in , , ,

Des femmes parlent du traumatisme et des ravages de l’avortement

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Des femmes parlent du traumatisme et des ravages de l'avortement
Des femmes parlent du traumatisme et des ravages de l'avortement
Des femmes parlent du traumatisme et des ravages de l'avortement

Les voix de ceux qui veulent raconter les ravages de l’avortement ont été largement étouffées, mais en voici quelques-unes qui parlent courageusement de la douleur ressentie encore aujourd’hui.

Elle donnerait presque tout pour remonter le temps et choisir différemment, mais ce n’est pas une option pour Mary Kominski. « Mon enfant me manque tous les jours« , a-t-elle déclaré au Register.

Cinquante ans se sont écoulés depuis que cette femme du New Jersey a avorté à l’âge de 17 ans. Aujourd’hui âgée de 67 ans, ses souvenirs de ce jour sont encore frais. Mais il en va de même pour l’espoir, bien ancré, d’éviter à d’autres d’éprouver le même regret.

« Nous voyons les effets de l’avortement maintenant dans la société. Il y a tellement de dépression et de colère. Et la colère est un facteur important, surtout chez les femmes qui ont subi un avortement et qui ne sont pas guéries« , a déclaré Mme Kominski. « C’est pourquoi on voit tant de cris et de hurlements… c’est si profond et si sombre.« 

Les voix de ceux qui veulent raconter les ravages de l’avortement ont été largement étouffées, dit-elle. Mais avec l’annulation de l’arrêt Roe v. Wade le 24 juin, le temps est venu de dire la vérité.

Élevée dans un foyer catholique strict, Mme Kominiski savait distinguer le bien du mal, dit-elle, mais pas comment s’adapter aux détours de la vie.

Finalement, un médecin d’un centre de planification familiale lui a fait miroiter une solution « simple et facile » : l’avortement. Bien qu’illégal dans son État natal en 1972, l’avortement était autorisé dans plusieurs autres États, dont l’État voisin de New York, pour les femmes âgées de 18 ans et plus.

Comme Kominski n’avait pas l’âge légal, elle se souvient : « Le médecin a dit : « Ne le dis pas à tes parents. Tu es une bonne fille catholique, et c’est quelque chose qu’ils n’ont pas besoin de savoir« .

Elle s’est rendue dans l’établissement new-yorkais du Dr Bernard Nathanson, célèbre avorteur puis défenseur de la vie. « Ils disaient aux jeunes femmes : « Venez vous faire avorter. Tout va bien se passer« . C’était le début de la poussée pour la légalisation de l’avortement partout en amérique.« 

Elle était « morte de peur« , et l’intervention a aggravé les choses ; ils avaient mal calculé le stade auquel elle se trouvait. « Le médecin s’est mis très en colère« , raconte Kominski. Je me souviens qu’il a dit : « Je ne veux plus jamais vous voir ici !« .

Bien qu’elle ait eu envie de « sauter de la table« , l’infirmière lui a assuré que tout irait bien. « D’un côté de la pièce, ils avaient ces grands bocaux, remplis de restes humains. C’est une image que je n’ai jamais oubliée« , dit-elle. « Vous commencez à comprendre plus tard ce qui s’est réellement passé« .

Pendant 25 ans, Kominski a gardé le secret de son avortement, ce qui l’a conduite à la dépression et à douter de sa propre valeur.


Brigette Blair, 55 ans, de Californie, n’avait que 14 ans lorsqu’elle a subi le premier de ses trois avortements ; elle a admis qu’elle était « assez naïve » en matière d’intimité sexuelle. « Quand j’ai découvert que j’étais enceinte, je me suis sentie sale« .

Un conseiller d’orientation scolaire l’a aidée à obtenir un test de grossesse dans un établissement voisin, et Blair a programmé elle-même l’avortement dans une ville voisine. Son petit ami l’y a conduite.

Lorsque nous nous sommes assis sur le parking avant que je n’entre, il m’a demandé : « Tu es sûre de vouloir faire ça ?« , se souvient-elle. Elle a acquiescé. « Je voulais absolument garder le secret, surtout vis-à-vis de mes parents.« 

L’infirmière lui a conseillé : « Quoi que tu fasses, ne regarde pas« , a raconté Blair. « Bien sûr, quand vous dites cela à un enfant, il sait déjà que vous faites quelque chose de mal… et j’ai regardé.« 

Elle aussi a vu les bocaux de collecte remplie de sang et de petits morceaux de corps. « C’est à ce moment que j’ai tout arrêté pour ne pas avoir de sentiments.« 

À partir de là, la vie de Blair s’est emballée, raconte-t-elle, à travers la drogue, l’alcool et d’autres moyens d’évasion. Son seul frère est également décédé à cette époque d’un cancer du cerveau.

Au moment de son troisième avortement, elle « savait que c’était un meurtre » et s’est mise à pleurer sur la table. L’infirmière remarque sa détresse. Elle lui a demandé : « Vous ne voulez pas faire ça, n’est-ce pas ?« , puis lui a promis que ce serait bientôt fini. « J’aurais aimé que quelqu’un soit là pour me sauver, pour me dire : « Tout va bien. Tu n’es pas obligée de faire ça. Vous avez le choix« , se souvient-elle. Au lieu de cela, « le médecin s’est mis au travail« .


Toujours hantée des années plus tard Delia Warnecke, 62 ans, du Vermont, affirme que la douleur de son avortement à l’âge de 21 ans s’est accentuée avec le temps. « Le souvenir est vif« , dit-elle. « Je ne voulais pas le faire. J’étais définitivement contrainte« .

L’avortement « me hante jusqu’à ce jour« , dit-elle, malgré la guérison de Dieu. « C’est la chose la plus contre nature pour un être humain, de tuer son propre enfant« , a-t-elle dit, notant que notre culture est dans un grave déni. « Beaucoup de gens souffrent et ont besoin de guérir, et tant que nous ne le ferons pas, les choses ne seront pas plus faciles« .

Warnecke se souvient de cette journée comme « d’une entrée en enfer« .

« J’aime l’honnêteté, et je ne veux rien embellir, mais c’est comme si je vendais mon âme au diable« .

Elle se souvient avoir posé ses mains sur son ventre et dit à son enfant « Je t’aime » et dit à Jésus qu’elle était désolée, juste avant d’être « assommée » par l’anesthésie. « Après mon réveil, je pleurais abondamment, et on m’a dit de me taire parce que je dérangeais les autres patients« , dit-elle. « Mais je savais que ma ‘boule de mouchoirs’ était mon enfant« .

Mme Warnecke a ensuite participé à la campagne 40 jours pour la vie, priant sur le trottoir des centres d’avortement pour avertir les autres des dangers de l’avortement. « Il y a tellement d’aide pour faire ce qu’il faut. Lorsque vous tuez votre propre enfant, vous tuez aussi votre propre esprit« .

Elle pense que l’Église a un rôle énorme à jouer dans la guérison et espère que les prêtres commenceront à être plus courageux sur le sujet. « Ils ne veulent pas voir les yeux des femmes post-avortement se remplir de larmes, mais nous devons arrêter d’édulcorer l’avortement.« 


Kevin Burke, travailleur social et conseiller de formation, a cofondé avec sa femme, Theresa, les retraites Rachel’s Vineyard, un ministère de guérison de l’avortement.

« Lorsque j’ai participé à ma première retraite Rachel’s Vineyard, c’était le véritable début de mon éducation« , a-t-il déclaré. « C’est une classe de maître pour apprendre comment l’avortement a un impact sur les femmes, et les hommes aussi« .

En 2003, le ministère s’est associé à Priests for Life, ajoutant au cours de la dernière décennie un accent sur la façon dont l’avortement affecte également les hommes.

« J’ai été surpris par la profondeur du chagrin de l’homme, mais lorsqu’on lui donne l’occasion de raconter son histoire, avec le soutien de l’Écriture et des sacrements, les hommes ont des sentiments forts quant à leur implication« , dit-il, et les femmes bénéficient de voir des hommes renouer avec leurs enfants et les aimer.

« Nous avons une nation de plus de 65 millions de personnes qui ont été complices de l’avortement« , a déclaré Burke. « Il y a un besoin massif de guérison, alors que tant de gens nient la blessure intérieure.« 

Selon Mme Burke, bien que le monde leur ait vendu l’avortement, lorsque les femmes commencent à ressentir les sentiments naturels et puissants de la perte causée par l’avortement, le sujet n’est plus une question de droits ou un problème politique, mais une blessure qui touche une relation. Et le fait d’être réduites au silence par la culture – alors même que beaucoup crient leur « droit à l’avortement » – ne fait qu’approfondir cette blessure.

« Si les hommes aimaient les femmes comme le Christ aime l’Église, il n’y aurait pas de clameurs en faveur de la contraception, de l’avortement et des droits reproductifs« , a déclaré M. Burke, qualifiant un tel échec de « corruption » du plan de Dieu. « Les hommes ont été ordonnés pour créer un climat d’accueil des enfants, pas pour faciliter leur mort« .

« Nous ne comprenons toujours pas à quel point l’avortement a profondément nourri les divisions de notre société« , a ajouté Burke. « Alors que notre pays continue de se séparer en deux nations distinctes, nous pouvons faire remonter une grande partie de l’énergie émotionnelle et de l’obscurité spirituelle à cette décision de 1973 [Roe v. Wade].« 

Depuis plus de dix ans maintenant, Jody Clemens, du Dakota du Nord, dirige un groupe de femmes post-avortement (PALS) qui partagent publiquement de manière honnête – et vivante – leurs expériences d’avortement.

« Nous croyons tellement de mensonges avant l’avortement« , a déclaré Mme Clemens. « Nous ne nous demandons pas ce que nous allons perdre, mais ce que nous allons gagner.« 

Mais les gains perçus deviennent des pertes mortelles, les femmes n’ayant pas conscience de la façon dont leur « secret honteux va s’intensifier au centuple par la suite« , a-t-elle expliqué. « Lorsque nous entrons pour un avortement, le Père du mensonge nous dit : ‘C’est inoffensif’. Mais quand nous sortons, il nous murmure : ‘C’est sans espoir‘ ». Et de nombreuses femmes pensent qu’elles sont au-delà de tout espoir et de toute pitié.

Mme Clemens a rappelé l’histoire biblique de David après sa liaison avec Bethsabée, qui a conduit à la conception d’un enfant, au meurtre d’un mari et à la mort de l’enfant – tout cela à cause de mensonges consécutifs à une décision erronée. Dans le psaume 38, nous lisons le désespoir de David, et « comment la lumière s’est éteinte de ses yeux« , a déclaré Mme Clemens, un peu comme chez les femmes qui ont subi un avortement.

Mais avec le temps, David crie au Seigneur : « Rends-moi la joie de mon salut ! » « Lorsque nous commençons à échanger les mensonges auxquels nous avons cru contre la vérité de Dieu, a déclaré Clemens, nous trouvons, nous aussi, la rédemption, la miséricorde, le pardon et la guérison.« 

Clemens, un protestant évangélique, dit que l’Église devrait être le premier visage de la miséricorde pour les post-avortement et non le dernier mot d’espoir.

« Qui sait mieux que l’Église de Dieu, ajoute-t-il, que la vie commence à la conception, que nous sommes les gardiens de nos frères, que l’avortement viole le dixième commandement et que nous devons prendre la parole pour ceux qui ne peuvent pas le faire eux-mêmes et secourir ceux qui sont conduits à l’abattoir ? « 

Lucinda Mundorf, médecin et catholique post-avortement, originaire de Baltimore mais travaillant aujourd’hui dans l’ouest du Dakota du Nord, affirme que tant que notre nation ne fera pas du respect de la vie humaine à tous les niveaux une priorité, « je ne pense pas que nous serons en mesure de contredire la perspective du monde sur le corps.« 

Elle a plaidé pour que les paroisses mettent en œuvre ‘Teen Star‘, un programme développé par Sœur Hanna Klaus qui intègre la théologie du corps pour les adolescents.

Comme ressource supplémentaire pour les jeunes, Mme Kominski recommande le nouveau titre de Janet Morana, Everything You Need to Know About Abortion for Teens.

Pour les personnes ayant subi un avortement, elle évoque le cordon ombilical et la façon dont il apporte des nutriments au bébé à naître, l’aidant à grandir dans le ventre de sa mère.

A lire aussi | L’islam en Tunisie ne sera peut-être plus la religion de l’état

« Pour la mère qui a avorté, par la miséricorde de Dieu, nous pouvons croire que notre enfant est au ciel, et nous pouvons espérer et prier que l’enfant est aussi une bouée de sauvetage pour la mère sur terre, priant pour que leurs parents les reconnaissent comme leurs enfants« , a-t-elle déclaré. « C’est comme un cordon ombilical spirituel qui descend, d’eux à nous« .

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register ( Lien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

L'islam en Tunisie ne sera peut-être plus la religion de l'état

L’islam en Tunisie ne sera peut-être plus la religion de l’état

Le Vatican présente le logo et la devise du Jubilé de Rome 2025

Le Vatican présente le logo et la devise du Jubilé de Rome 2025