in , , ,

Escalade dramatique des tensions entre le Vatican et l’Ordre de Malte

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Escalade dramatique des tensions entre le Vatican et l'Ordre de Malte

Le cardinal délégué du pape François a refusé de reconnaître le représentant désigné par l’Ordre de Malte au sein d’un comité chargé d’examiner le projet de constitution de l’ordre, même après que des membres de l’ordre aient lancé un appel personnel au pape.

Cette décision représente une escalade dramatique dans la tension actuelle entre le Vatican et l’Ordre de Malte, qui est à la fois un ordre religieux catholique et une entité souveraine en droit international. Mais lorsqu’un cardinal du Vatican a remplacé unilatéralement cette semaine le président d’une commission de révision constitutionnelle par un candidat de son choix, l’un des plus hauts chevaliers de l’ordre a déclaré que le statut de l’ordre était « directement attaqué« .

Marwan Sehnaoui, président de l’association libanaise de l’ordre, a été nommé la semaine dernière par le lieutenant du Grand Maître de l’ordre au poste de président du comité directeur de la réforme constitutionnelle de l’ordre.

Dans une lettre du 25 janvier obtenue par The Pillar, M. Sehnaoui a informé les dirigeants et les membres de l’ordre qu’il était arrivé à Rome au cours du week-end afin de « parvenir à un accord honnête et sincère » avec la commission, dirigée par le délégué spécial du pape François, sur les plans d’une nouvelle constitution pour l’ordre.

À lire aussi | Sainte Catherine de Bologne

« Tout cela, a-t-il dit, pour le bien-être des pauvres, des malades, des personnes âgées, des handicapés, des réfugiés et des migrants, que nous servons, mais aussi pour le bien du Saint-Père, de l’Église et de notre ordre.« 

Mais le délégué du pape, le cardinal Silvano Tomasi, a refusé à plusieurs reprises de lui permettre d’assister à une conférence de deux jours pour discuter du projet de texte, a écrit Sehnaoui aux membres de l’ordre.

Sehnaoui a été nommé à la présidence du comité directeur après que le Grand Chancelier de l’ordre, Albrecht von Boeselager, se soit retiré de ce rôle la semaine dernière, déclarant que le projet de constitution du Vatican constituait un « danger » pour le statut souverain de l’ordre en droit international.

Le comité était censé rencontrer cette semaine M. Tomasi, que le pape François a nommé délégué spécial auprès de l’ordre en 2020, afin d’examiner une nouvelle constitution, rédigée par le Vatican, et de résoudre une crise croissante concernant l’indépendance diplomatique et administrative de l’ordre. La réunion devait durer deux jours et commencer mardi.

Mais selon Sehnaoui, Tomasi a fait pression sur les hauts dirigeants de l’ordre pour qu’ils révoquent la nomination du nouveau président, et a menacé d’intervenir personnellement s’ils refusaient. Tomasi a précédemment indiqué qu’il n’était pas d’accord avec la décision de Boeselager de se retirer du processus de réforme constitutionnelle, ni avec la décision des chevaliers de nommer un remplaçant sans demander l’accord du cardinal.

La décision de Tomasi, a déclaré Sehnaoui dans sa lettre de mardi, « est clairement une attaque directe contre la souveraineté de notre Ordre.« 

La décision du cardinal d’exclure les représentants désignés de l’ordre de la réunion intervient juste après qu’il ait écrit à l’ordre la semaine dernière pour les assurer « qu’il n’a jamais été dans l’intention de cette commission, ni du Saint Père, de porter atteinte à la souveraineté de l’ordre, qui sera totalement préservée.« 

Tomasi a déclaré dans sa lettre que le retour d’information sur son projet et sa diffusion parmi les membres par la direction de l’ordre constituaient une « procédure discutable » et que les chevaliers agissaient « unilatéralement » en considérant leur propre avenir.

Afin d’éviter tout conflit supplémentaire, M. Sehnaoui a déclaré avoir rencontré le pape François en audience privée lundi, dans l’espoir d’obtenir l’aide du pape pour résoudre la situation. Il a expliqué au pape que « la majorité des personnes impliquées dans la commission actuelle n’ont pas une connaissance et une compréhension approfondies des spécificités de notre Ordre et de ses activités« .

Si l’Ordre de Malte est un ordre religieux catholique vieux de plus de 900 ans, il jouit également d’un statut unique en droit international, avec la possibilité d’entretenir des relations diplomatiques complètes avec les nations et un siège d’observateur permanent aux Nations unies. L’ordre mène des actions d’aide humanitaire dans le monde entier.

Mais alors que M. Sehnaoui a déclaré avoir quitté son entrevu avec François « plein d’espoir et confiant« , M. Tomasi a tout de même refusé de l’autoriser à assister à la réunion de révision constitutionnelle.

Sehnaoui a écrit mardi que lorsque le vice-président du comité directeur, Peter Szabadhegy, est arrivé à la réunion pour demander à Tomasi pourquoi Sehnaoui n’avait pas été invité, il a été « étonné » de constater que le président de l’association italienne de l’ordre, Riccardo Paterno, avait été amené à la réunion par Tomasi à la place de Sehnaoui, sans que ni le cardinal ni Paterno n’en aient informé la direction de l’ordre.

Lorsque Tomasi a refusé de donner à Szabadhegy une explication « décisive » de l’absence de Sehnaoui ou de la présence du président de l’association italienne, le diplomate de carrière a quitté la réunion, déclarant qu’il ne reviendrait pour la session de mardi que si le représentant désigné de l’ordre était invité.

« Dans ces circonstances, je considère que notre Ordre n’est pas respecté, que notre dignité est violée et que notre avenir est en danger« , a écrit Sehnaoui mardi.

Tout en exprimant ses remerciements au pape pour l’avoir reçu, Sehnaoui a informé les chevaliers que Szabadhegy et lui allaient les consulter sur une proposition pour aller de l’avant.

Jusqu’à présent, l’ingérence de Tomasi dans la gouvernance de l’ordre a été juridiquement obscure, plusieurs chevaliers de haut rang ayant déclaré au Pillar que son implication était tolérée au sein de l’ordre dans l’espoir d’empêcher une action plus directe du cardinal visant à abroger la souveraineté de l’ordre et à créer une crise diplomatique.

Mais à moins qu’un compromis ne soit trouvé dans les prochaines 24 heures, le refus de Tomasi de reconnaître les délégués de l’ordre à leur propre processus constitutionnel est susceptible de signaler une prise de contrôle totale de la gouvernance des chevaliers.

Des sources proches du Grand Magistère de l’ordre à Rome ont déclaré au Pillar que Tomasi avait déjà signalé son intention de dissoudre le Gouvernement et les Souverains Conseils de l’ordre avant de convoquer un Chapitre Général extraordinaire pour adopter son projet de nouvelle constitution.

L’exclusion par le Vatican des représentants désignés de l’ordre dans leur propre processus de réforme constitutionnelle est une escalade dramatique dans une crise diplomatique qui a commencé en 2017, lorsque le pape François est intervenu dans l’ordre pour forcer l’abdication de son Grand Maître de l’époque, Fra’ Matthew Festing.

À l’époque, le pape avait nommé un délégué cardinal spécial chargé de superviser la réforme spirituelle et constitutionnelle de l’ordre religieux catholique, reconnu depuis des siècles comme une entité souveraine en droit international, au même titre que le Saint-Siège lui-même.

Bien que l’ordre soit, aux termes de sa constitution actuelle, indépendant du Vatican en ce qui concerne sa gouvernance interne et ses fonctions diplomatiques, il s’agit également d’un ordre religieux catholique et, en tant que tel, il est placé sous l’autorité spirituelle du Saint-Siège, le pape restant responsable de son caractère religieux.

Au sein de l’ordre lui-même, il existe un désaccord entre les chevaliers sur la gouvernance future de l’ordre, en particulier sur la mesure dans laquelle les postes de direction doivent être réservés aux chevaliers de première classe, qui font des vœux religieux de pauvreté, de chasteté et d’obéissance.

En octobre de l’année dernière, le pape François a accordé à M. Tomasi des pouvoirs étendus pour gouverner l’ordre par fiat papal, pouvoirs qui, s’ils étaient utilisés, annuleraient essentiellement la souveraineté de l’ordre et déclencheraient une crise diplomatique pour l’ordre.

Plus tôt cette semaine, des chevaliers de haut rang ont déclaré au Pillar que « lorsque le pape a accordé à Tomasi ces pouvoirs supplémentaires, cela a été un point de tension réelle. Cela va clairement à l’encontre de la souveraineté de l’ordre, mais il n’y a aucune volonté de provoquer une confrontation avec le Saint-Père.« 

« L’espoir était que, si le cardinal n’invoquait pas les pouvoirs, leur légalité pourrait rester ambiguë. Cela semble moins prometteur maintenant, et le choix semble être de se soumettre à une réforme externe de notre gouvernance ou de résister.« 

« Le choix qui nous est imposé est entre notre identité catholique et notre indépendance diplomatique« , a déclaré un chevalier supérieur.

À lire en anglais sur PillarCatholic

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

  1. Loué soit Jésus Christ ,
    Ceci est dû même ordre que la suppression insidieuse de l ancienne Liturgie romaine catholique voulu par ce pape actuel et vatican 2
    Je cotisais pour l Ordre de Malte mais on ne peut rien faire dans cette situation
    C’EST AUX DIRIGEANTS DE L ORDRE DE DÉFENDRE LA SPÉCIFICITÉ DE L ORDRE !
    Puisse la très sainte Trinité soutenir l Ordre de Malte dans ces tourments