in , , , , ,

Le « Great Reset », le corporatisme, le pélagianisme et la subsidiarité

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
Le "Great Reset", le corporatisme, le pélagianisme et la subsidiarité contrefaite

Dans la guerre des idées, l’enseignement social catholique offre un antidote au Great Reset de Klaus Schwab qui, dans la quête de sa version de la justice, ignore la véritable nature de la personne humaine.

Il semble que l’élan en faveur du programme Build Back Better (BBB) du président Biden soit stoppé par l’échec de son adoption au Congrès et par la guerre en Ukraine qui occupe le devant de la scène. Cependant, le lancement du programme Build a Better America dans son discours sur l’état de l’Union ne signifie pas que l’élan pour BBB a disparu. La raison en est qu’il fait partie du mouvement Great Reset. La Grande Réinitialisation est basée sur certains principes philosophiques et théologiques, et rien n’indique que Biden ait changé sa position sur ces principes, ni que le soutien à la Réinitialisation s’affaiblisse.

Le Great Reset

Le Great Reset a été annoncé en 2020 par le Forum économique mondial. Dans son article du 3 juin 2020, « Now is the Time for a ‘Great Reset’« , le fondateur du WEF, Klaus Schwab, affirme que pour « obtenir un meilleur résultat, le monde doit agir conjointement et rapidement pour réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. » Il établit ensuite un lien étonnant entre COVID-19 et son agenda, en déclarant qu’il y a « de nombreuses raisons de poursuivre un Great Reset, mais la plus urgente est le COVID-19. » Schwab réitère ce point dans son livre, COVID-19 : The Great Reset :

« Les possibilités de changement et le nouvel ordre qui en résulte sont désormais illimités et ne sont limités que par notre imagination, pour le meilleur ou pour le pire… Vous comprenez : nous devrions profiter de cette opportunité sans précédent pour réimaginer notre monde, afin de le rendre meilleur et plus résilient lorsqu’il émergera de l’autre côté de cette crise. » (pp. 16-17)

John Kerry a confirmé que la Maison Blanche s’est engagée dans ce plan lors de la réunion du WEF du 17 novembre 2020 (à partir de 27 minutes). De même, l’attachée de presse de M. Biden, Jen Psaki, a fait écho aux propos de M. Schwab lors de sa conférence de presse du 12 octobre 2021, lorsqu’elle a déclaré :  » Le président veut apporter des changements fondamentaux à notre économie, et il pense que la sortie de la pandémie est exactement le moment pour le faire.  » Elle a ensuite énuméré un programme politique qui n’a rien à voir avec la pandémie.

Cette même tactique a été utilisée par le Premier ministre canadien Justin Trudeau, un adepte de la Grande Réinitialisation. Dans son discours du 23 septembre 2020, il a d’abord parlé de la pandémie, puis a enchaîné sur des politiques sans rapport avec le COVID. Quelques jours plus tard, il s’est adressé aux Nations unies, où il a de nouveau déclaré que la réponse au virus devait entraîner de vastes changements sociaux et économiques. Plus récemment, il s’est servi de la réaction des camionneurs contre les mandats de vaccination COVID pour supprimer la liberté d’expression et les droits de propriété des comptes bancaires. Ce n’est que lorsque les banques canadiennes se sont plaintes de retraits massifs que Trudeau a abrogé la loi sur les urgences.

L’expression « Build Back Better » est fréquemment utilisée par le WEF et est liée au Great Reset. En fait, un article du WEF du 3 avril 2020 est intitulé « How to build back better after COVID-19« . Justin Trudeau utilise explicitement l’expression en lien avec le Reset lors d’une vidéoconférence de l’ONU du 29 septembre 2020. (Une version plus longue du clip peut être vue ici).

Qu’est-ce que la Grande Réinitialisation ? Il n’est pas facile de répondre à cette question car il ne semble pas y avoir de source unique du WEF qui rassemble de manière cohérente tous ses éléments. Même les politiciens qui souhaitent la mettre en œuvre sont timides sur les détails. Cependant, on trouve, éparpillées dans les publications du WEF, des descriptions de ses différents aspects.

Dans « Now is the Time for a ‘Great Reset’« , Schwab écrit que les trois principaux objectifs sont d' »orienter le marché vers des résultats plus équitables« , de « veiller à ce que les investissements fassent progresser les objectifs communs, tels que l’égalité et la durabilité« , et d' »exploiter les innovations de la quatrième révolution industrielle pour soutenir le bien public, notamment en relevant les défis sanitaires et sociaux. » À première vue, ces objectifs semblent louables.

Schwab utilise même des termes à consonance catholique, tels que le bien commun et la subsidiarité. Cependant, il propose une forme non catholique de corporatisme mélangé à du pélagianisme et du marxisme.

Corporatisme

Le corporatisme est un terme aux définitions multiples, qui doit sa mauvaise réputation au fascisme du vingtième siècle. Au niveau le plus élémentaire, il considère le corps humain (« corpus » en latin) comme une métaphore de la société. Tous les organes travaillent ensemble pour la santé de la personne entière. Saint Paul utilise cette métaphore pour décrire l’Église (Rm 12,4-8 ; 1 Co 12,12-26 ; Ep 4,11-16). Le Catéchisme de l’Église catholique évoque ce langage lorsqu’il définit une société comme « un groupe de personnes liées organiquement par un principe d’unité qui dépasse chacune d’elles« . (CEC 1880). Le pape Pie XI applique cette imagerie dans le contexte du marché du travail (Quadragesimo Anno [QA] 90 ; Divini Redemptoris [DR] 51).

Dans le corporatisme catholique, les associations de personnes ayant des intérêts communs sont reconnues juridiquement. Ces corporations protègent la dignité humaine en leur donnant une voix lorsqu’elles négocient avec d’autres groupes. L’objectif de l’interaction est de soutenir le bien commun et l’épanouissement humain. Un exemple serait une fédération de groupes de travailleurs se réunissant avec une fédération de groupes d’employeurs pour fixer les salaires, au lieu de laisser les salaires uniquement à l’offre et à la demande (DR 54 ; voir aussi QA 82-85). Les associations de travailleurs de l’enseignement social catholique sont différentes des syndicats. La négociation collective entre syndicats et patronat est un jeu de pouvoir entre les deux parties, chacune essayant d’obtenir le meilleur accord pour ses mandants. Dans le corporatisme catholique, les groupes tentent de faire au mieux pour les deux parties, en équilibrant les intérêts de toutes les personnes impliquées.

Autrement dit, le marché libre fait certaines choses très bien. Il a sorti d’innombrables personnes de la pauvreté et contribue à l’épanouissement humain. Cependant, l’échec du marché existe aussi et les groupes professionnels sont une force compensatoire non gouvernementale contre l’échec du marché. Le corporatisme catholique est un contrepoids à la focalisation exagérée du libéralisme sur l’intérêt personnel et la dévaluation de la solidarité.

La Quadragesimo Anno est très explicite sur le fait que ces organisations doivent respecter le principe de subsidiarité et la liberté humaine. Elles sont organisées par fonction (par exemple, par profession) et l’adhésion est volontaire. Le pape Pie souligne que « les personnes sont tout à fait libres non seulement de fonder de telles associations, qui relèvent de l’ordre privé et du droit privé, mais aussi, en ce qui les concerne, d’adopter librement l’organisation et les règles qu’elles jugent les plus appropriées pour atteindre leur but » (QA 87).

Le danger d’un corporatisme imposé par le haut est qu’il peut facilement dégénérer en un contrôle étatique de l’économie, avec la perte des libertés et des droits qui s’ensuit, comme cela a été le cas au vingtième siècle.

Schwab appelle sa version du corporatisme le « capitalisme des parties prenantes« . Comme expliqué dans l’agenda de Davos de janvier 2021 :

C’est le cœur du capitalisme des parties prenantes : il s’agit d’une forme de capitalisme dans laquelle les entreprises ne se contentent pas d’optimiser les profits à court terme pour les actionnaires, mais cherchent à créer de la valeur à long terme, en tenant compte des besoins de toutes leurs parties prenantes, et de la société en général.

Le capitalisme des parties prenantes et la subsidiarité

Le capitalisme des parties prenantes diffère du capitalisme des actionnaires. Dans ce dernier, les entreprises sont détenues par des actionnaires qui exercent leurs droits de propriété en votant pour le conseil d’administration. Schwab propose un système de gouvernance qui considère les parties prenantes comme des groupes remplissant certaines fonctions. Il s’agit d' »organisations sociales et/ou juridiques » qui ont « des objectifs spécifiques qui en font des organismes distincts en premier lieu » (notez la métaphore biologique, Stakeholder Capitalism, p. 178). Ces parties prenantes sont la planète (c’est-à-dire l’environnement naturel), les entreprises, les gouvernements, la société civile (organisations non gouvernementales ou ONG, syndicats, universités, etc.) et les organisations internationales et supranationales (Stakeholder Capitalism, p. 178). Les propriétaires abandonnent leurs droits de propriété car ils sont relégués pour devenir une des nombreuses parties prenantes.

Schwab souligne qu' »aucune partie prenante ne peut devenir ou rester excessivement dominante » (Stakeholder Capitalism, p. 173). Le contrôle passe aux mains d’institutions qui n’ont pas nécessairement de surveillance ou de système de contrôle et d’équilibre, comme les gouvernements, les ONG et les agences des Nations unies. La question de savoir si la planète est une personne ayant les droits d’une partie prenante, par opposition à la vision catholique selon laquelle nous en sommes les gardiens au nom de Dieu, est une autre question qui ne sera pas abordée ici. (Pour l’enseignement de l’Église, voir le message de Sa Sainteté le Pape Jean-Paul II pour la célébration de la Journée mondiale de la paix, 1er janvier 1990).

À lire aussi | De quelle manière on doit mourir au monde et à soi-même

Le capitalisme des parties prenantes est contraire à l’éthique catholique. Par exemple, Schwab applique le concept de subsidiarité, mais pas tel que les catholiques le comprennent. Dans Stakeholder Capitalism, il écrit que la subsidiarité « affirme que les décisions doivent être prises au niveau le plus granulaire possible, le plus près de l’endroit où elles auront les effets les plus notables » (p. 181). Cela ressemble vaguement à l’argument du pape Pie XI selon lequel,  » de même qu’il est gravement erroné de prendre aux individus ce qu’ils peuvent accomplir par leur propre initiative et industrie et de le donner à la communauté, de même c’est une injustice et en même temps un grave mal et une perturbation de l’ordre juste d’assigner à une association plus grande et plus élevée ce que des organisations inférieures et subordonnées peuvent faire « . (QA 79).

Cependant, Pie XI poursuit avec la phrase suivante : « Car toute activité sociale doit, de par sa nature même, fournir une aide aux membres du corps social, et jamais les détruire et les absorber. » « Subsidium » signifie « aide » ou « soutien« , ainsi les organisations de niveau supérieur soutiennent le fonctionnement des organisations de niveau inférieur. Dans le cas du marché du travail, le gouvernement facilite et encourage les associations de travailleurs et d’employeurs à négocier un salaire, mais n’interfère pas dans les négociations, sauf si cela est nécessaire. Schwab inverse l’ordre des choses. Dans l’exemple qu’il donne de l’action en faveur du climat, les décisions sont prises au niveau international, puis descendent en cascade aux niveaux national et infranational.

En d’autres termes, les niveaux inférieurs ne décident pas de ce qu’il faut faire ou de ce qu’il est dans leur intérêt de faire, mais se limitent à choisir comment mettre en œuvre les décisions communiquées par le haut (Stakeholder Capitalism, pp 181-182). Il s’agit d’une subsidiarité contrefaite car les niveaux inférieurs soutiennent les objectifs des niveaux supérieurs, inversant ainsi le sens littéral du mot.

Une autre manière dont la subsidiarité schwabienne diverge de l’enseignement catholique est de savoir qui prend les décisions au sein de l’organisation. Dans la pensée catholique, par exemple, les travailleurs d’une profession particulière disposeraient d’une voie organisée sur laquelle ils pourraient délibérer, exerçant ainsi leur vertu et leur caractère en travaillant au bien commun. La subsidiarité est centrée sur la personne, et non sur la promotion d’une idéologie, car son but est le développement de l’individu. Elle est la garantie de « méthodes appropriées pour responsabiliser les citoyens dans leur participation active à la réalité politique et sociale de leur pays. » (Compendium de la doctrine sociale de l’Église 188). Comme le dit le pape Benoît XVI, « la subsidiarité respecte la dignité de la personne en reconnaissant en elle un sujet toujours capable de donner quelque chose aux autres. » (Caritas in Veritate, 57).

Schwab supprimerait la liberté personnelle et insérerait des parties prenantes extérieures dans un processus décisionnel privé. Les gouvernements supranationaux et nationaux, les agences, les ONG et autres auraient une voix dans les délibérations. En revanche, la véritable subsidiarité « protège les gens des abus de l’autorité sociale supérieure et demande à ces mêmes autorités d’aider les individus et les groupes intermédiaires à remplir leurs devoirs. » (Compendium 187). Selon le point de vue catholique, le gouvernement n’est pas partie prenante dans les décisions des entreprises, mais joue un rôle de soutien consistant à « diriger, surveiller, exhorter, restreindre, selon l’occasion et la nécessité » (QA 80). En outre, en faisant du gouvernement une partie prenante, Schwab implique qu’il a ses propres intérêts distincts de ceux de la société civile.

Pélagianisme et marxisme

Dans l’article du WEF, « COVID-19 : The 4 building blocks of the Great Reset » (11 août 2020), Hilary Sutcliffe expose l’anthropologie théologique du Reset. Elle aborde de manière positive les recherches qui montrent que « nos perspectives actuelles sont fondées sur des hypothèses fondamentalement erronées et qu’une transformation spectaculaire est possible grâce à un changement de mentalité« . Elle affirme que « notre vision du monde était tout simplement inventée. … Mais si nous l’avons inventée une fois, nous pouvons l’inventer à nouveau, et il y a beaucoup de gens qui ont de nouvelles idées géniales avec lesquelles travailler si nous commencions à les prendre au sérieux« .

L’inégalité, par exemple, est simplement un sous-produit de la croyance en une mauvaise idéologie. En outre, elle affirme que la recherche montre que, nous sommes en réalité câblés pour être gentils, coopératifs et attentionnés. Mais nous dirigeons nos pays, nos institutions civiques, nos entreprises, nos écoles et souvent même nos familles sur la base de cette hypothèse profondément négative et incorrecte sur le comportement humain.

Ce point de vue est pélagien (voir CEC 406 et pp. 222-223 dans l’ouvrage classique du Dr Ludwig Orr, « Fundamentals of Catholic Dogma« ). Cette hérésie nie le péché originel, attribue les problèmes du monde à de mauvais exemples, et affirme que l’être humain peut se perfectionner sans la grâce de Dieu. Le Great Reset est fondé sur la même idée que celle que l’on trouve dans de nombreux livres d’auto-assistance, à savoir que la pensée positive fera disparaître tous les problèmes. Le WEF pousse ensuite le pélagianisme un peu plus loin et préconise un changement structurel pour instaurer l’égalité économique. Cela revient à introduire le marxisme dans la Reset.

L’égalité économique est contraire à la loi naturelle. Le pape Léon XIII a fait l’observation pleine de bon sens :

 » Il est impossible de réduire la société civile à un seul niveau mort. Les socialistes peuvent, dans cette intention, faire tout leur possible, mais tout effort contre la nature est vain. Il existe naturellement parmi les hommes de nombreuses différences de la nature la plus importante ; les gens diffèrent par leur capacité, leur habileté, leur santé, leur force ; et l’inégalité de fortune est le résultat nécessaire de l’inégalité de condition. » (Rerum Novarum 17)

La proposition catholique

Klaus Schwab a raison de dire que les décisions privées ont des implications pour le bien commun et que l’interdépendance croissante a augmenté la prévalence de ces effets d’entraînement. Il a également raison de dire que l’importance excessive accordée au profit à court terme peut créer des incitations perverses. Sa conviction qu’un décideur doit tenir compte des effets de son action sur les parties prenantes est en accord avec la règle d’or. Cependant, imposer au monde le corporatisme de la Grande Réinitialisation n’est pas la solution.

La Grande Réinitialisation, dans la quête de sa version de la justice, ignore la vraie nature de la personne humaine. Le Catéchisme déclare :

« La justice sociale ne peut être obtenue que dans le respect de la dignité transcendante de l’homme. »

En outre, le gouvernement ne peut pas résoudre les problèmes sociaux de manière unilatérale, car  » aucune législation ne peut à elle seule faire disparaître les peurs, les préjugés, les attitudes d’orgueil et d’égoïsme qui empêchent l’établissement de sociétés vraiment fraternelles. De tels comportements ne cesseront que par la charité qui trouve en tout homme un « prochain », un frère. » (CCC 1929-1931).

Selon les mots du Pape Pie, « Ce que Nous avons enseigné sur la reconstruction et la perfection de l’ordre social ne peut certainement pas être réalisé sans une réforme de la moralité, comme le montre clairement l’histoire » (QA 97).

Ses paroles sont vraies aujourd’hui :

 » Tous les spécialistes des problèmes sociaux recherchent avec ardeur une structure si conforme aux normes de la raison qu’elle puisse ramener la vie économique à un ordre sain et juste. Mais cet ordre, que nous désirons ardemment et que nous promouvons de tous nos efforts, sera totalement défectueux et incomplet si toutes les activités des hommes ne s’unissent pas harmonieusement pour imiter et atteindre, dans la mesure des forces humaines, la merveilleuse unité du plan divin.  » (QA 136)

Pie XI nous a également mis en garde contre une approche descendante. Lorsque le corporatisme a été perverti dans l’Italie de Mussolini, il a écrit :

Nous sommes obligés de dire qu’à notre connaissance, il n’en manque pas qui craignent que l’État, au lieu de se borner comme il le devrait à fournir l’assistance nécessaire et adéquate, ne se substitue à la libre activité ; que le nouvel ordre syndical et corporatif n’ait trop la saveur d’un système d’administration impliqué et politique ; et que (malgré les avantages plus généraux mentionnés ci-dessus, qui sont bien sûr pleinement admis) il serve plutôt des fins politiques particulières qu’il ne conduise à la reconstruction et à la promotion d’un meilleur ordre social. (QA 95)

La Grande Réinitialisation prive une organisation de son autonomie car les membres n’ont pas la liberté de délibérer quant à leur meilleur intérêt sans influences extérieures. Cela politise la prise de décision privée et peut facilement transformer les représentants du gouvernement en agents politiques soviétiques.

L’élan en faveur de la grande réinitialisation ne s’essouffle pas. Tout d’abord, le système de croyance qui lui donne l’impulsion est encore fort. Le plan d’inspiration pélagienne consistant à reprogrammer les croyances pour rejeter à la fois la vérité révélée et la loi naturelle est toujours pratiqué, comme en témoignent des politiques telles que la poussée de l’administration pour redéfinir la famille.

Deuxièmement, il n’y a aucune raison de penser que la tactique schwabienne consistant à ne pas laisser passer une bonne crise a changé. Au cours des dernières années, la crise était le COVID. Maintenant, la menace d’une escalade de la guerre en Ukraine peut fournir une justification pour voir une autre poussée pour mettre en œuvre le Great Reset. Dans la guerre des idées, l’enseignement social catholique offre un antidote au Reset.

Theodore Misiak en anglais sur CWR

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

De quelle manière on doit mourir au monde et à soi-même

De quelle manière on doit mourir au monde et à soi-même

Le Vatican défend la mise en place précipitée d'une réforme révolutionnaire

Vatican défend la mise en place précipitée de sa réforme révolutionnaire