avidité et pour ainsi dire sa puissance.

Et parce qu’il ne lui est pas permis de bouger, c’est sous la forme de Python qu’il est envoyé dans le monde. En effet, il a le pouvoir de tromper par sa ruse, ainsi que de nombreux autres vices., si bien qu’il a trompé Adam dans le Paradis, l’a appelé maître de la terre, et que, par sa force, il portera le souffle de Lucifer dans l’Antéchrist pour lui donner vie ; sa force montera jusqu’au lieu d’où le diable a été rejeté et est tombé ; en ce lieu, la colère du Seigneur, devenue feu et transformée en de noires tempêtes, est d’une si grande force et d’une si grande amertume que souvent elle brûle dans les éléments, les met en pièces et émet par sa bouche des cris terrifiants, si bien que le diable, épouvanté, n’ose mettre ouvertement ses forces en action, mais le fait comme un voleur : c’est pourquoi il est menteur.

Cette colère brûlera et déchirera les éléments au dernier jour, qui est celui de la vengeance du Seigneur. Et la défense qu’il a faite à Jean l’Évangéliste, lui intimant de ne pas écrire les paroles qui ont été proférées par le tonnerre, a été édictée parce qu’elles montraient toutes les craintes et les difficultés que les hommes ont endurées auparavant et qu’ils endureront plus tard ; car si l’homme savait tout cela d’avance, il ne pourrait le supporter, à cause de la faiblesse de la chair, et à cause de l’excès de ces horreurs ; car l’homme les supporte mieux lorsqu’elles arrivent pour un temps et à des moments différents que s’il les connaissait toutes d’avance, en un même instant.

Et c’est pour cette raison que le tonnerre est si violent, d’une si grande force et si effrayant : car si l’homme savait ce qu’est le tonnerre, il le redouterait, si bien qu’il ferait passer le vrai Dieu après lui, à cause de la frayeur qu’il lui inspire quand il entend sa voix. (Les vents sont au-dessus et au-dessous du soleil, autour de lui, et, par leur force, dispersent et dissipent son feu : car, s’ils ne le faisaient pas, le soleil émettrait un feu d’une telle ardeur que ni la terre ni les autres éléments ni les autres créatures ne pourraient le supporter.

Source : Sainte Hildegarde de Bingen – Les causes & les remèdes

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

État de la pauvreté en France en 2021 par le secours catholique

État de la pauvreté en France en 2021 par le secours catholique

La souffrance ressentie des bébés à naître

La souffrance ressentie des bébés à naître