in ,

Bras de fer au Pérou contre un projet de loi sur l’avortement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Bras de fer au Pérou contre un projet de loi sur l'avortement
Bras de fer au Pérou contre un projet de loi sur l'avortement
Bras de fer au Pérou contre un projet de loi sur l'avortement

Guillermo Bermejo, membre du parti au pouvoir Peru Libre (Pérou libre), a signé le projet de loi après sa présentation le 10 décembre. Présenté par la députée de gauche Ruth Luque du parti Juntos por el Perú (Ensemble pour le Pérou), le projet de loi décriminaliserait l’avortement en cas de viol.

Le parquet du Pérou demande actuellement une peine de 20 ans de prison contre Bermejo pour ses liens présumés avec le Sentier lumineux, un groupe rebelle marxiste responsable d’au moins 31 000 morts dans le pays depuis les années 1980.

Dans une interview accordée le 13 décembre à ACI Prensa, la leader péruvienne pro-vie Giuliana Calambrogio, titulaire d’une maîtrise en mariage et famille de l’Université de Navarre, a déclaré que le soutien de Bermejo au projet de loi montre qu’il n’a pas à coeur les intérêts des femmes.

« Je suis très frappé par le fait que ce projet de loi soit poussé par le parti de gauche Peru Libre, qui pendant la campagne semblait être pro-vie« , a déclaré Calambrogio.

« Cependant, des membres du Congrès comme M. Bermejo, accusé de terrorisme, signent clairement ce projet de loi parce qu’ils ne sont pas intéressés par la protection des femmes, mais plutôt par les contributions ou l’argent qui viennent de [ceux qui soutiennent] l’agenda du genre et de l’avortement. « 

Vingt-deux membres du Congrès de la gauche et du centre du spectre politique ont signé le projet de loi, représentant des partis tels que Action populaire (libéral), Alliance pour le progrès (centre-droit), Pérou libre (gauche) et le Parti Morado (centriste).

À lire aussi | Face aux tornades du Kentucky, la statue de la Vierge Marie ne bouge pas

La loi péruvienne considère l’avortement comme un crime, sauf dans les cas où la santé de la mère est en danger. 

La Constitution du Pérou reconnaît que « la personne conçue fait l’objet de droits en vertu de la loi… » tandis que le Code sur les enfants et les adolescents stipule que « tout être humain est considéré comme un enfant de la conception à l’âge de douze ans ».

Le projet de loi actuel propose de modifier l’article 119 du Code pénal afin que l’avortement en cas de viol soit considéré comme un délit non punissable.

Calambrogio, une ancienne candidate au Congrès du parti conservateur du « Renouveau populaire », a déclaré à ACI Prensa que l’introduction de ce projet de loi « ne la surprend pas du tout« , mais « c’est une source de préoccupation pour elle« .

« Ces personnes mènent une campagne incessante, très bien financée de l’étranger, pour mettre en œuvre l’avortement dans notre pays, malgré le fait que le Pérou soit une nation pro-vie qui protège la vie de l’enfant conçu, tout comme notre Constitution le dit », a-t-elle expliqué. .

Calambrogio a déclaré que le nouveau projet de loi visant à dépénaliser l’avortement « a très peu de soutien et n’a aucune clarté dans les détails et propose l’avortement comme la seule solution pour lutter contre la violence à l’égard des femmes« .

« Clairement, ce projet de loi ne concerne pas les femmes, mais seulement la dépénalisation de l’avortement. Le texte mentionne que l’avortement causé par un viol devrait être autorisé, mais la nécessité de signaler le viol ou de passer par un médecin légiste [pour le faire] n’est pas explicite, et il n’y a aucune mention d’une limite [gestationnelle] pour la pratique, » elle a dit.

La leader pro-vie a souligné que ce projet de loi ne prévoit pas de « mesures contre le violeur« , ni en « renforçant les peines » ni en « accélérant les processus judiciaires, de poursuite et de police« .

Elle a également déploré que l’enfant à naître soit « non protégé » comme s’il s’agissait d’un « être de seconde classe« .

Calambrogio a noté que « si nous voulons un pays sans violence à l’égard des femmes, nous devons investir dans la prévention, l’éducation, accélérer les processus judiciaires, travailler sur les politiques de santé et de soutien aux femmes victimes de viol, et protéger l’enfant à naître en tant qu’État. »

« Nous ne pouvons pas jouer avec la valeur de la vie. Le jour où la vie de l’être humain perdra de sa valeur commencera son instrumentalisation, sa commercialisation et son meurtre sans la moindre honte, comme on l’a vu dans d’autres pays, où elle commence par la dépénalisation de l’avortement pour viol et finit par la légaliser jusqu’à neuf mois », a-t-elle souligné.

Enfin, elle a précisé que les pro-vie seront « sur le pied de guerre, vigilantes, expliquant aux congressistes, un à un, les besoins réels des femmes violées, l’importance du respect de la vie qui va au-delà de toute négociation ».

CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les tornades du Kentucky qui ont frappé neuf États du Midwest et du Sud ont tout dévastés, sauf la statue de la Vierge Marie et de l'Enfant Jésus, apparemment intacte à l'extérieur de l'Église catholique Ressurection, cette dernière est pourtant très endommagée.

Face aux tornades du Kentucky, la statue de la Vierge Marie ne bouge pas

Des catholiques pro-vie récoltent 7 700 roses pour Nancy Pelosi

Des catholiques pro-vie récoltent 7 700 roses pour Nancy Pelosi