in , , , ,

Des chrétiens nigériens affirment qu’un hélico militaire leur a tiré dessus

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Des chrétiens nigériens affirment qu'un hélico militaire leur a tiré dessus

Les habitants des villages chrétiens nigériens du centre-nord, qui ont été attaqués par des bandits peuls (musulmans) le 5 juin, affirment qu’un hélicoptère du gouvernement a tiré sur leurs défenseurs. Les autorités ont démenti cette accusation, arguant que l’équipage a visé les assaillants.

Les combats, qui ont duré plusieurs heures, ont eu lieu dans un groupe de villages situés à environ 50 km au sud de Kaduna City, la capitale de Kaduna. Selon les médias et les autorités chargées de la sécurité, le raid a fait 32 morts et 29 personnes, principalement des femmes, ont été enlevées.

À la suite de cette attaque, les autorités ont tenté de rassurer les habitants en leur disant que le gouvernement était de leur côté dans le conflit sanglant qui les oppose aux bandits peuls musulmans.

« Un hélicoptère de l’armée de l’air (dans le cadre de l’opération « whirl punch ») dépêché dans la région a intercepté les bandits au dernier endroit (Ungwan Maikori) et les a attaqués alors qu’ils battaient en retraite, avant l’arrivée des troupes terrestres dans la zone générale« , a déclaré Samuel Aruwan, commissaire d’État à la sécurité intérieure, dans un communiqué publié le 7 juin sur Facebook.

Mais des témoins oculaires et d’autres personnes qui ont parlé à CNA affirment que des centaines de villageois ont vu l’hélicoptère tirer sur des habitants armés qui tentaient de repousser plus de 200 envahisseurs.

« Tout le village a vu l’hélicoptère tirer sur les habitants« , a déclaré Jonathan Asake, chef de l’Union des peuples du sud de Kaduna (SOKAPU), qui a coordonné une réunion des villageois deux jours après l’attaque.

En outre, le révérend Denis Sani, chef de l’Église évangélique locale Winning All ainsi que conseiller des gardiens de quartier bénévoles, a déclaré au reporter du conflit Masara Kim qu’aucune troupe terrestre n’est arrivée pour secourir les résidents de Makori, l’un des villages attaqués.

Sani a déclaré à CNA que l’hélicoptère a tiré avec une mitraillette en direction de lui et de ses collègues gardes civils, ce qui l’a obligé, ainsi que son assistant, Jonah Greece, à se retirer vers la forêt pour se mettre à l’abri.

« Nous avons reculé pour éviter d’être tués, permettant ainsi aux terroristes d’entrer dans le village« , a déclaré Greece à CNA.

Défendre leurs maisons

« L’attaque a commencé alors que nous terminions notre service religieux le dimanche vers midi« , a déclaré Jonah Greece, médecin communautaire à Maikori.

Comme le village avait subi un massacre par des terroristes en mars 2019 et une attaque plus tôt cette année, les hommes valides ont formé un périmètre défensif autour des routes principales de Maikori.

« Il n’y avait pas de militaires ou de policiers dans le village, mais environ 40 à 50 hommes ont rassemblé leurs fusils de chasse« , a expliqué Greece.

Sani a appelé les hommes du village de Maikori à se positionner derrière des arbres et des herbes hautes. Les assaillants étaient à bord de plus de 70 motos, trois combattants sur chaque moto.

Selon la Grèce, les assaillants ont d’abord envahi le village voisin de Dogon Noma, brûlant les maisons et tirant sur les villageois qui fuyaient dans la forêt. Ils ont ensuite enfourché leurs motos et se sont dirigés vers Maikori où Sani et les défenseurs leur ont tendu une embuscade avec leurs fusils de chasse et leurs fusils à pompe de fabrication artisanale, selon la Grèce.

Vers 13 heures, les villageois ont remarqué qu’un hélicoptère, décrit comme blanc ou argenté, planait au-dessus de Maikori et tirait à la verticale sur les défenseurs.

Affirmations démenties

Les médias nigérians ont rapporté que l’affirmation selon laquelle l’hélicoptère aurait tiré sur les défenseurs du village a été démentie. Les villageois, cependant, s’en tiennent à leur récit.

Afin de clarifier les versions contestées de l’incident, sept chefs des services de police de l’État ont rencontré les chefs de village le 20 juin à Kufana.

Aruwan a déclaré que si le gouvernement n’avait pas totalement réussi sa mission première, il faisait néanmoins de son mieux pour s’assurer qu’ils étaient venus et pour clarifier certaines « fausses représentations persistantes défendues par certains ennemis du progrès et du gouvernement« , a déclaré à CNA Stingo Usman, un leader de la communauté chrétienne de Maraban Kajuru qui a assisté à la réunion.

Les chefs de service présents à la réunion ont affirmé qu' »il était impossible que l’hélicoptère de l’armée ait tiré sur les résidents« . Aucun des chefs de service qui ont pris la parole n’était présent lors de l’attaque, a-t-il ajouté.

Selon Stingo Usman, Ibrahim Usman, le chef du village de Dogon Noma, a contredit le récit d’Aruwan. Le chef du village a dit aux autorités présentes à la réunion qu' »un hélicoptère est arrivé et les habitants ont pensé que l’aide leur était venue jusqu’à ce qu’ils se rendent compte qu’ils étaient attaqués à la fois par l’hélicoptère et par les bandits« , a raconté Stingo Usman à CNA dans un message texte.

« Les jeunes ont alors dû fuir pour sauver leur vie et, à partir de ce moment-là, les bandits armés fulanis sont entrés dans le village et l’ont entièrement brûlé, et ont également tué deux personnes« , a écrit Stingo Usman, relatant les déclarations d’Ibrahim Usman lors de la réunion.

Le représentant du comté de Kajuru à la Chambre des représentants du Nigeria, Yakubu Umar Barde, a demandé une enquête sur une éventuelle complicité entre l’armée nigérienne et les terroristes.

En outre, la baronne Caroline Cox, membre de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, et Gregory Stanton, officier retraité du service extérieur américain et fondateur de Genocide Watch, ont appelé à une enquête médico-légale internationale sur la complicité entre les terroristes musulmans et les unités militaires rebelles.

Les responsables de la sécurité ont été critiqués pour n’avoir pas réussi à empêcher le meurtre pour blasphème d’une étudiante Deborah Emmanuel sur le campus de l’école Shehu Shegari à Sokoto le 12 mai.

D’autres plaintes ont été déposées contre la réponse laxiste de l’armée et de la police à d’autres attaques attribuées à des islamistes fulanis radicalisés, notamment un massacre le 11 janvier à Te’Egbe, dans l’État du Plateau, et le 20 mars à Kagoro, dans le sud de Kaduna.

L’inactivité et, dans certains cas, la complicité de l’armée dans des attaques terroristes par le passé ont été relevées par l’organisme de surveillance des droits de l’homme, Amnesty International.

« Amnesty International a trouvé des preuves montrant que les forces de sécurité ont reçu des informations sur des attaques imminentes et, dans certains cas, sont entrées en contact avec des attaquants, mais n’ont rien fait pour arrêter ou prévenir les attaques« , a déclaré l’organisation dans un rapport de 2018.

« De nombreuses attaques ont duré des heures, voire des jours dans certains cas, même dans des communautés avec lesquelles les forces de sécurité n’étaient pas très éloignées« , indique le rapport.

Cet article a été publié originellement en anglais par le Catholic World Report ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Il y a 150 ans, Bismarck promulguait la loi contre les jésuites

Il y a 150 ans, Bismarck promulguait la loi contre les jésuites

Le pape François condamne encore l'avortement suite à Roe v. Wade

Le pape François condamne encore l’avortement suite à Roe v. Wade