in , ,

Harrison Butker star NFL prend la défense de la messe latine traditionnelle

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Harrison Butker star NFL prend la défense de la messe latine traditionnelle

Le dimanche du Super Bowl est un jour de grande tradition pour de nombreux Américains, mais pour le champion du Super Bowl Harrison Butker, la tradition sur laquelle il voulait attirer l’attention ce jour-là était d’une signification éternelle : la messe traditionnelle en latin et sa frustration face aux nouvelles règles du Vatican qui en restreignent l’usage.

Butker, 26 ans, est le botteur titulaire des Chiefs de Kansas City. Sa bague du Super Bowl 2020 est le symbole d’un grand accomplissement. Mais lors de son interview exclusive avec CNA le 13 février, c’est son alliance qu’il tournait et retournait en pensant à sa femme, Isabelle, et à leurs deux jeunes enfants et à ce que pourrait être leur avenir s’il n’était plus en mesure de les emmener à la messe traditionnelle en latin.

Butker n’a pas hésité à discuter de sa foi catholique. Dans une interview accordée en 2019 à EWTN, il a raconté comment la révérence et la rigueur qu’il a trouvées dans la messe latine traditionnelle ont joué un rôle déterminant dans sa « re-version » au catholicisme alors qu’il était à l’université de Georgia Tech.

Plus récemment, la foi de Butker a été mise à l’épreuve. En juillet 2021, le pape François a publié un motu proprio intitulé Traditionis custodes qui imposait de nouvelles restrictions quant au moment et au lieu où la forme « extraordinaire » de la messe, utilisant le Missel romain de 1962, antérieur à Vatican II, pouvait être utilisée. Le pape a cité son désir d’unifier l’Église comme l’une des principales raisons de son édit. Un document ultérieur du Vatican a émis d’autres restrictions sur l’utilisation de l’ancien missel latin pour les baptêmes, les confirmations et d’autres sacrements.

À lire aussi | D’où vient la croyance du Grand Monarque qui doit diriger la France ?

M. Butker s’est entretenu avec CNA avant une célébration du Super Bowl organisée par la société de vêtements NOVUS à Saratoga, New York. Butker, qui a un partenariat avec la marque, a été le centre d’attention pendant une grande partie de la nuit au Saratoga National Golf Club. Mais au lieu de parler de football ou de vêtements, Butker a préféré se concentrer sur les restrictions de la messe en latin.

Pourquoi vous exprimez-vous sur les restrictions de la messe traditionnelle en latin ?

Je pense que Dieu m’a définitivement donné une plateforme. Il m’a donné une voix pour beaucoup de gens qui ne peuvent pas exprimer leurs opinions. Je me suis tellement investi pour être le meilleur botteur possible et, pour une raison quelconque, Dieu m’a permis de continuer à avoir du succès en tant que botteur. J’en suis très reconnaissant. … Mon succès dans le football m’a donné un piédestal et je me sens responsable de la sensibilisation à différentes questions que Dieu veut, je pense, que je mette en avant. Et la messe traditionnelle en latin est certainement l’une d’entre elles. C’est un sujet qui me passionne et, encore une fois, je sens que je dois donner une voix à beaucoup de gens qui sont frustrés, qui se sentent exclus et qui n’ont pas la possibilité de dire quoi que ce soit. J’ai l’impression de pouvoir être la voix de tous ceux qui se sentent persécutés pour leur amour des sacrements traditionnels.

Vous avez utilisé le mot « persécuté ». Est-ce vraiment ce que vous ressentez ?

Oui, je le pense. J’ai l’impression que je ne suis presque plus le bienvenu dans l’Église parce que je veux aller à la messe en latin et que je souhaite une confirmation traditionnelle pour mes enfants. J’ai l’impression d’être un catholique inférieur et de ne pas faire partie de l’Église, car je désire assister au rite traditionnel. Mais ce n’est pas du tout la réalité. Je veux obéir à l’Église. Je veux rester au sein de l’Église. J’ai l’impression d’être persécuté simplement parce que j’aime le rite traditionnel. Et ce rite est en train de disparaître, malheureusement, ce qui est très triste.

Si vous pouviez avoir un entretien privé, en tête-à-tête, avec le pape François au sujet des nouvelles restrictions, que voudriez-vous lui dire ?

Je dirais :

« Saint-Père, tous les catholiques que j’ai côtoyés et qui ont une dévotion pour la messe latine traditionnelle et les sacrements traditionnels veulent être des saints. Ils veulent que leurs enfants aillent au paradis. Ils n’essaient pas d’avoir cette grande révolte contre l’Église. Ils ne renient pas la papauté. Ils aiment être catholiques, ils veulent être saints et ils le font du mieux qu’ils peuvent. Et maintenant, on se demande si les catholiques qui préfèrent les sacrements traditionnels comme moyens de leur salut sont même de bons catholiques. Et je pense que cela isole vraiment beaucoup de catholiques traditionnels.

Ils ont l’impression d’être mis à l’écart et d’être persécutés. Et d’après mon expérience, ce sont juste des gens qui comprennent qu’ils sont des pécheurs. Ils veulent avoir accès aux sacrements. Ils veulent être connectés aux sacrements qui ont nourri tant de saints innombrables. Et il semble qu’ils soient punis pour leur amour et leur dévotion à la foi, à l’Eucharistie et à tous les sacrements de l’Église. »

Lorsque Traditionis custodes a été publié, quelle a été votre réaction ?

La première chose que j’ai pensée, c’est que je pouvais toujours aller à la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP) et à l’Institut du Christ Roi Souverain Prêtre pour les sacrements traditionnels. J’espérais que le motu proprio n’affecterait pas ces deux communautés. J’ai aussi dû repenser complètement la forme extraordinaire, la forme ordinaire, l’enrichissement mutuel – tout ce que le pape émérite Benoît XVI enseignait, que j’ai lu et que j’ai accepté, c’est comme si ce n’était plus le cas. J’ai donc dû repenser complètement cela.

Mais maintenant, en tant que père d’enfants, je me demande comment je peux m’assurer que mes enfants ont accès aux sacrements dans le rite traditionnel ? Comment pourront-ils avoir accès à la confirmation quand ils seront plus âgés ? Vous êtes dans une situation difficile. Où vais-je avoir accès à ces sacrements ? Et est-ce que je crois que l’on devrait permettre qu’ils soient retirés ? Bien sûr que non, parce que les sacrements Novus Ordo sont si nouveaux et si différents et que tant de choses ont été supprimées…..

Prenons le baptême, par exemple. Dans le rite traditionnel du baptême, il y a beaucoup de prières d’exorcisme, des tonnes de saints sont invoqués. C’est très beau et cela donne l’impression qu’il y a un diable. Le mal existe dans le monde. Il y a le péché originel. Ce qui se passe ici est important. Ce n’est pas juste, « Oh wow, c’est génial que notre enfant fasse maintenant partie de notre communauté de foi dans notre église. »

Non, c’est réel. Ils se font baptiser. Ils sont lavés de leur péché originel. Et je pense que vous pouvez aller plus loin avec tous les sacrements de rite traditionnel et vous verrez la beauté dans le fait que c’est sans équivoque catholique.

Qu’est-ce qui vous a attiré vers la messe en latin ?

Dans mon alma mater, Georgia Tech, nous avions une liturgie Novus Ordo très respectueuse et je l’ai adorée. C’était la première fois que j’étais exposé à une liturgie révérencieuse. Je cherchais quelque chose qui montre la gloire de l’adoration de Dieu, qui montre la gloire des sacrements et de l’Eucharistie. Je cherchais quelque chose qui me fasse me sentir privilégiée d’être catholique. Et ce n’est que lorsque j’ai vu la liturgie respectueuse, que j’ai vu un prêtre qui prêchait la foi de tout son cœur en chaire, que j’ai vraiment embrassé la foi. J’en ai vu la beauté. Et puis, comme je continuais à chercher plus de révérence, plus de beauté, et à me demander d’où venait tout cela, cela m’a conduit à la messe en latin. Et c’est alors que j’ai commencé à voir tous les autres sacrements traditionnels. C’est ainsi que s’est déroulé mon cheminement.

Mais vous savez, si nous croyons que c’est l’église que Jésus-Christ a établie pour que nous puissions avoir accès au pardon à travers les sacrements, pour que nous puissions aller au paradis à travers tous ces moyens de recevoir la grâce, alors cela devrait être reconnaissable. Et je ne l’ai pas vraiment reconnu pendant la Messe Novus Ordo. Même lorsqu’elle était célébrée avec révérence, on voyait toujours les différences entre les deux, surtout avec les prières qui ont été retirées, les saints qui ont été retirés, les manières des prêtres et leur façon de célébrer, toutes ces choses ont été retirées. Et il ne semble pas du tout que ce soit un développement organique. Cela ressemble simplement à une rupture complète de ce que le rite romain a pu développer.

Vous pensez que la messe en latin ramène les jeunes à l’Église et comment ?

Je le crois de tout mon cœur. Je pense que nous vivons une époque déroutante. Je pense que la culture change rapidement et que la messe latine traditionnelle est tellement contre-culturelle que je pense qu’elle attire beaucoup de jeunes qui cherchent des réponses. Ils sont à la recherche du bonheur. Et pour moi, j’ai trouvé le bonheur en embrassant la foi offerte par l’Église catholique. J’avais l’impression que je n’étais pas capable de l’embrasser jusqu’à ce que je la voie complètement exposée à la lumière. J’ai su que j’avais découvert le catholicisme authentique. Et j’ai trouvé cela à la messe traditionnelle en latin, dans les sacrements traditionnels, et je pense que beaucoup de jeunes ont trouvé cela aussi.

Les jeunes cherchent des réponses et ils veulent être confiants et enthousiastes à propos de leur foi catholique. Ils ont juste besoin de savoir ce qu’est la foi. Et il est si clair pour eux de le voir dans la messe traditionnelle en latin, dans les sacrements traditionnels et dans les ressources traditionnelles – toutes ces choses qui sont sans équivoque catholiques, qui n’ont pas peur de dire des choses contre-culturelles, mais qui expriment ce que nous croyons vraiment en tant que catholiques.

Comment avez-vous commencé à servir l’autel à la messe en latin ? Quelle est la différence entre le service de l’autel à la messe en latin et au Novus Ordo ?

J’ai commencé à servir l’autel lorsque j’étais à Kansas City, dans une paroisse où l’on célébrait la messe en latin et où il n’y avait pas de servants. Alors j’ai décidé, ayant une formation d’ingénieur, que je pourrais probablement apprendre tous les détails qui sont impliqués dans le service de la Messe latine traditionnelle, et que peut-être d’autres garçons voudraient apprendre.

Je suis absolument tombé amoureux de cette discipline. Un de mes amis prêtres m’a aidé à apprendre et m’a donné différentes ressources pour apprendre à servir. Et puis beaucoup de garçons ont commencé à servir. C’était très amusant. Une fois la formation terminée, j’ai constaté que tous les garçons ne voulaient plus servir la messe Novus Ordo parce qu’ils aimaient la rigueur qu’impliquait le service de la messe en latin et appréciaient le nombre de processus différents qu’il fallait suivre. Ils aimaient la discipline. Ils aimaient le défi que cela représentait. Ils en sont vraiment tombés amoureux.

Quel est votre message aux adeptes de la messe en latin à travers le monde ?

Nous devons être des saints. Nous ne pouvons pas quitter le navire. Nous ne pouvons pas quitter l’Église. Nous sommes des catholiques romains. Nous devons défendre la vérité. Nous devons défendre l’Église. Mais en même temps, nous devons faire preuve de charité. Nous devons respecter les positions de ces hommes. Mais nous devons reconnaître ce qui se passe. Nous devons devenir des saints et nous devons faire entendre notre voix du mieux que nous pouvons.

À lire en anglais sur CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

D'où vient la croyance du Grand Monarque qui doit diriger la France

D’où vient la croyance du Grand Monarque qui doit diriger la France ?

Saint François d'Assise et ses dernières missions, prophéties et miracles

Saint François d’Assise et ses dernières missions, prophéties et miracles