in , , ,

Des dirigeants arméniens du Haut-Karabakh arrêtés par l’Azerbaïdjan

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

D’autres dirigeants arméniens importants ont été arrêtés par l’armée azérie, notamment Ruben Vardanyan, Bako Sahakyan et Arkadi Ghukasyan, tous anciens présidents de l’Artsakh.

Plusieurs dirigeants arméniens importants du Haut-Karabakh ont été arrêtés au cours de la semaine dernière à la suite d’une conquête violente par l’Azerbaïdjan.

Arayik Harutyunyan, récent président de la défunte République arménienne d’Artsakh, également connue sous le nom de Haut-Karabakh, figure parmi les personnes arrêtées par l’armée azérie le 3 octobre. Il a été emprisonné dans la capitale azérie, Bakou, et est actuellement jugé pour son rôle dans la direction du gouvernement séparatiste et sa participation à des campagnes militaires contre l’Azerbaïdjan, selon le service de sécurité de l’État azéri.

L’Azeri Times, une source d’information gouvernementale pro-azérie, a rapporté que M. Harutyunyan est également accusé d’avoir « dirigé des frappes de missiles » en 2020 « qui ont entraîné la mort de 100 civils azerbaïdjanais et en ont blessé 416 autres« .

D’autres dirigeants arméniens importants ont été arrêtés par l’armée azérie, notamment Ruben Vardanyan, Bako Sahakyan et Arkadi Ghukasyan, tous anciens présidents de l’Artsakh.

Tous sont accusés de crimes liés au « terrorisme » et de crimes de guerre, selon le service de sécurité de l’État azerbaïdjanais.

Depuis leur arrestation, l’Azeri Times a révélé des photos des dirigeants capturés et a affirmé qu’ils étaient traités humainement et qu’ils avaient pu téléphoner à leurs proches. Pour l’heure, leur sort n’est pas clair, les autorités azéries n’ayant pas précisé les sanctions potentielles auxquelles ils s’exposent.

Ces arrestations font suite à une offensive militaire azérie, brève, mais intense, qui a mis fin à à la souveraineté des Arméniens de souche dans le Haut-Karabakh.

Jusqu’à il y a deux semaines, la région était majoritairement arménienne et chrétienne, bien qu’elle se trouve à l’intérieur des frontières de l’Azerbaïdjan, une nation majoritairement musulmane.

Revendiquée à la fois par l’Arménie et l’Azerbaïdjan depuis 1991, le gouvernement azéri s’est emparé de l’Artsakh au cours de la « deuxième guerre du Haut-Karabakh » de 2020.

Bien que reconnu internationalement comme faisant partie de l’Azerbaïdjan, les Arméniens de souche de l’Artsakh ont continué à revendiquer leur souveraineté jusqu’à l’attaque azérie du 19 septembre.

À la suite de cette attaque, le gouvernement azéri a promis « une protection totale des droits et des libertés des personnes de nationalité arménienne« . Cependant, la grande majorité des Arméniens du Haut-Karabakh ont maintenant fui vers l’Arménie proprement dite.

Selon plusieurs défenseurs des droits de l’homme, les chrétiens arméniens du Haut-Karabakh craignent des persécutions culturelles, religieuses et ethniques de la part du gouvernement azerbaïdjanais.

Selon le gouvernement arménien, 100 632 Arméniens de souche – soit plus de 80 % des 120 000 habitants du Haut-Karabakh – ont fui depuis la prise de pouvoir par les Azéris.

Certains experts craignent que l’Azerbaïdjan, enhardi par sa victoire dans le Haut-Karabakh et soutenu par son allié turc, n’envisage d’envahir l’Arménie proprement dite. ( Rajout Lecatho : Sans oublier non plus leurs alliés israéliens :

« L’alliance stratégique entre Bakou et Jérusalem est apparue plus déterminante que jamais dans ce conflit. le clan Aliyev au pouvoir en Azerbaïdjan entreprend depuis plus de quinze ans de renforcer son arsenal militaire. Pour ce faire, il s’est tout naturellement tourné vers son allié stratégique, Israël, dixième exportateur mondial d’armement et particulièrement réputé pour ses pièces de haute technologie. Selon le Stockholm’s International Peace Institute (Sipri), qui documente le commerce mondial des armes, les exportations vers Bakou ont commencé dès 2005 avec la vente de plusieurs systèmes de roquettes développés par Israel Military Industries (IMI Systems racheté en 2018 par Elbit Systems).« 

« Soyons réalistes« , a déclaré la semaine dernière à CNA Siobhan Nash-Marshall, une militante des droits de l’homme basée aux États-Unis. « L’Azerbaïdjan s’est déjà emparé d’une partie de la région… Il tire également sur les villages frontaliers, et ce depuis un an. Quelle est donc la menace pour l’Arménie ? L’invasion.« 

La France promet une aide militaire à l’Arménie

À lire aussi | Saint Bruno de Segni corrige le pape

Le 3 octobre, la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a annoncé l’intention de la France d’envoyer du matériel militaire à l’Arménie. Cette annonce témoigne de l’évolution politique de l’Arménie, qui s’éloigne de la Russie et se rapproche de l’Occident.

Depuis que les forces russes de maintien de la paix stationnées au Nagorno-Karabakh n’ont pas réussi à arrêter l’attaque du 19 septembre, l’Arménie a commencé à s’éloigner de l’influence russe.

Le Parlement arménien a voté la semaine dernière en faveur de l’adhésion à la Cour pénale internationale (CPI), qui a lancé un mandat d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine. Cela signifie que si Poutine mettait le pied en Arménie, les autorités seraient obligées de l’arrêter.

Nikol Pashinyan, le premier ministre arménien, aurait annulé son projet de participer à un sommet au Kirghizstan le 10 octobre, auquel M. Poutine devait également assister.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Saint Bruno de Segni corrige le pape

Saint Bruno de Segni corrige le pape

Médecins Sans Frontières à Gaza : la situation est désastreuse

Médecins Sans Frontières à Gaza : la situation est désastreuse