in , , , , , , ,

Comment la bataille de Lépante en 1571 a sauvé l’Europe

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La bataille de Lépante en 1571 était l’événement le plus noble et le plus mémorable que les siècles passés aient connu pour les catholiques.

En l’an 622, Mahomet est parti de Médine pour conquérir par les armes l’ensemble du monde chrétien pour Allah. En une centaine d’années, ses successeurs avaient occupé et pillé toutes les capitales chrétiennes du Moyen-Orient, d’Antioche à l’Espagne en passant par l’Afrique du Nord (patrie de Saint Augustin). Tout ce qui restait en dehors du règne d’Allah était l’arc nord, du sud de la France à Constantinople.

Pendant plus de mille ans, après 622, l’Europe du Sud a dû opposer une résistance militaire active aux « Sarrasins » (nom des islamistes en Occident). Durant 600 de ces mille ans, une énorme guerre maritime s’est déroulée pour le contrôle de la Méditerranée, mais la guerre terrestre n’a pas cessé. Les Turcs qui se sont emparés du monde arabe ont étendu leur empire dans les quatre directions de la carte.

Pendant plus d’un siècle, ils ont tenté à plusieurs reprises de s’emparer de la plus grande et de la plus riche des capitales chrétiennes, Constantinople, dont ils ont finalement franchi les murs en 1453. S’ensuivirent de grands pillages, d’immenses incendies destructeurs, la profanation de basiliques et d’églises chrétiennes, des meurtres et des tortures. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants chrétiens furent emmenés en esclavage en Orient.

Une longue lignée de grands sultans guerriers a parrainé les avancées turques en matière de construction navale, d’artillerie, d’organisation et d’entraînement militaires. Au milieu des années 1550, ils avaient lentement conçu une offensive à long terme, un mouvement en tenaille, d’abord par mer puis par terre, pour conquérir toute la rive nord de la Méditerranée. Leur but ultime était de prendre toute l’Italie, puis toute l’Europe.

D’abord, en 1565, ils lancent une attaque maritime massive sur le carrefour de la Méditerranée, l’île de Malte, stratégiquement placée. Ils ont été repoussés après un siège épique (qui constitue en soi l’une des grandes histoires de l’histoire). Plus tard, un mouvement terrestre en tenaille vers le nord visait une attaque à travers les Balkans, pour la conquête de Budapest, puis dans un arc nord-est vers la Slovaquie et la Pologne. De cette manière, les forces musulmanes encercleraient essentiellement l’Italie par le nord. La capture de Vienne – et donc la coupure de l’Italie, pour une conquête facile – était le prix le plus recherché.

Comme en 1540 la Réforme avait commencé à séparer les nations chrétiennes du nord de Rome, les sultans ont vite compris que le monde chrétien ne se battrait plus comme un seul homme. Les cent prochaines années environ seraient la période la plus fructueuse depuis 632 pour accomplir le destin de l’Islam en Europe.

Enfin, Don Juan d’Autriche, le frère cadet du roi d’Espagne, un fils illégitime, se tint droit et convoqua ses alliés pour repousser l’avancée musulmane tant attendue. Son objectif était de diriger une grande flotte pour attaquer la nouvelle flotte musulmane de manière préemptive, avant qu’elle ne puisse quitter ses mers d’origine.

Les batailles préliminaires de Malte et de Famagouste : 1565 et 1571

On attendait de chaque nouveau calife de l’empire islamique qu’il étende les territoires musulmans existants, afin de remplir la mission de l’Islam et de gagner pour le dirigeant la popularité et la légitimité nécessaires. C’est ainsi que, dans l’agréable printemps de 1571, une flotte musulmane entière, commandée par Ali Pacha, reçoit l’ordre du sultan de rechercher et de détruire la domination chrétienne sur la mer Méditerranée, jusqu’à Venise. Au cours de l’été, Ali Pacha a effectué des raids successifs le long de la côte adriatique, capturé des milliers d’otages comme esclaves et envoyé au moins une petite escadre pour bloquer pendant deux ou trois jours les approches de la place Saint-Marc à Venise, notamment pour semer la terreur quant aux événements à venir.

Pendant ce temps, une autre grande force musulmane conquit bientôt Chypre, infligeant des cruautés rituelles à la population vaincue de Nicosie, incendiant les églises, décapitant les femmes âgées et réduisant en esclavage tous les jeunes chrétiens des deux sexes. Les armées musulmanes se dirigent ensuite vers le nord, vers la forteresse de Famagouste, dernier bastion vénitien de l’île, le « bras étendu » des comptoirs commerciaux et des forts de protection de la marine vénitienne dans toute la Méditerranée orientale. Une armée de 100 000 hommes ouvre le siège, contre une force de 15 000 hommes derrière les murs.

Sous la direction énergique du vieux général Marcantonio Bragadino, la petite bande de défenseurs a tenu bon semaine après semaine, malgré l’arrivée de plus de 180 000 boulets de canon. Les défenseurs manquent tellement de nourriture qu’ils finissent par manger des chats, jusqu’à ce qu’ils consomment le dernier. Le général musulman était outré par la longueur du siège, qui lui avait déjà coûté 80 000 de ses meilleurs hommes, alors que le sort de Famagouste était scellé dès les premiers jours.

Pourtant, il y avait encore de longues journées, et parfois des nuits, de durs combats au corps à corps à l’extérieur des murs. Les pertes musulmanes ne cessaient d’être comblées par la mer, et les forces musulmanes se renforçaient alors que les chrétiens n’avaient plus que six barils de poudre à canon, avec seulement quatre cents hommes encore capables de se battre.

Le 1er août, le général Bragadino a finalement accepté les termes de la reddition, qui garantissaient le passage en toute sécurité de tous ses hommes pour rentrer chez eux à Venise, et la sécurité de tous les citoyens de la ville fortifiée. Il sortit des murs avec les insignes écarlates de sa fonction et descendit jusqu’à la tente d’Alfa Mustafa, le commandant victorieux.

Là, les deux chefs ont discuté. Puis quelque chose a mal tourné, et Mustafa s’est mis visiblement en colère et a demandé à ses hommes de décapiter les 350 survivants qui avaient déposé les armes pour marcher avec Bragadino. Les 350 têtes en sang ont été empilées juste devant la tente de Mustafa.

Mustafa a ensuite ordonné que les oreilles et le nez de Bragadino soient coupés, et a forcé l’homme à se mettre à quatre pattes avec un collier de chien autour du cou, sous les railleries, les moqueries et l’horreur des spectateurs. Des sacs de terre étaient attachés sur le dos de Bragadino et il devait les porter jusqu’aux murs de la fortification, et embrasser la terre chaque fois qu’il passait devant Mustafa.

Comme le vieil homme s’affaiblissait à cause de la perte de sang de sa tête, il a été attaché à une chaise, mis dans un harnais de corde et hissé au plus haut mât de la flotte, afin que tous les survivants de la ville puissent voir son humiliation. Puis la chaise de Bragadino est lâchée en chute libre dans l’eau et ressortie.

Le Vénitien torturé est conduit jusqu’à la place de la ville et déshabillé. Près d’une colonne de pierre (qui se dresse encore aujourd’hui), les mains de Bragadino étaient attachées au-dessus de sa tête, et un bourreau s’avançait avec des couteaux aiguisés pour enlever soigneusement sa peau, en la gardant entière. Avant que le découpeur n’ait atteint la taille de Bragadino, l’homme était mort. Sa peau entière a ensuite été bourrée de paille, puis hissée une fois de plus au plus haut mât et transportée dans divers ports comme trophée de victoire, avant d’être finalement ramenée à Istanbul pour une exposition permanente.

Entre-temps, Don Juan avait mis la flotte chrétienne de quelque 200 navires en route vers Lépante, où Ali Pacha rééquipait ses navires dans la protection sûre d’un port imprenable. Lorsqu’un corsaire rapide expédié de Famagouste arriva pour livrer le récit des déshonneurs infligés au général Bragadino et à ses 350 soldats survivants, le sang des Vénitiens bouillonna. Il n’est plus question pour eux de faire demi-tour. Ils sont déterminés à venger les horreurs subies par leurs compagnons d’armes.

Le jeune Don Juan est encouragé par cette nouvelle détermination. Il pourra désormais tenir le vœu qu’il a fait au Pape Pie V, celui de rechercher et de détruire l’ennemi menaçant. Le jeune amiral – il a 22 ans lorsqu’il devient commandant de cette flotte – est confiant dans son plan de bataille. Il avait pris soin de faire répéter à l’ensemble de sa flotte son rôle dans les mers calmes de l’Adriatique juste avant de virer vers Lépante.

Don Juan et nombre de ses hommes ont passé une grande partie de la nuit précédant la bataille du 7 octobre en prière. Le sort de leur civilisation, ils le savaient, dépendait de leur bonne fortune le lendemain. Les incertitudes des vents changeants et des mers agitées, ainsi que la vitesse des deux lignes de navires qui se rapprochaient rapidement l’une de l’autre, allaient créer des ravages imprévisibles. Les chances contre les chrétiens en navires étaient d’environ 350 navires contre 250. Mais les chrétiens avaient une arme secrète.

La plus grande bataille maritime de l’histoire : Lépante, octobre 1571

Pendant plus de trois ans, le pape Pie V s’est évertué à tirer la sonnette d’alarme au sujet de l’accumulation meurtrière de musulmans dans les chantiers navals d’Istanbul. Le sultan avait été piqué au vif par la défaite surprenante de son écrasante force d’invasion à Malte en 1565. La sauvagerie des attaques musulmanes contre les villages côtiers d’Italie, de Sicile, de Dalmatie et de Grèce s’est accrue.

Trois ou quatre galères musulmanes débarquaient des centaines de marines qui traversaient un village, attachaient tous les hommes en bonne santé pour en faire des galériens, emmenaient un grand nombre de femmes et de jeunes garçons et filles pour les envoyer dans des harems orientaux, puis rassemblaient toutes les personnes âgées dans l’église du village, où les victimes sans défense étaient décapitées, et parfois découpées en petits morceaux, pour semer la terreur dans d’autres villages. Les musulmans pensaient que les futures victimes perdraient courage et se rendraient rapidement à l’arrivée des raiders musulmans. En trois siècles, le nombre de captifs européens enlevés par ces pirates dans les villages et sur les plages s’est élevé à des centaines de milliers.

La raison de ces enlèvements était que l’appétit des marins pour les dos et les muscles frais était insatiable. La plupart des galériens ne vivaient guère plus de cinq ans. Ils étaient enchaînés à des bancs durs sous le soleil brûlant de la Méditerranée, glissant dans leurs propres excréments, leur urine et leurs vomissements intermittents, et ne s’allongeaient souvent jamais pour dormir. La vision sombre qui troublait le pape à la fin des années 1560 était celle de calamités encore plus horribles qui devaient s’abattre sur l’ensemble du monde chrétien, petit à petit. Mais l’unité en Europe était difficile à trouver, et la volonté de se battre pour survivre était encore plus rare.

Ayant vu la férocité musulmane de première main, le public vénitien est cependant déterminé à contribuer à la tâche avec une flotte. Leur soutien était crucial, car Venise était à l’époque la capitale mondiale de la construction navale et de l’artillerie, produisant (pour le profit) les navires armés les plus innovants, les plus polyvalents, les plus robustes et les plus aptes à la navigation du monde. Les meilleurs capitaines de Venise étaient les plus désireux de venger leurs amis et leurs concitoyens.

Pendant des années, Venise avait préféré la paix avec l’Orient musulman, afin de poursuivre son lucratif commerce international. Aujourd’hui, une cause prend le pas sur les traditions du commerce. Gênes fournit également une flotte sous les ordres de son célèbre mais désormais âgé amiral Andrea Doria, un guerrier moins audacieux malgré la gloire de ses anciens exploits. Les Chevaliers de Malte, les meilleurs guerriers des mers de l’époque, offrent leur flotte, petite mais hautement qualifiée, pour soutenir l’appel du pape et acceptent de travailler en coopération avec Don Juan.

Don Juan, que ses contemporains décrivaient comme un homme modeste et humble, a mis de côté son ego au profit de la cause qui l’engageait. Il engagea dans l’armada un important contingent fourni par l’Espagne et le Portugal. À la fin du mois de septembre 1571, désireuses de faire leur travail avant que l’hiver ne rende les mers agitées et impropres à la bataille, les quatre parties distinctes de la flotte chrétienne naviguèrent le long de l’Italie, longeant les côtes, envoyant des équipes d’observateurs à terre pour recueillir les derniers renseignements sur les forces musulmanes. Finalement, ils ont appris qu’une énorme flotte musulmane, près de 100 navires de plus que la leur, naviguait près de la terre en direction du golfe de Lépante. Plus de discussion, Don Juan dit à ses principaux amiraux ; maintenant, « Bataille« .

En gardant les Chevaliers de Malte en réserve à une courte distance derrière la ligne de bataille principale, Don Juan a assigné aux Vénitiens passionnés l’important flanc gauche, avec ses navires les plus à gauche près du rivage. Il commandait lui-même une centaine de navires au centre. Sa capitale, le Real, était bien en vue, et ses bannières de commandement étaient visibles de tous. Sur le flanc droit, il a affecté le vénérable Andrea Doria et la flotte génoise. Le plan était de maintenir ses navires en ligne aussi longue et droite que le permettait le bon sens marin dans un vent contraire, tout en se dirigeant directement vers la ligne musulmane.

Cependant, Don Juan a réservé une mauvaise surprise à Ali Pacha. Six nouveaux navires, plus grands, plus robustes, équipés de canons (surtout à la proue) et lourdement chargés de plomb et de grenaille se placent à un mille en avant de la ligne chrétienne. Ils avaient l’air plats sur le dessus, comme des navires marchands. Personne n’avait jamais vu de tels navires auparavant. Ils sont dépourvus d’une proue s’élevant vers le ciel, l’arme indispensable pour un éperonnage vicieux. Car le but de ces nouvelles galères, comme on les appelle, n’est pas d’éperonner les navires qui viennent en sens inverse, mais de les faire sauter avec une batterie de canons. Leurs tirs pouvaient porter à un kilomètre avec une grande précision. Lorsque les galères se tournent sur le côté, elles peuvent tirer avec encore plus de canons, conçus pour des portées plus courtes, et qui visent souvent la ligne de flottaison de leurs adversaires. Ils avaient la puissance nécessaire pour couler une galère musulmane plus petite, plus légère et plus rapide d’une seule salve.

Au début, les deux flottes se repèrent à l’horizon sous la forme de mâts isolés. Puis elles sont devenues visibles en petit nombre, et ce n’est que lorsque les deux flottes se sont rapprochées à environ deux milles l’une de l’autre que chacun des 200 000 marins, marines et janissaires embarqués a pu apercevoir les lignes et les dispositions des flottes. Les Musulmans préféraient attaquer en croissant plutôt qu’en ligne droite, mais les vents dans leur dos et les marées délicates du littoral au nord les obligèrent à redresser leurs lignes. Ceux qui contemplaient l’imposante panoplie de navires et de voiles étaient remplis d’admiration. L’un de ceux qui furent blessés lors de cette bataille, le grand auteur Miguel de Cervantes, écrivit plus tard qu’il s’agissait de « l’événement le plus noble et le plus mémorable que les siècles passés aient connu. » Un peu plus de six cents navires, répartis en deux lignes étonnamment ordonnées, chacune s’étendant sur trois miles d’un bout à l’autre, s’approchaient silencieusement les uns des autres à mesure que la distance qui les séparait se réduisait. Un sentiment de destin pesait sur tous ceux qui observaient et attendaient.

L’immense drapeau vert d’Allah, sur lequel son nom est brodé en arabe quelque 29 800 fois, distingue le grand vaisseau capital Sultana, dont le jeune et redoutable amiral Ali Pasha est le commandant. Pasha est intrigué par les six barges plus ou moins plates qui se trouvent devant les lignes chrétiennes. Ses propres soldats armés comptaient surtout sur des nuées de flèches. Ses marins étaient passés maîtres dans l’art de l’éperonnage et du dégorgement de groupes d’abordage massifs sur les ponts glissants de l’ennemi, puis ils écrasaient leurs défenseurs par une sorte de guerre terrestre féroce en pleine mer. À l’époque, la guerre maritime ressemblait à la guerre terrestre, mais elle se déroulait sur des ponts ouverts, côte à côte, plutôt que dans des champs ouverts. Les navires étaient attachés les uns aux autres, parfois une douzaine ensemble. Le combat au corps à corps était la clé.

Il n’est pas utile de faire ici le récit complet de la bataille. Qu’il suffise de dire qu’au centre, les volées des galéasses situées à l’avant détruisaient les navires musulmans les uns après les autres. Les mâts se brisent, les rames des galères volent en éclats, et des trous énormes ouvrent les minces parois de bois des galères sur la mer bouillonnante. Les navires musulmans qui n’étaient pas coulés étaient facilement abordés par les navires chrétiens qui arrivaient à quai, construits un peu plus haut et amplement pourvus non seulement de filets d’abordage mais, plus important encore, de rangs des prédécesseurs des fusils à l’ancienne – les arquebuses – qui dirigeaient les balles de fusil à bout portant dans la chair sans armure des archers musulmans. Il est vrai que dans quelques cas, des nuées entières de flèches musulmanes ont abattu de nombreux membres des navires chrétiens, y compris le grand commandant vénitien Agostino Barbarigo, qui a reçu une balle dans l’œil. Mais la plupart des guerriers chrétiens portaient les armures les plus modernes, qui repoussaient souvent les flèches en bois sans dommage. Néanmoins, au moins un navire chrétien a été retrouvé à la dérive, avec chaque homme mort ou blessé.

Enfin, les deux vaisseaux capitaux Real et Sultana s’affrontèrent de front, et Don Juan prit la tête du dernier groupe d’abordage qui, dans sa férocité, conduisit Ali Pacha sur la dunette arrière, où il tomba bientôt avec une balle dans l’œil. La tête de l’amiral musulman est coupée et portée en l’air sur une pique qui sera montée sur la proue du Real. Les mers environnantes sont remplies de capes, de bonnets, de corps qui se débattent, de l’immense épave en bois de la bataille et, flottant dans l’eau agitée, de grandes taches de sang rouge.

Sur la gauche chrétienne, les Vénitiens attaquent avec une rage presque aveugle et brisent la ligne de la droite musulmane avec une relative facilité. Ils furent aidés par une révolte des galériens à bord d’un certain nombre de navires musulmans, qui, dans les explosions à bord, eurent leurs chaînes brisées, et se jetèrent sur le pont en balançant leurs chaînes à gauche et à droite. La fureur des Vénitiens était telle que, même après la bataille, nombre de leurs marins passèrent des heures à tuer avec leurs piques des marins et des soldats musulmans qui se débattaient dans la mer. Ils tentent d’excuser leur soif de sang en disant qu’ils ne souhaitent plus jamais voir ces hommes naviguer contre l’Occident.

En quatre heures, la bataille était terminée. Plus de 40 000 hommes étaient morts, et des milliers d’autres avaient été blessés, plus que dans n’importe quelle autre bataille de l’histoire, plus même qu’à Salamine ou, dans les années à venir, à la Somme. Plus jamais la flotte musulmane ne représenta un grave danger pour l’Europe depuis le sud, même si, bien entendu, les flottes musulmanes continuèrent à étendre leurs bases sur la côte africaine et à harceler les navires et les territoires occidentaux de l’autre côté de la Méditerranée.

Lorsque la nouvelle de la grande victoire du 7 octobre atteint le rivage, les cloches des églises sonnent partout dans les villes et les campagnes d’Europe. Pendant des mois, Pie V avait exhorté les catholiques à réciter le chapelet quotidien pour le moral et la bonne fortune des forces chrétiennes et, surtout, pour que l’attaque préventive très risquée contre les flottes turques soit couronnée de succès. Par la suite, il déclara que le 7 octobre serait célébré comme la fête de « Marie, Reine de la Victoire« .

À lire aussi | Les remèdes naturels et spirituels contre la dépression

Un pape ultérieur ajouta le titre de « Reine du très saint Rosaire » en l’honneur de la forme de prière préférée des laïcs. Dans toute la péninsule italienne, de grands tableaux furent commandés – des galeries entières furent consacrées – pour honorer les scènes classiques de cette bataille épique. L’air de l’Europe en ce mois d’octobre avait le goût des libertés préservées. Le souvenir des célébrations se perpétue dans de magnifiques tableaux du Titien, du Tintoret et de bien d’autres.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic Education Resource CenterLien de l’article ).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les remèdes naturels et spirituels contre la dépression

Les remèdes naturels et spirituels contre la dépression

Mgr Ivan Brient nommé Évêque auxiliaire de Rennes

Mgr Ivan Brient nommé Évêque auxiliaire de Rennes