in , , , , ,

Les 173 ans de l’invasion des troupes françaises à Rome

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Les 173 ans de l'invasion des troupes françaises à Rome

C’est le 3 juillet 1849 que les troupes françaises ont ouvert une brèche dans Rome pour mettre fin à la brève République romaine dirigée par le patriote italien Giuseppe Mazzini, rétablissant ainsi le pouvoir temporel du pape Pie IX sur les États pontificaux.

La république, qui équivalait à une révolution contre le pouvoir temporel du pape – ce que les Romains en colère appelaient le « gouvernement des prêtres » – n’avait duré que neuf mois.

Si Pio Nono, comme l’appellent les Italiens, est remonté sur son trône, c’est uniquement grâce à la présence de forces étrangères. Après le départ des Français lors de la guerre franco-prussienne de 1870, les armées de l’Italie nouvellement unifiée ont afflué et les États pontificaux ont été détruits pour de bon.

Le bref présage des choses à venir qu’était la République romaine n’a pas été tendre avec l’un ou l’autre de ses protagonistes.

Pie IX passe 18 mois en exil avant de revenir dans la Ville éternelle, et il en revient changé. Il n’est plus le réformateur de la première heure qui a émancipé les juifs de leur ghetto et nommé des laïcs à des postes clés du gouvernement ; aigri par la trahison de ses propres sujets, Pie IX est devenu un ennemi de plus en plus implacable de la liberté, de la démocratie et de la modernité. Il finit par être profondément controversé, à tel point qu’après sa mort, une foule tenta de franchir les lignes de police pour jeter son cercueil dans le Tibre.

Mazzini, quant à lui, a été contraint de fuir Rome aussi. Il s’échappe sous un faux passeport délivré par le chargé d’affaires américain de l’époque, Lewis Cass, sous le nom de « George Moore« , et finit par retourner à une vie de pauvreté en tant qu’exilé à Londres. Il ne remettra pas les pieds en Italie avant 1868 et mourra dans une relative obscurité à Pise en 1872.

Ce n’est que plus tard que Mazzini sera considéré comme un héros de la nation, peut-être la figure la plus importante ayant jeté les bases intellectuelles et politiques de l’unification de l’Italie. Aujourd’hui, des rues, des places et des écoles portent le nom de Mazzini, tandis que Pie IX est devenu un goût plus acquis, vénéré uniquement dans certains cercles ecclésiastiques.

Un an seulement avant la révolution à Rome, Mazzini avait contacté Pie IX pour lui proposer un scénario très différent.

Le 8 septembre 1847, Mazzini a écrit à Pie IX depuis Londres, à l’époque où Pie avait enflammé l’imagination des réformateurs et des démocrates. La proposition de Mazzini, en un mot, était que Pie lui-même unifie l’Italie sous la direction du pape.

Selon Mazzini, l’unification se fera de toute façon, car c’est la providence divine. Elle serait cependant meilleure avec le pontife aux commandes, car « avec vous à sa tête, notre lutte prendra un aspect religieux et nous libérera des nombreux risques de réaction et de guerre civile« .

À ses amis, Mazzini confirme qu’il est prêt à promettre fidélité à Pie IX en tant que président à vie d’une Italie unie.

Pour être honnête, cette idée a toujours été assez fantaisiste, et Pie IX l’a rejetée catégoriquement dans une allocution célèbre d’avril 1848 intitulée Non Semel.

« Nous ne pouvons que rejeter les conseils sournois, qui se manifestent également dans les journaux et les brochures, de ceux qui voudraient que le Pontife romain [devienne] président d’une certaine nouvelle République à faire, tous ensemble, par les peuples d’Italie« , a déclaré Pie.

« Par charité envers les peuples d’Italie, nous les exhortons chaleureusement et les avertissons de prendre garde à ces conseils rusés et pernicieux… et d’être fidèles à leurs princes« , a-t-il dit. « En agissant autrement, non seulement ils manqueraient à leur devoir, mais ils courraient le risque que l’Italie finisse par être divisée par la discorde et les factions internes.« 

Imaginons toutefois un instant que Pie IX ait dit oui. Comment l’histoire aurait-elle pu se dérouler différemment ?

Il est impossible de l’affirmer, mais il est concevable que la perte violente des États pontificaux ait pu être évitée. Une Italie nouvellement unifiée aurait pu se transformer en quelque chose comme l’Angleterre, avec une monarchie constitutionnelle largement révérée dans la papauté comme garant de l’identité nationale, mais avec un pouvoir temporel largement entre les mains d’un gouvernement démocratique.

Entre autres choses, une telle trajectoire aurait pu freiner la montée du fascisme, sans compter qu’elle aurait épargné à l’Église catholique un siècle de lutte acharnée contre la propagation de la liberté et la séparation de l’Église et de l’État.

Bien sûr, les choses auraient également pu se dérouler de manière complètement différente.

Il est tout aussi concevable qu’une confédération italienne avec le pape à sa tête se soit effondrée en raison d’une instabilité interne, tout le monde accusant le pape de cet échec, et même la souveraineté nominale du Vatican aurait pu être perdue.

À lire aussi | Un incendie criminel présumé contre une école catholique aux USA

Le souvenir de cette voie non empruntée rappelle, entre autres, que les papes sont parfois appelés à prendre des décisions fatidiques, dont les conséquences sont rarement claires sur le moment.

Cet article a été publié originellement en anglais par Crux ( Lien de l’article ).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire