in , ,

L’Archevêque Cordileone interdit à Nancy Pelosi de communier

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
L'Archevêque Cordileone interdit à Nancy Pelosi de communier

Voici le texte intégral de la notification de l’archevêque Cordileone de San Francisco, à la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, l’informant qu’elle ne pourra plus recevoir la sainte communion dans son archidiocèse d’origine, l’archidiocèse de San Francisco. Cordileone a rendu publique la lettre suivante le vendredi 20 mai.

À la présidente de la Chambre des représentants du Congrès des États-Unis Nancy Pelosi

Le Concile Vatican II, dans son décret sur l’Église dans le monde moderne, Gaudium et spes, a réitéré l’enseignement ancien et cohérent de l’Église selon lequel « dès le premier instant de la conception, la vie doit être gardée avec le plus grand soin, tandis que l’avortement et l’infanticide sont des crimes inqualifiables » (n. 51). Les chrétiens ont, en effet, toujours défendu la dignité de la vie humaine à tous les stades, en particulier les plus vulnérables, en commençant par la vie dans le ventre de la mère. Sa Sainteté le Pape François, en accord avec ses prédécesseurs, a également été catégorique et très clair dans son enseignement sur la dignité de la vie humaine dans le sein maternel.

À lire aussi | Le “Frère Martin”, moine autoproclamé très suivi sur Twitter, refuse d’obéir

Cette vérité morale fondamentale a des conséquences sur la façon dont les catholiques vivent leur vie, en particulier ceux qui sont chargés de promouvoir et de protéger le bien public de la société. Le pape Jean-Paul II a également été très cohérent dans la défense de cet enseignement constant de l’Église, et nous a souvent rappelé que « ceux qui sont directement impliqués dans les organes législatifs ont une « obligation grave et claire de s’opposer à toute loi qui attaque la vie humaine. Pour eux, comme pour tout catholique, il est impossible de promouvoir de telles lois ou de voter pour elles » (cf. Note doctrinale sur certaines questions concernant la participation des catholiques à la vie politique [24 novembre 2002], n. 4, §1). Un législateur catholique qui soutient l’avortement provoqué, après avoir pris connaissance de l’enseignement de l’Église, commet un péché manifestement grave qui est une cause de scandale très sérieux pour les autres. Par conséquent, le droit universel de l’Église prévoit que de telles personnes « ne doivent pas être admises à la Sainte Communion » (Code de droit canonique, can. 915).

En ce qui concerne l’application de ces principes aux catholiques dans la vie politique, le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a écrit aux évêques américains en 2004 pour expliquer l’approche à adopter :

« … lorsque la coopération formelle d’une personne devient manifeste (comprise, dans le cas d’un politicien catholique, comme le fait qu’il fasse constamment campagne et vote pour des lois permissives sur l’avortement et l’euthanasie), son pasteur doit le rencontrer, l’instruire de l’enseignement de l’Église, l’informer qu’il ne doit pas se présenter à la Sainte Communion jusqu’à ce qu’il mette fin à la situation objective de péché, et l’avertir qu’autrement il se verra refuser l’Eucharistie. Lorsque ces mesures de précaution n’ont pas eu leur effet… et que la personne en question, avec une persistance obstinée, se présente toujours pour recevoir la Sainte Eucharistie, le ministre de la Sainte Communion doit refuser de la distribuer« .

En m’efforçant de suivre cette orientation, je vous suis reconnaissant du temps que vous m’avez accordé dans le passé pour parler de ces questions. Malheureusement, je n’ai pas reçu de réponse à mes nombreuses demandes de vous parler à nouveau depuis que vous avez juré de codifier la décision Roe v. Wade de la Cour suprême dans la loi fédérale suite à l’adoption du projet de loi 8 du Sénat du Texas en septembre dernier. C’est pourquoi je vous ai fait part de mes préoccupations par lettre le 7 avril 2022 et vous ai informé que, si vous ne répudiez pas publiquement votre plaidoyer en faveur du « droit » à l’avortement ou si vous ne vous abstenez pas de faire référence à votre foi catholique en public et de recevoir la Sainte Communion, je n’aurais d’autre choix que de déclarer, conformément au canon 915, que vous ne serez pas admis à la Sainte Communion.

Comme vous n’avez pas publiquement répudié votre position sur l’avortement, et que vous continuez à vous référer à votre foi catholique pour justifier votre position et recevoir la Sainte Communion, ce moment est maintenant venu. Par conséquent, à la lumière de ma responsabilité en tant qu’Archevêque de San Francisco d’être « soucieux de tous les fidèles chrétiens confiés à [mes] soins » (Code de droit canonique, can. 383, §1), par le biais de cette communication, je vous notifie par la présente que vous ne devez pas vous présenter à la Sainte Communion et, si vous le faites, vous ne devez pas être admis à la Sainte Communion, jusqu’à ce que vous répudiiez publiquement votre plaidoyer pour la légitimité de l’avortement et que vous confessiez et receviez l’absolution de ce grave péché dans le sacrement de pénitence.

Sachez que je suis prêt à poursuivre notre conversation à tout moment, et que je continuerai à offrir la prière et le jeûne pour vous.

Je demande également à tous les fidèles de l’archidiocèse de San Francisco de prier pour tous nos législateurs, en particulier les législateurs catholiques qui encouragent l’avortement provoqué, afin qu’avec l’aide et sous la direction de l’Esprit Saint, ils puissent subir une conversion du cœur dans ce domaine très grave et que la vie humaine soit protégée et encouragée à chaque étape et condition de la vie.

Donné à San Francisco, le dix-neuf mai de l’an de grâce 2022.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire