in , , , ,

La signification et le symbolisme des Croix chrétiennes

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

La croix est un symbole universel qui a été adopté par de nombreuses cultures et religions à travers le monde, elle symbolise l’union de choses opposées, comme le haut et le bas, la droite et la gauche, la verticale et l’horizontale.

Cela représente des idées comme la terre et le ciel, le masculin et le féminin, l’esprit et la matière, le contrôle et la soumission, et ainsi de suite. La croix rassemble des opposés pour former une unité.

La croix chrétienne apparaît comme une nouveauté absolue puisqu’elle fait référence, elle, à un événement historique : la crucifixion de Jésus.

En vidéo :

Plusieurs expressions courantes en occident sortiront de ce symbole fort, comme les termes :

« Porter sa croix » : supporter des épreuves difficiles, en rapport avec le Christ qui a porté la croix
sur laquelle il a été crucifié

« Chacun sa croix » : à chacun ses malheurs, ses tourments

« La croix et la bannière » : annonçant la difficulté

« Faire une croix sur » : renoncer, oublier

« Mettre une croix sur … » : finir, terminer

Voici quelques-unes des croix les plus connues :

La Croix Latine

La Croix Latine est le symbole le plus connu dans le monde et dans le christianisme, c’est la croix du catholicisme, elle représente la crucifixion de Jésus-Christ et est largement utilisée partout dans le monde comme le principal emblème de la foi chrétienne.

C’est une croix qui combine une ligne verticale et une ligne horizontale. La partie verticale évoque des choses qui montent vers le haut (comme le feu ou l’élan des êtres vivants, symbolisant l’action et la dynamique) ou descendent vers le bas (comme la pesanteur, la chute, ou la faute).

La partie horizontale représente ce qui est en surface, calme et passif (comme une étendue d’eau calme).

La croix latine représente également le sacrifice ultime de Jésus pour le rachat des péchés de tous. On croit également que ce sacrifice a apporté la liberté et le pardon à l’humanité, car Dieu a pardonné à l’humanité avec la mort de Jésus.

Nous voyons parfois la croix latine (et le crucifix ) avec les mots « Iesus Nazarenus, Rex Iudaeorum » dessus, ou l’abréviation de ces mots, INRI.

Signifiant « Jésus de Nazareth, le Roi des Juifs« , cette inscription a été placée sur la croix par Ponce Pilate pendant la crucifixion de Jésus. Cette phrase/abréviation est maintenant interprétée comme disant « ici repose un vrai chrétien« .

Croix Papale

Croix papale ou croix triple est une figure géométrique formée d’une hampe verticale et de trois barres croisant la hampe à un angle de 90°, ces barres diminuant en taille à mesure qu’elles se rapprochent de l’extrémité supérieure. Les trois barres horizontales, tout comme les trois couronnes de la Tiare, représentent les trois fonctions du Pape en tant que successeur de Pierre : sacerdoce, juridiction et magistère.

Cette croix est largement utilisée dans l’héraldique ecclésiastique, étant placée dans les mains des tenants des blasons papaux, c’est-à-dire des anges de carnation qui soutiennent ces blasons. La croix papale se distingue de la croix archiépiscopale, cette dernière n’ayant que deux barres coupant la hampe. Lors de certaines cérémonies, comme l’ouverture de la Porte Sainte, les papes utilisent le hierophante comme croix processionnelle à trois barres.

Croix de Saint Pierre

Elle symbolise la manière dont l’apôtre Saint-Pierre est mort à Rome vers l’an 64, c’est pourquoi on l’appelle aussi la croix pétrine.

Lorsque les Romains capturèrent Saint-Pierre, ils l’emmenèrent sur une colline pour le crucifier. Lui, se considérant indigne de mourir de la même manière que son maître Jésus de Nazareth, demanda à être crucifié à l’envers, la tête en bas. C’est pourquoi la croix inversée est présentée comme un symbole d’humilité, comme le soutenait Origène. C’est la raison pour laquelle une croix inversée apparaît sur la chaise papale également.

Croix de Saint Thomas

La croix de Saint Thomas est un ancien symbole associé à la communauté du sous-continent indien, dont les origines remontent à l’évangélisation de l’apôtre Thomas au Ier siècle de notre ère.

Les chrétiens de Saint-Thomas, l’une des communautés chrétiennes les plus anciennes du monde, survivent dans la région du Malabar dans l’État du Kerala, en Inde, et ont une diaspora dans d’autres parties du sous-continent indien. Les croix des chrétiens de Saint-Thomas sont connues sous le nom de Mar Thoma Sleeva (croix de Saint Thomas), croix indienne ou croix persane en anglais.

Croix de Saint George

la Croix de Saint-Georges est une croix rouge sur fond blanc, qui, depuis le Bas Moyen Âge, est associée à saint Georges, le saint militaire souvent représenté en croisé.

Liée aux croisades, la croix rouge sur fond blanc trouve ses origines au Xe siècle. Elle a été utilisée comme enseigne de la République de Gênes dès peut-être le Xe siècle. Le symbole a été adopté par la Ligue souabe dans le Saint-Empire romain germanique pré-Réforme. Georges est devenu le saint patron de l’Angleterre au XIVe siècle, remplaçant saint Edmond le Martyr.

Croix de Saint André

La croix de Saint André est une croix dont la forme est à rapprocher de celles d’une lettre X, majuscule comme minuscule. 

André, le tout premier disciple appelé par Jésus selon l’Évangile (Matthieu 10,2), a entrepris sa première mission de prédication en Mésie. Cependant, son passage n’a pas été du goût des Romains, qui ont décidé de le crucifier sur place.

Selon les évangiles apocryphes : « On raconte qu’il avait refusé que ses nombreux partisans le sauvent pendant la nuit, leur demandant plutôt de partir en chercher d’autres. Pendant son crucifiement, de nombreuses personnes sont venues l’écouter pendant plusieurs dizaines d’heures, jusqu’à sa mort.« 

Selon la tradition, sous le règne de l’empereur Néron, la croix sur laquelle saint André a subi son supplice avait une forme de « X« , appelée la « crux decussata« , d’où le nom de « croix de saint André« .

Croix de Malte

La croix de Malte est un symbole en forme de croix, constitué de quatre quadrilatères concaves en forme de « V » ou de pointes de flèche convergents à un sommet central à angle droit, avec deux pointes dirigées symétriquement vers l’extérieur.

Il s’agit d’une variante de croix héraldique qui a évolué à partir de formes antérieures de croix à huit pointes au XVIe siècle. Bien qu’associée principalement aux Chevaliers Hospitaliers (Ordre de Saint-Jean, aujourd’hui l’Ordre souverain militaire de Malte) et, par extension, à l’île de Malte, elle a été adoptée par diverses entités depuis l’époque moderne, notamment l’Ordre de Saint-Étienne, la ville d’Amalfi, l’Ordre polonais de l’Aigle Blanc (1709), l’ordre prussien Pour le Mérite (1740), et l’Ordre militaire du mérite bavarois (1866).

Croix de Jérusalem

La Croix de Jérusalem, également appelée Croix de Terre Sainte, Croix des Croisés ou encore Croix Quintuple, est une variante des croix chrétiennes existantes. Elle aurait vu le jour au cours du XIe siècle, bien qu’elle soit largement associée au royaume de Jérusalem du IIe siècle.

Le symbolisme de la croix quintuple revêt diverses significations, telles que les cinq plaies du Christ, le Christ et les quatre évangélistes, ou encore le Christ et les quatre parties du monde. La symbolique des cinq croix représentant les Cinq Plaies est mentionnée pour la première fois dans le contexte de la consécration de l’église Saint-Brélade, placée sous le patronage de Robert de Normandie (avant 1035) ; les croix sont gravées dans la pierre de l’autel de l’église.

Croix Grecque

La croix grecque est également appelée Crux Immissa Quadrata, où quatre extensions de la croix sont égales. De plus, la croix grecque était largement utilisée au début du christianisme. Aujourd’hui, elle est fréquemment employée par l’église orthodoxe orientale. La croix grecque a une similitude avec le symbole de l’addition et également avec la croix de multiplication.

Son prédécesseur était la croix de Mithra des terres iraniennes, qui circulait encore comme symbole du Soleil invincible (en latin : Sol invictus) à l’époque de l’empereur Constantin le Grand, lorsqu’il introduisit le christianisme comme religion principale dans l’Empire romain. La croix grecque se retrouve dans les armoiries nationales de la Grèce , de Malte et dans le drapeau de la Suisse . De là, il a été adopté comme symbole de la Croix-Rouge en l’honneur du fondateur de l’organisation, Henri Dunant.

Croix Orthodoxe

La croix à huit pointes est un symbole chrétien sous la forme d’une croix létharienne avec une courte barre horizontale ou diagonale en bas. Il est apparu pendant l’Empire byzantin, avant la division des chrétiens entre catholiques et orthodoxes. 

L’inclinaison de la traverse inférieure n’est pas apparue selon des règles canoniques, mais comme le résultat de la recherche créative des artistes d’église afin de donner un volume conventionnel à une image plate dans les arts visuels et de souligner le caractère distinctif de la traverse inférieure dans la structure de la croix du Calvaire. 

Croix Celtique

La croix celtique est une forme de croix chrétienne dotée d’un nimbe ou d’un anneau, qui a émergé en Irlande, en France et en Grande-Bretagne au début du Moyen Âge. En tant que type de croix à anneau, elle s’est répandue grâce à son utilisation sur les hautes croix en pierre érigées à travers les îles, en particulier dans les régions évangélisées par les missionnaires irlandais, du IXe au XIIe siècle.

Symbole majeur de l’art insulaire, la croix celtique est essentiellement une croix latine entourée d’un nimbe au niveau de l’intersection des bras et de la tige. Les chercheurs ont débattu de ses origines exactes, mais elle est liée à des croix antérieures ornées d’anneaux. La forme a connu une nouvelle popularité lors du renouveau celtique du XIXe siècle ; le nom « croix celtique » est une convention datant de cette époque. La forme, généralement décorée d’entrelacs et d’autres motifs issus de l’art insulaire, est devenue populaire pour les monuments funéraires et d’autres utilisations, et l’est restée, se répandant bien au-delà de l’Irlande.

Croix Pattée

La croix pattée ou croix templière est une croix dont les bras se resserrent au centre et s’élargissent aux extrémités. Son nom vient du fait que les bras de ce type de croix ressemblent à des pattes. Il existe de nombreux types de croix pattées.

La croix pattée est associée aux chevaliers templiers, à qui « le 24 avril 1147, le pape Eugène III accorda le droit de porter en permanence la croix ; croix simple, mais ancrée ou pattée, symbolisant le martyre du Christ ; de couleur rouge, car le rouge était le symbole du sang versé par le Christ, mais aussi de la vie. La croix était placée sur leur manteau sur l’épaule gauche, au-dessus du cœur« .

Par la suite, elle a été utilisée par les chevaliers teutoniques, car leur emblème était une croix pattée noire sur fond blanc, et plus tard elle a été associée à la Prusse et à l’Empire allemand de 1871 à 1918. Les militaires allemands ont continué à utiliser cette croix après 1918. Une version de la croix de fer est actuellement utilisée par l’armée allemande comme symbole et est peinte sur les avions et les véhicules militaires.

A lire aussi | Grandir dans la crainte du Seigneur – Homélie pour le 33e dimanche

Croix de Lorraine

La Croix de Lorraine, également connue sous le nom de Croix d’Anjou, faisait partie de la symbolique des ducs d’Anjou, désignés comme les ducs de Lorraine à partir de 1431. René II de Lorraine (1409-1480) a été le premier à incorporer la croix de Lorraine comme symbole du duché lors de la bataille de Nancy, en opposition à la croix de Bourgogne.

Son origine remonte à la croix patriarcale orthodoxe utilisée dans l’Empire byzantin, qui a commencé à faire partie de nombreux blasons héraldiques européens à partir du XIIe siècle. Parmi les premiers blasons où elle a été représentée figure celui de la Hongrie, porté par le roi Béla III (1148-1196) après avoir vécu à Constantinople.

La croix est représentée sur tous les monuments historiques de Lorraine, particulièrement dans la ville de Nancy, ancienne capitale du duché.

Source : Librement inspiré et copié de Wikipédia.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Grandir dans la crainte du Seigneur – Homélie pour le 33e dimanche

Grandir dans la crainte du Seigneur – Homélie pour le 33e dimanche

Le Catholicisme en Belgique, les chiffres de 2023

Le Catholicisme en Belgique, les chiffres de 2023