in , , , , , , ,

Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

Vingt-cinq ans après la mort de Mère Teresa en 1997, le 5 septembre 2022, les catholiques honorent l’héritage profond et durable de Sainte Mère Teresa dans l’Église catholique.

La meilleure façon de respecter les leaders – dans ce cas, l’une des femmes leaders religieuses les plus célèbres du 20e siècle – est de transmettre leurs messages et leurs actions. Comme le dit le dicton, laisser un message ne prend que quelques minutes, mais l’impact est éternel. Nous ne savons pas exactement combien de temps, il a fallu à Mère Teresa pour écrire sa dernière lettre aux Missionnaires de la Charité, mais l’impact sera en effet éternel. Ce qui compte, c’est que Mère l’a écrite ; c’était son dernier testament spirituel.

Les testaments spirituels ne sont pas rares chez les chefs religieux ; Saint Paul a laissé son testament dans les deux lettres/épîtres pastorales adressées à Timothée et une à Tite, donnant des instructions spécifiques aux bergers sur la manière de maintenir la foi apostolique ; Saint François d’Assise a écrit Le Testament à ses frères avant sa mort en 1226, les implorant d’observer ce qu’ils avaient promis dans La Règle.

Plus récemment, le pape Saint Jean XXIII a rédigé son Testament spirituel et ses dernières volontés en 1954, quelques années avant sa mort (1963), et Saint Jean-Paul II a rédigé son dernier testament intitulé Totus Tuus ego sum (je suis entièrement entre Tes mains), qu’il a commencé en 1979 et terminé le 17 mars 2000, cinq ans avant sa mort.

Le cas du dernier testament spirituel de Mère Teresa est peut-être légèrement différent en termes de calendrier, mais pas en termes de contenu. Elle l’a écrit le jour de sa mort et, comme Saint François d’Assise, elle a imploré ses sœurs de respecter les constitutions de la société.

La dernière lettre générale de Mère Teresa aux Missionnaires de la Charité a été écrite il y a 25 ans, le 5 septembre 1997, exactement le jour de sa mort, depuis la Maison Mère des Missionnaires de la Charité à Kolkata.

Mère Teresa avait commencé son voyage de retour, elle n’a donc pas eu le temps de signer la lettre. Sœur Nirmala Joshi, d’origine indienne, qui a été élue pour remplacer Mère Teresa comme supérieure générale en mars 1997, a complété la lettre du 5 septembre par une note manuscrite en anglais :

Chers Sœurs, Frères, Pères, Laïcs M.C., Collaborateurs,

Ceci est la dernière lettre de notre Mère qui était prête pour sa signature. Mais Jésus est venu enlever notre Mère bien-aimée si soudainement, qu’elle [la lettre] est restée sans signature. Je vous l’envoie avec beaucoup d’amour. C’est le dernier message de notre Mère pour nous, prenons-le dans notre cœur. Avec beaucoup d’amour et de prière, ta sœur aimante.

Mère Teresa commence la lettre dans son style maternel habituel, écrivant à ses « enfants les plus chers« , une mère à ses enfants fidèles, une lettre d’amour d’une mère s’adressant à toutes les branches des Missionnaires de la Charité, suivie de la section des salutations souhaitant amour, paix et bénédiction sur elles. Il n’y a pas de section « Action de grâce« , mais elle passe directement aux principes qu’elle a suivis toute sa vie missionnaire en commençant par Jésus – tout pour Jésus par Marie :

Je sais que Mère dit souvent – « Soyez seulement tout à Jésus par Marie » mais c’est parce que c’est tout ce que Mère veut pour vous, tout ce que Mère veut de vous. Si dans ton cœur, tu es seulement tout à Jésus par Marie, et si tu fais tout seulement tout à Jésus par Marie, tu seras un vrai Missionnaire de la Charité.

C’est une des règles de départ qui imprègne la théologie mariale de Mère Teresa, qu’elle a empruntée (très probablement) à Saint Louis Grignion de Montfort (1673-1716), qui a exprimé cette dévotion spirituelle dans la Vraie Dévotion à la Sainte Vierge. Pour Saint Louis Grignion de Montfort, la dévotion à Marie était le moyen le plus efficace de se consacrer à Jésus, en se donnant entièrement à Marie, afin d’appartenir entièrement à Jésus par elle.

Pour Mère Teresa, Marie était un don, donné par Jésus au pied de la Croix pour être Mère de tous (Chapitre 2, Constitutions des Missionnaires de la Charité). Le Christ a fait confiance à Marie, et les Missionnaires de la Charité font de même en lui faisant confiance à l’imitation du Christ :

L’aimer comme Il l’a aimée ;
Être pour elle un sujet de joie comme Il l’a été ;
Se tenir près d’Elle comme Il l’a fait ;
Partager avec elle tout, même la Croix, comme Il l’a fait quand elle s’est tenue près de la Croix du Calvaire.

(Chapitre deux : Notre Patronne, Constitutions des Missionnaires de la Charité)

Mère Teresa pense au 10 septembre 1997, 51e anniversaire de la fondation des Missionnaires de la Charité (10 septembre 1946), lorsque Mère Teresa, dans le train qui la conduisait de Kolkata à Darjeeling pour sa retraite spirituelle annuelle, écouta la Voix et fit l’expérience de sa rencontre mystique extraordinaire avec le Christ, qui changea sa vie pour toujours. Le 10 septembre 1946 marque le début de ce qu’elle appelle l’Appel dans l’Appel – la fondation des Missionnaires de la Charité.

Dans son testament spirituel, Mère considère le prochain anniversaire de la fondation comme une autre belle occasion de renouveler les vœux de rester aux côtés de Marie pour étancher la soif de Jésus :

Ce n’est qu’avec la Vierge que nous pouvons entendre Jésus crier « J’ai soif », et ce n’est qu’avec la Vierge que nous pouvons remercier Dieu comme il se doit d’avoir fait ce grand don à notre Société… Nous n’arriverons jamais à la fin du don qui est venu à Mère pour la Société ce jour-là [10 septembre], et nous ne devons donc jamais cesser de le remercier. Que notre gratitude soit notre ferme résolution d’étancher la soif de Jésus par des vies de vraie charité – l’amour de Jésus dans la prière, l’amour de Jésus dans nos sœurs, l’amour de Jésus dans les plus pauvres des pauvres – rien d’autre.

La Voix avait pratiquement dicté les constitutions et la mission du nouvel ordre religieux. Comment Mère Teresa pouvait-elle refuser ce qu’on lui avait demandé de faire ? La soif qu’elle avait pour les âmes l’avait amenée de son Skopje natal (aujourd’hui Macédoine du Nord) à Kolkata – on lui demandait maintenant d’aller encore plus loin et d’étancher cette même soif encore plus profondément. La réponse de sa mère a été un OUI catégorique ! Ainsi, le « J’ai soif » de Jésus est devenu l’appel à l’action et à l’affection de Mère Teresa et de ses Missionnaires de la Charité.

Le dernier paragraphe du Testament Spirituel de Mère Teresa se concentre sur ce qu’elle appelle le « cadeau » qu’elle célèbre – Sainte Thérèse de Lisieux de l’Enfant Jésus, la Petite Fleur, en prévision de la déclaration de Sainte Thérèse comme Docteur de l’Eglise Universelle le 19 octobre 1997, par le Pape Jean Paul II. Elle écrit :

Pouvez-vous imaginer – pour avoir fait de petites choses avec beaucoup d’amour, l’Église la fait docteur, comme Saint Augustin et la grande Sainte Thérèse [sainte Thérèse d’Avila] !

Mère Teresa était étroitement liée à Sainte Thérèse de Lisieux par son nom et sa spiritualité. Gonxhe (bouton de rose) était le nom albanais de Mère avant qu’elle ne prenne son nom religieux : Sœur Marie Teresa de l’Enfant Jésus, d’après Sainte Thérèse de Lisieux. L’intimité spirituelle avec Marie a été un engagement de toute une vie pour Sainte Thérèse et Mère Teresa. Dans l’esprit des Missionnaires de la Charité, l’influence de Sainte Thérèse de Lisieux se distingue de l’abandon total à la confiance aimante et à l’obéissance joyeuse.

Comme son homonyme, Mère Teresa savait que c’est dans son néant et sa petitesse qu’elle a rencontré Jésus. La connaissance de sa petitesse n’était pas une faiblesse pour Mère Teresa ; elle la considérait comme une grande grâce. En fait, la connaissance de soi a renforcé la confiance de Mère Teresa : avoir la force de tout par celui qui lui donne la force (Philippiens 4:13) a été la devise de toute sa vie. La « petite voie » de sainte Thérèse de Lisieux – faire des choses ordinaires avec un amour extraordinaire, dépendre de Dieu avec une confiance d’enfant – est ce qui a fait de Thérèse et de Teresa deux des saintes les plus aimées et suivies.

Mère Teresa conclut son Testament spirituel sur une note joyeuse :

Alors, restons tout petits et suivons le chemin de confiance, d’amour et de joie de la Petite Fleur, et nous accomplirons la promesse de Mère de donner des Saints à Mère Eglise.

Mère se réfère à la joie thérésienne : la joie dans l’amour, et la joie d’aimer, qui est ressentie au plus profond de l’âme, jaillissant de l’amour du Christ. Et si l’on est dans l’amour, alors on est plein de joie.

Mère Teresa s’attendait à donner des Saints joyeux à l’Église mère, car pour elle, un missionnaire de la charité doit être un missionnaire de la joie. C’est à ce signe que le monde saura qu’elles sont des MC. Une sœur joyeuse est comme le soleil de l’amour de Dieu, l’espoir du bonheur éternel (Constitutions des Missionnaires de la Charité, partie 3, chapitre 4).

À lire aussi | Jean XXIV, le futur Pape ? Une boutade du Pape François

Que peut-on retirer du testament spirituel de Mère Teresa ?

Être tout entier pour Jésus à travers Marie ; faire de petites choses avec beaucoup d’amour ; rester tout petit, en suivant le chemin de la Petite Fleur : confiance, amour et joie. Ce message est un cadeau que nous recevons de Sainte Mère Teresa alors que nous célébrons sa vie à l’occasion du 25e anniversaire de son entrée dans la vie éternelle.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Catholic World ReportLien de l’article ). Il est republié et traduit avec la permission de l’auteur.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Jean XXIV, le futur Pape ? Une boutade du Pape François

Jean XXIV, le futur Pape ? Une boutade du Pape François

D:\Sauvegarde\Telechargements\Les évêques australiens dévoilent un guide sur le genre et l'identité.png

Les évêques australiens dévoilent un guide sur le genre et l’identité