in , , , , ,

Il y a 150 ans, Bismarck promulguait la loi contre les jésuites

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Il y a 150 ans, Bismarck promulguait la loi contre les jésuites

Les jésuites géraient des établissements d’enseignement et des séminaires dans l’empire, où ils formaient également leur propre relève. Mais ils le faisaient déjà depuis longtemps. Lors du Kulturkampf, leur fidélité au pape s’ajouta à cela, en particulier après la proclamation du dogme de l’infaillibilité pontificale de 1870, qui fut défendu par les jésuites, bien que contesté également par les prêtres catholiques.

L’ordre des jésuites était particulièrement visé. Ce n’est guère surprenant, car la constitution de la Compagnie de Jésus, qui prévoyait un quatrième vœu en plus de la pauvreté, de la chasteté et de l’obéissance, à savoir l’obéissance totale au pape, invitait déjà les forces anti-romaines à la méfiance.

À cela s’ajoutait le nombre de membres de l’ordre, ainsi que les nombreuses relations avec les maisons royales catholiques, ainsi que tout le monde percevaient les Jésuites comme des « petits malins » – rusés et dangereux. L’image de l’ennemi était prête et se prêtait parfaitement à la diffusion efficace de ressentiments anticléricaux.

Le 4 juillet 1872, le Reichstag y mit finalement un terme : la « loi concernant l’ordre de la Compagnie de Jésus » bannit du territoire de l’Empire allemand « l’ordre de la Compagnie de Jésus et les ordres et congrégations similaires à l’ordre qui lui sont apparentés« . Il leur était strictement interdit de créer des établissements. En outre, le gouvernement fut habilité à expulser certains jésuites de l’Empire s’il s’agissait de membres étrangers de l’ordre. Les jésuites d’origine allemande pouvaient au moins se voir « interdire ou ordonner le séjour dans certains districts ou lieux« .

Outre l’article sur la chaire, également dirigé contre l’Église catholique, qui interdisait aux ecclésiastiques de prendre position politiquement en chaire, la loi sur les jésuites faisait partie des rares lois valables au niveau de l’ensemble de l’Empire.

Conflit majeur entre l’État et l’Église : fondation de l’Empire et Kulturkampf.

A peine Bismarck avait-il forgé l’Empire allemand qu’il déclenchait le conflit avec l’Eglise catholique. Il s’agissait d’une lutte acharnée sur le rôle de la religion dans l’État moderne. Les catholiques en gardèrent un souvenir traumatisant.

En effet, la version finale votée par le Reichstag le 19 juillet était trop radicale, même pour certains députés libéraux qui étaient par ailleurs tout à fait prêts à suivre la ligne de Bismarck dans le Kulturkampf. Ainsi, le national-libéral Karl Biedermann écrivit à son collègue Eduard Lasker – un ennemi intime du chancelier – qu’il considérait le décret comme « une mesure aussi malheureuse que possible« . La loi contrevient directement à la loi sur la libre circulation des personnes. « C’est une loi d’exception au sens le plus grave du terme« , jugea Biedermann, qui se vit contraint de voter contre le projet, « comme je pense que mes électeurs (pour qui le pire n’est pas assez dur contre les jésuites) me remercieront difficilement« .

Par la suite, les autorités et les pouvoirs publics appliquèrent strictement la loi. Les maisons religieuses furent fermées, les catholiques qui voulaient se rendre à la messe ou se confesser chez les jésuites furent renvoyés chez eux sans avoir rien reçu.

Pour les jésuites eux-mêmes, cela ressemblait à du déjà-vu : au siècle des Lumières, l’activité de l’ordre et notamment sa fidélité au pape avaient déjà fait l’objet de vives controverses, en particulier dans les royaumes romans. Ils furent successivement expulsés du Portugal, de France, d’Espagne et de Naples, et même complètement supprimés entre 1773 et 1814 sur ordre du pape.

Cette fois, Rome est restée favorable à l’Ordre

Comme lors de la suppression de l’époque, l’ordre a réagi de manière pragmatique à l’interdiction : la formation des novices a été transférée dans d’autres pays, les membres exilés de force sont partis en mission, même jusqu’en Afrique et en Amérique du Sud. Contrairement à la suppression de 1773, Rome resta cette fois favorable à l’Ordre ; après tout, l’adversaire n’était plus les maisons royales catholiques bourboniennes, mais l’Empire prussien protestant.

La rupture souhaitée du catholicisme politique n’a pas non plus pu être atteinte. Au contraire, la répression du Kulturkampf renforça la cohésion du milieu.

À lire aussi | Les 173 ans de l’invasion des troupes françaises à Rome

Comme toutes les interdictions des jésuites, la loi bismarckienne ne devait cependant pas durer. Au milieu du tumulte de la Première Guerre mondiale, le Reichstag décida de l’abroger complètement à partir du 19 avril. Il est probable qu’une concession en direction du parti catholique du centre, sans le soutien duquel la formation d’un gouvernement aurait été de facto impossible en cette période de turbulences, ait été déterminante.

Cet article a été publié originellement en allemand par Katholisch ( Lien de l’article ).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Les 173 ans de l'invasion des troupes françaises à Rome

Les 173 ans de l’invasion des troupes françaises à Rome

Des chrétiens nigériens affirment qu'un hélico militaire leur a tiré dessus

Des chrétiens nigériens affirment qu’un hélico militaire leur a tiré dessus