in , , ,

La loi morale peut-elle être altérée en fonction de besoins concrets ?

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les Commandements ne dépendent pas de la volonté humaine, et vouloir changer la loi morale selon des besoins concrets signifie établir une loi qui n’est pas celle de Dieu.

Notre vie est pleine d’évolutions, d’adaptations, de transitions. Cependant, certaines choses ne changent jamais. Les lois universelles qui gouvernent la nature ont toujours été fixes. Les principes mathématiques restent toujours les mêmes. Deux lignes parallèles ne se croisent jamais ou ne cessent d’être parallèles.

Jouer avec les mots, changer leur signification, peut servir à tromper les autres, mais pas à altérer la réalité. Ainsi, un scientifique qui prétendrait redéfinir la loi de la gravité selon ses besoins ne modifierait pas le comportement de la matière ; il tromperait simplement quiconque suivrait ses propositions…

Cependant, la nature matérielle est le reflet de réalités surnaturelles (cf. Rm, 20), dont le fondement est Dieu lui-même, absolument invariable en lui-même (cf. Ml 3, 6), tout comme ce qu’Il établit de manière permanente.

Par exemple, les sacrements. En tant qu’institution divine, l’Église – gardienne et dispensatrice des trésors du Christ – doit se limiter à mettre en pratique ce que le Divin Maître a établi à leur sujet, ne pouvant pas les modifier (cf. Sacramentum Ordinis, n.1). Toute tentative de le faire serait illicite, vaine et inefficace.

Cela s’applique d’autant plus aux Commandements, cette Loi très claire, expression de la vérité (cf. Ps 118, 151), que Dieu, en plus de la révéler (cf. Ex 20, 3,17), a également imprimée en nous. La fidélité à cette Loi était la substance même de l’Alliance que Dieu a mise en place pour être immuable « de toute éternité » (Ps 118, 152), comme le dit le Psaume.

Jésus a-t-il changé cette doctrine ? On pourrait soutenir que c’est ce que pense Saint Paul, lorsqu’il nous enseigne que la justification dans la Nouvelle Alliance ne se fait plus par la pratique de la Loi, mais par la foi (cf. Gal 2, 16). Cependant, le Christ lui-même affirme n’être pas venu « abolir la Loi ou les prophètes », mais « les accomplir » (Mt 5, 17). Car, comme l’explique Jacques : « la foi sans les œuvres est morte » (Jc 2,26) ; croire sans des œuvres cohérentes est propre aux démons (cf. Jacques 2,19).

À lire aussi | Mgr Strickland spécule sur les raisons de son éviction

Quelles sont alors les œuvres de Dieu ? « C’est l’œuvre de Dieu : que vous croyiez en Celui qu’il a envoyé » (Jean 6:29). Et que nous enseigne le Christ ? À accomplir les Commandements, dont il confirme pleinement la validité (cf. Mt 19, 18-19 ; Mc 10, 19 ; Lc 18, 20). De plus, cette observance est exigée par Dieu comme preuve de notre amour (cf. Jn 14,15).

Par conséquent, personne sur cette Terre n’a le pouvoir de changer ce qui est un péché. Les Commandements ne dépendent pas de la volonté humaine, et vouloir changer la loi morale selon des besoins concrets signifie établir une loi qui n’est pas celle de Dieu. La possible divergence entre « ma loi » et la Loi divine pourrait entraîner une grande frayeur au moment de ma mort.

Que cela puisse être guéri dans le Purgatoire…

Dans ce monde, aussi bien dans le domaine moral que dans la nature, certaines réalités restent immunisées contre le passage du temps. Les siècles s’enchaînent, les sociétés changent, les hommes disparaissent, mais « le ciel et la terre passeront plus facilement qu’une seule lettre de la Loi » (Luc 16,17).

Et Dieu, Juge Suprême, reste toujours le même, souverainement immuable.

Cet article a été initialement publié par Gaudium Press puis traduit par LeCatho | Lien original.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

  1. « Le ciel et la terre passeront plus facilement qu’une seule lettre de la Loi ». Et pourtant, de nombreuses lois de l’ancien testament ont été abolies (circoncision, interdits alimentaires, etc).
    L’Eglise a le droit de changer les lois, et pas seulement les jours de jeûnes. Je pense notamment à l’esclavage, qui était toléré, puis a été déclaré immoral et interdit par l’Eglise.
    Bref, tout ce qui est commandé par Dieu ou l’Eglise n’est pas forcément moral, et tout ce qui est interdit n’est pas forcément immoral, et certaines choses sont susceptibles d’être autorisées un jour.

Mgr Strickland spécule sur les raisons de son éviction

Mgr Strickland spécule sur les raisons de son éviction

Une politicienne finlandaise acquittée après avoir tweeté la Bible

Une politicienne finlandaise acquittée après avoir tweeté la Bible