in , , , , ,

La manne de Noël et Saint François de Sales

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Cette année, au milieu de l’Octave de Noël, le 28 décembre, nous célébrerons le 400e anniversaire de la mort et de la naissance à la vie éternelle du grand Docteur Français de l’Église, Saint François de Sales (1567-1622).

Saint patron des journalistes et fervent apôtre de la sainteté des laïcs, il est l’un des évêques, apologistes, réévangélisateurs, écrivains spirituels et directeurs d’âmes les plus vénérés de l’histoire de l’Église catholique.

Dans deux homélies de Noël, Saint François de Sales explore le lien, au départ surprenant, entre Noël et la manne que Dieu fit pleuvoir sur les Israélites dans le désert. Avant que Dieu ne donne ce pain céleste pour la première fois, Moïse avait dit aux enfants d’Israël qui grognaient : « Au matin, vous verrez sa gloire » (Exode 16, 7), et Saint François s’en est servi comme d’une analogie avec ce que les Anges ont dit aux bergers de Bethléem dans la grotte la nuit et ce que l’Église nous dit à la veillée de Noël.

« Dieu a voulu, prêchait-il, un don encore plus grand et plus aimant pour nous qui vivons sur terre comme dans un désert. Il est venu lui-même pour nous apporter ce don. … Ainsi, dans l’obscurité de la nuit, Notre Seigneur est né et nous est apparu sous la forme d’un nourrisson couché dans la crèche« .

Le Christ lui-même était l’incarnation de la gloire de Dieu au plus haut niveau. Cette gloire incarnée a été adorée par l’armée céleste, Marie et Joseph, les bergers, les sages et les animaux de Bethléem. Cette effusion enflammée (Hébreux 1:3) reste pour nous à adorer sur l’autel et dans le tabernacle.

Comme l’explique Saint François, « la manne est une figure de l’incarnation du Verbe. Elle préfigure aussi l’Eucharistie. Entre le mystère de l’Eucharistie et celui de l’Incarnation, il n’y a qu’une différence :

Dans l’Incarnation, nous voyons le Dieu incarné dans sa propre Personne, et dans l’Eucharistie, nous le voyons sous une forme plus cachée et plus obscure. Dans les deux cas, c’est le même Dieu-Homme qui est né de la Vierge. Ainsi, la manne qui préfigurait l’Eucharistie peut aussi symboliser l’Incarnation.« 

Mettant en évidence à la fois sa connaissance encyclopédique des Saintes Écritures et sa célèbre habitude d’imiter Jésus en décrivant les vérités spirituelles par des analogies terrestres, il a dit que, de même que la manne avait trois goûts distincts – miel, huile et pain (voir Exode 16:31, Nombres 11:8 et Sagesse 16:20) – ainsi le Christ incarné a uni, respectivement, la divinité, une âme humaine et un corps humain.

Il a comparé la divinité au miel, qui se produit grâce au travail des abeilles venant d’en haut ; l’âme à l’huile d’olive, qui flotte au-dessus des autres liquides ; et le corps au pain, dont le grain pousse clairement de la terre. Mais de même que « la manne avait trois goûts, mais il n’y avait qu’une seule manne, ainsi, bien que dans Notre Seigneur incarné il y ait trois « substances« , il n’y a cependant qu’une seule personne« .

Ce lien que Saint François fait entre la manne et l’Incarnation – bien que peut-être rare pour les homélies de Noël – n’était pas nouveau.

Jésus lui-même, en effet, a fait le lien entre les deux lorsque, après la multiplication miraculeuse des pains et des poissons, il s’est identifié comme la « vraie manne du ciel » que Dieu le Père a donnée pour le salut du monde. Puis il a fait le lien entre l’Incarnation et l’Eucharistie en ajoutant : « Je suis le pain de vie … qui descend du ciel pour que l’on puisse en manger et ne pas mourir. … Et le pain que je donnerai pour la vie du monde, c’est ma chair » (Jean 6, 32-58).

Ainsi, Celui qui est né dans le lieu appelé en hébreu « Maison du pain » (Bethléem), et qui a été littéralement placé dans une ancienne mangeoire pour animaux (la crèche), est né comme la manne céleste, comme « le pain vivant descendu du ciel« .

Il faudra trois décennies pour que cette vérité soit proclamée et des siècles supplémentaires pour qu’elle soit mieux comprise. Cependant, comme le note Saint François, il s’agit d’une vérité essentielle pour comprendre ce que nous célébrons à Noël. Saint François de Sales a développé la dimension eucharistique de la nativité du Christ et de toute sa vie dans ses autres œuvres, plus célèbres.

Dans sa Controverse catholique, qui comprend les brochures qu’il a envoyées dans toute la région du Chablais pour ramener (avec succès) à la foi catholique ceux qui étaient devenus calvinistes, il écrit que le Saint-Sacrement est « l’abrégé de notre foi« , un « saint et parfait mémorial de l’Évangile » et un « admirable résumé de notre foi« .

Dans son Introduction à la vie dévote, il développe l’idée que l’Eucharistie est la synthèse de la foi et de la vie chrétienne en déclarant que l’Eucharistie est « la somme de tous les exercices spirituels… le centre même de notre religion chrétienne, le cœur de toute dévotion, l’âme de la piété, le mystère ineffable qui embrasse toute la profondeur de l’amour divin, par lequel Dieu, se donnant réellement à nous, communique aux hommes, avec une magnificence royale, toutes ses grâces et ses faveurs« .

L’Eucharistie, en d’autres termes, résume l’incarnation, la naissance, la vie cachée, le ministère public, la passion, la mort, la résurrection, l’ascension et la glorification du Christ, ainsi que l’identité, le centre, la vie et la mission de l’Église en tant que Corps et Épouse du Christ.

Dans son Traité de l’amour de Dieu, son œuvre la plus profonde, il appelle sans surprise l’Eucharistie « la fête perpétuelle de la grâce divine » dans laquelle nous recevons « le sang de notre Sauveur dans sa chair et sa chair dans son sang… donnés dans notre bouche corporelle« . Cela renvoie à ce que l’Église implore dans la prière d’ouverture de la messe le jour de Noël et chaque jour à l’autel, lorsque le prêtre mélange une goutte d’eau au vin du calice :

« O Dieu, qui a merveilleusement créé la dignité de la nature humaine et qui l’a encore plus merveilleusement restaurée, accorde-nous… de participer à la divinité du Christ qui s’est humilié pour partager notre humanité« .

Cet « échange merveilleux« , cette union transformante avec Dieu notre Sauveur, est le sens de Noël et de la célébration de la Messe. En raison de la réalité du Christ dans l’Eucharistie et de l’œuvre que le Christ cherche à accomplir en nous par le biais de son don de soi incarné et continu à l’autel, saint François nous exhorte, dans son Introduction à la vie dévote, à « faire tous les efforts possibles pour être présent chaque jour à cette sainte célébration« .

De même que les Israélites mangeaient chaque jour la manne que Dieu faisait pleuvoir du ciel, Saint François nous exhorte à faire de même avec la vraie manne, qui est le moyen par lequel nous entrerons beaucoup plus profondément dans la réalité permanente de Noël, Dieu-avec-nous, qui est toujours avec nous.

À lire aussi | Ce Père Noël fait le tour de Jérusalem à dos de chameau

Alors que nous nous préparons à commémorer le grand Saint François de Sales à l’occasion du 400e anniversaire de l’accomplissement de l’avènement de sa vie, Saint François nous invite à aller vers le Christ dans l’Eucharistie et nous exhorte, comme nous le chantons à Noël, à « venir, adorons-le » – et à le recevoir avec adoration.

Cet article a été publié originellement par le National Catholic Register (Lien de l’article). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire