in , ,

Le Vatican défend Benoît XVI après qu’un rapport l’incriminait

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le Vatican défend Benoît XVI après qu'un rapport l'incriminait

Le Vatican a fermement défendu mercredi le bilan du pape Benoît XVI en matière de lutte contre les abus sexuels commis par le clergé et a mis en garde contre la recherche de « boucs émissaires faciles et de jugements sommaires« , après qu’un rapport indépendant a mis en cause sa gestion de quatre cas d’abus lorsqu’il était archevêque de Munich, en Allemagne.

Le directeur éditorial du Saint-Siège, Andrea Tornielli, a fourni la première réponse substantielle du Vatican au rapport dans un éditorial paru dans le journal du Vatican L’Osservatore Romano et son portail médiatique, Vatican News. Dans cet éditorial, M. Tornielli rappelle que Benoît XVI a été le premier pape à rencontrer les victimes d’abus, qu’il a édicté des normes strictes pour punir les prêtres qui ont violé des enfants et qu’il a demandé à l’Église de faire preuve d’humilité en recherchant le pardon pour les crimes de ses clercs.

« Tout cela ne peut être ni oublié ni effacé« , a écrit M. Tornielli.

Un cabinet d’avocats allemand a publié la semaine dernière le long rapport qui avait été commandé par l’Église allemande pour examiner comment les cas d’abus sexuels ont été traités dans l’archidiocèse entre 1945 et 2019. M. Benedict, l’ancien cardinal Joseph Ratzinger, a dirigé l’archidiocèse de 1977 à 1982, date à laquelle il a été nommé à la tête de la Congrégation pour la doctrine de la foi du Vatican.

Les auteurs du rapport reprochent à M. Ratzinger d’avoir traité quatre cas pendant son mandat d’archevêque, ainsi qu’à ses prédécesseurs et successeurs d’avoir commis des fautes en permettant à des prêtres prédateurs de continuer à exercer leur ministère.

À lire aussi | Escalade dramatique des tensions entre le Vatican et l’Ordre de Malte

Par l’intermédiaire de son secrétaire, Benoît XVI, 94 ans, a déclaré qu’il répondrait aux conclusions en temps voulu. Il a déjà reconnu une erreur de rédaction dans sa propre soumission aux chercheurs, concernant une réunion de 1980 au cours de laquelle le transfert d’un prêtre pédophile à Munich a été discuté. Benoît XVI a reconnu cette semaine qu’il avait effectivement assisté à la réunion, mais a nié que son retour au travail pastoral ait été discuté à l’époque. Le prêtre a ensuite été condamné à une peine avec sursis pour avoir abusé d’un garçon.

M. Tornielli n’a pas commenté les détails de cette affaire ni d’aucune autre, bien qu’il ait déploré que les médias aient accordé une attention « prévisible » aux quatre années de mandat de Benoît XVI en tant qu’archevêque. Il s’est plutôt concentré sur le mandat de Benoît XVI en tant que préfet du bureau de la doctrine, de 1982 à 2005, puis en tant que pape, de 2005 à 2013, date à laquelle il s’est retiré.

Alors qu’il était préfet du bureau de la doctrine, Ratzinger a ordonné en 2001 que tous les cas d’abus sexuels commis par des membres du clergé soient envoyés à son bureau pour y être traités, après avoir constaté que les évêques du monde entier déplaçaient les violeurs de paroisse en paroisse plutôt que de les punir en vertu du droit canonique interne de l’Église. Au cours des deux dernières années de son pontificat, Benoît XVI a défroqué près de 400 prêtres pour abus.

M. Tornielli a fait remarquer que les victimes étaient souvent traitées comme des « ennemis » de l’Église, et que M. Ratzinger a contribué à changer cette mentalité en écoutant les victimes et en leur demandant pardon, même contre la volonté des conservateurs qui considéraient les rapports médiatiques sur les abus comme une attaque contre l’Église.

C’est Benoît XVI, même contre l’avis de nombreux « Ratzingeriens » autoproclamés, qui a maintenu, au milieu de la tempête de scandales en Irlande et en Allemagne, le visage d’une Église pénitente, qui s’humilie en demandant pardon, qui ressent la consternation, le remords, la douleur, la compassion et la proximité, a-t-il écrit.

M. Tornielli a fait remarquer que le rapport de Munich n’était pas une sentence judiciaire et a déclaré qu’il ne contribuerait à combattre le problème que si l’information n’était « pas réduite à la recherche de boucs émissaires faciles et de jugements sommaires.« 

À lire en anglais sur Crux

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire