in , , , , , ,

La tradition de veiller et de garder le tombeau du Seigneur en Pologne

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les Montagnards et les pompiers montent une garde de vingt-quatre heures devant le tombeau du Seigneur, la tradition du Saint-Sépulcre en Pologne a été popularisée par les chanoines du Saint-Sépulcre.

Dans presque toutes les paroisses de Podhale, les montagnards et les pompiers ont commencé à assurer une garde 24 heures sur 24 au tombeau du Seigneur. – La tradition doit être préservée – disent fièrement les habitants de Podhale. La garde d’honneur s’effectue depuis la fin de la liturgie du Vendredi Saint jusqu’à la fin de la liturgie du Samedi Saint.

Janusz Kubowicz, de la paroisse du Sacré-Cœur de Jésus à Nowy Dwór, assure la garde d’honneur du tombeau du Seigneur presque sans interruption depuis de nombreuses années.

« Je ne peux pas imaginer que je serais absent pendant le Triduum pascal et que je ne serais pas en mesure d’accomplir ce service important« , déclare M. Kubowicz.

Il considère son service du jeudi et du vendredi saint comme une retraite.

« Non seulement on fait la garde, mais on prie et on réfléchit à beaucoup de choses. Je dois admettre franchement que c’est aussi le moment de la conversion d’un pécheur, ce que je suis, ce que chacun d’entre nous est, et il ne faut pas en avoir honte, mais simplement l’admettre et s’humilier devant le Christ« , ajoute l’homme de Nowy Targ.

Les sentinelles de la paroisse du Saint-Sacrement, dans la capitale de Podhale, sont très fières de leur fonction ; elles soulignent unanimement que, dans leur paroisse, ce ne sont pas deux mais quatre montagnards qui participent toujours à l’assistance.

« Cela demande bien sûr un plus grand engagement de la part de chacun d’entre nous. Nous devons être disponibles toutes les 2 ou 3 heures pendant 30 minutes. Tout dépend du nombre d’hommes disponibles« , explique Janusz Kubowicz. Il y a parfois de petits problèmes avec les costumes régionaux.

Les agents pastoraux ne cachent pas leur joie devant l’attitude de leurs paroissiens. Le père dominicain Artur Karkoszka, curé de Mało Cichem, près de Poronin, attire l’attention sur un détail.

« Voici de grands montagnards, vêtus de culottes de costumes régionaux et d’uniformes de pompiers, allongés les jambes croisées devant le tombeau du Seigneur. Quel moment symbolique et significatif. Un grand hommage à Jésus, qui est le vainqueur de la vie sur la mort« , souligne le père Artur.

Il exprime également sa grande gratitude pour le maintien de cette tradition d’assistance des montagnards, qui se transmet souvent de père en fils, de grand-père en petit-fils. Il y a des paroisses où tous les druhs des unités opérationnelles de la TSO se joignent à la garde sur la Tombe du Seigneur, comme dans la paroisse de St Joseph le Travailleur à Cichem, près de Czarny Dunajec.

À lire aussi | Boom des conversions de musulmans au christianisme en France

« Aucun d’entre nous n’a besoin d’encouragement particulier, pas même nos épouses, pour repasser nos chemises blanches aussi proprement que possible« , sourit Jan Szymusiak, pompier professionnel, mais aussi druh de l’unité OSP de Ciche Górne I.

« Je ne me souviens pas exactement quand j’ai commencé à garder la Tombe du Seigneur, je pense que j’avais environ 12-13 ans« 

Stanisława Trebunia Staszel, professeur à l’université Jagiellonian de l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie culturelle, se souvient encore de l’image de la garde des montagnards au tombeau du Seigneur. – Enfant, j’admirais les montagnards de Biały Dunajec, de Poronin et, plus tard, de Nowy Targ », se souvient-elle. – Pour beaucoup d’entre eux, l’office au Tombeau du Seigneur est une façon de vivre Pâques.

« Rappelons que les montagnards abordent ce service avec la plus grande élégance possible, ils portent, entre autres, une cucha blanche et tiennent souvent des ciupagi à la main« , ajoute Trebunia Staszel.

Il y a même une particularité parmi les montagnards de Podkarpacie : ils viennent au Saint-Sépulcre en portant des éléments du costume turc. Cela est lié à la bataille de Vienne, car lorsque leurs vêtements ont été endommagés à cause des combats, ils ont décidé de prendre le butin victorieux et sont retournés dans leur petite patrie pendant la Semaine Sainte – ajoute le professeur de l’Université Jagellonne.

Cet article a été initialement publié par Ekai puis traduit par LeCatho | Lien original

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire