in , , ,

Les évêques australiens dévoilent un guide sur le genre et l’identité

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
D:\Sauvegarde\Telechargements\Les évêques australiens dévoilent un guide sur le genre et l'identité.png

Les évêques australiens ont publié mardi un guide sur le genre et l’identité à l’intention des écoles catholiques.

Le document de 12 pages, intitulé « Created and Loved« , souligne que les écoles catholiques « souhaitent naturellement fournir une assistance pastorale efficace aux étudiants ayant une identité sexuelle différente« .

Mais il rejette les points de vue qui sont « incompatibles avec une compréhension chrétienne« , comme celui selon lequel « le genre est quelque chose d’entièrement distinct du sexe biologique« .

Le guide formule des recommandations pratiques, notamment que les écoles « fournissent des toilettes et des vestiaires unisexes » et offrent « une certaine souplesse quant aux attentes en matière d’uniformes« .

Le texte indique également que les écoles doivent veiller à enregistrer « le sexe biologique des élèves au moment de l’inscription » et suggère qu’elles peuvent exclure des élèves des équipes sportives « lorsque la force, l’endurance ou le physique des concurrents sont pertinents » et qu’il est légal de le faire.

Elle ajoute que les écoles doivent fournir « des installations sanitaires et des couchages appropriés où tous les élèves se sentent en sécurité et soutenus » lors des camps scolaires et autres événements.

Dans une section intitulée « Anthropologie chrétienne« , le document note la montée en puissance d’une approche « affirmative du genre« .

« Tout en apportant un soutien psychologique, cette intervention médicale consiste souvent à utiliser des bloqueurs de puberté suivis d’hormones transsexuelles et, pour certains, lorsqu’ils sont plus âgés, d’une chirurgie de réassignation sexuelle« , indique le document.

Et d’ajouter : « De nombreux médecins et professionnels de la santé n’approuvent pas cette forme de traitement, qu’ils jugent médicalement et éthiquement controversée. L’éthique médicale traditionnelle et l’enseignement de l’Église catholique soutiennent que les professionnels de la santé ne doivent pas désactiver ou détruire des organes ou des systèmes corporels sains, ni effectuer et/ou conseiller des actions qui rendent une personne incapable d’être parent d’un enfant.« 

« Il existe également de sérieuses préoccupations concernant la capacité d’un jeune à consentir à ces traitements, ainsi que des inquiétudes quant à la sécurité de l’utilisation des bloqueurs de puberté et des hormones sexuelles croisées sur les enfants et les adolescents, d’autant plus que de nombreuses études de recherche continuent de noter l’absence de données longitudinales fiables sur cette approche.« 

« Une communauté scolaire a la responsabilité d’éviter de coopérer avec des actions qui risquent de causer des dommages inutiles, ou qui limitent les possibilités futures d’un élève pour une croissance et un développement humains sains.« 

Le texte a été publié alors que les enseignants se sont réunis à Melbourne pour la 2022 National Catholic Education Conference, qui comprend une session sur le nouveau document.

Jacinta Collins, directrice exécutive de la Commission nationale de l’éducation catholique, a déclaré que le guide a été informé par l’expertise théologique, psychologique, médicale et législative.

« Les récents commentaires de l’éminent psychologue Professeur Ian Hickie soulignent le nombre croissant de professionnels de la santé qui remettent en question l’approche d’affirmation du genre et soutiennent l’approche biopsychosociale, qui est moins invasive, holistique et plus étroitement alignée sur une vision catholique du monde« , a-t-elle déclaré.

« Il reste essentiel que nos écoles catholiques puissent parler des enseignements de l’Église sur ces questions de manière informée, en s’appuyant sur les principes de respect et de dignité humaine.« 

« Les écoles catholiques sont des communautés pastorales uniques, mais il est vital que la vision catholique de la personne dans son ensemble éclaire notre compréhension. Le livre « Created and Loved » offre une base solide pour cette approche« .

Le document comprend un glossaire des termes largement utilisés en rapport avec le genre. Il recommande aux écoles d’utiliser les expressions « dysphorie de genre » ou « incongruence de genre« , plutôt que « transgenre« , qui, selon le document, « ne devrait pas être utilisé pour les enfants ou les adolescents de tout âge qui « testent » une nouvelle présentation de genre« .

Elle décourage également les écoles d’utiliser le terme « cisgenre« . Ce terme, qui « fait référence à ceux qui pensent que leur sexe biologique n’est qu’une catégorie à laquelle ils ont été assignés à la naissance et que leur genre correspond à leur sexe biologique« , reflète « une mauvaise compréhension de la signification du sexe biologique« .

– Le guide présente également cinq principes de base pour les écoles catholiques.Le premier est que les écoles doivent être « de solides communautés de foi où l’amour de Dieu est témoigné par l’attention, le respect et l’amour que le personnel porte à ceux dont il a la charge« .

– La deuxième est que le personnel doit recevoir « une formation continue en anthropologie chrétienne et en sexualité humaine« .

– La troisième demande aux chefs d’établissement de se tenir au courant de la législation en vigueur.

– La quatrième encourage le personnel à créer « une relation de sécurité et de confiance avec l’élève qui présente des préoccupations concernant son identité, et avec sa famille« .

– La cinquième indique que « les écoles catholiques doivent toujours communiquer ouvertement et clairement avec toutes les parties concernées par l’élève.« 

L’archevêque Peter Comensoli, président de la commission épiscopale australienne pour la vie, la famille et l’engagement public, a déclaré : « L’Église catholique et nos écoles partent du principe fondamental que chaque personne est créée à l’image et à la ressemblance de Dieu, et est aimée de Dieu.« 

« Ce principe guide ce document, que nous offrons à nos écoles pour les aider à marcher avec compassion aux côtés de chaque élève que nous sommes invités à éduquer.« 

Il a ajouté que le texte serait « revu dans le temps » et « évoluerait« .

La Congrégation du Vatican pour l’éducation catholique (aujourd’hui connue sous le nom de Dicastère pour la culture et l’éducation) a abordé les questions liées au genre dans un document de 2019, « ‘Homme et femme il les créa’ : vers un chemin de dialogue sur la question de la théorie du genre dans l’éducation.« 

À lire aussi | Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

Le document du Vatican affirmait qu’il était « de plus en plus clair que nous sommes aujourd’hui confrontés à ce que l’on pourrait appeler avec justesse une crise éducative, en particulier dans le domaine de l’affectivité et de la sexualité.« 

Le Dicastère pour la doctrine de la foi du Vatican et la Conférence des évêques américains auraient rédigé des documents sur l’identité sexuelle qui n’ont pas encore été publiés.

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Pillar ( Lien de l’article ).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

Le dernier testament spirituel de Mère Teresa, 25 ans après

Le diocèse néerlandais n'offrira plus la messe chaque dimanche

Le diocèse néerlandais n’offrira plus la messe chaque dimanche