in , , ,

Le Pape révèle que sa démission est prête en cas d’incapacité

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le Pape François a déclaré dans une nouvelle interview qu’il avait déjà signé une lettre de démission au cas où il serait frappé d’incapacité et incapable d’exercer ses fonctions, bien qu’il n’ait pas indiqué qu’il envisageait de prendre sa retraite prochainement,

S’adressant au site d’information espagnol ABC, le Pape François a déclaré : « J’ai déjà signé ma renonciation« , révélant qu’il a rédigé ce document au début de son Pontificat, lorsque son Secrétaire d’État était encore le Cardinal italien Tarcisio Bertone, qui a occupé ce poste sous Benoît XVI et a continué à assumer cette fonction pendant les sept premiers mois du pontificat de François, jusqu’en octobre 2013.

Dans l’interview, publiée dimanche, François a déclaré avoir remis à Bertone sa lettre de démission signée, en disant : « Si je devais être affaibli pour des raisons médicales ou autres, voici ma renonciation. Vous l’avez ici« .

« Je ne sais pas à qui le Cardinal Bertone a remis cette lettre, mais je la lui ai remise lorsqu’il était secrétaire d’État« , a-t-il déclaré, notant que ce n’est pas la première fois que cela se fait, car les Papes précédents, y compris le Pape Saint Paul VI et le pape Pie XII, ont signé des lettres similaires.

La lettre de Paul VI est connue depuis un certain temps, et a suscité un débat chez certains juristes canoniques sur la question de savoir si une lettre signée des années à l’avance par un Pontife, et vraisemblablement invoquée par quelqu’un d’autre en son nom, répondrait à l’exigence du canon 332 selon laquelle une démission papale doit être présentée « librement » à ce moment-là.

À la question de savoir s’il envisage, comme beaucoup l’ont spéculé, de publier un décret définissant le rôle du Pape émérite en raison de la manière dont certains critiques ont dressé contre lui les déclarations et les écrits de son prédécesseur, le Pape retraité Benoît XVI, le Pape François a répondu par la négative.

« Je n’ai rien changé, je n’ai même pas pensé à le faire« , a-t-il déclaré, ajoutant : « Peut-être que le Saint-Esprit n’a pas intérêt à ce que je m’inquiète de ces choses.« 

Le Pape François a accordé une autre interview à la chaîne de télévision italienne Canale 5, dont la diffusion est prévue dimanche soir, sur « le Noël que je voudrais« , dans laquelle il devrait aborder des sujets similaires.

Dans sa conversation avec ABC, le Pape a abordé une série d’autres sujets, notamment la situation actuelle en Amérique latine et centrale et la crise des abus cléricaux, et il a réitéré ses appels à la paix en Ukraine, déclarant : « Nous faisons tout ce que nous pouvons. Ils n’écoutent pas« .

Il a également évoqué les récents changements qu’il a apportés à la prélature personnelle de l’Opus Dei, stipulant, entre autres, que le chef de la prélature sera un Prêtre plutôt qu’un Évêque, et que la supervision du groupe par le Vatican sera désormais confiée au Dicastère pour le clergé, plutôt qu’au Dicastère pour les Évêques.

Notant que certains ont dit qu’il s’agissait d’un acte visant à couper les ailes de l’Opus Dei et, essentiellement, à régenter le groupe, le Pape François a démenti cette affirmation, affirmant que le transfert des Évêques au clergé était une question de droit canonique.

« Les critères devaient être unifiés« , a-t-il dit, précisant que « c’était une chose sereine, normale, faite par des canonistes, nous avions même des canonistes de l’Opus Dei qui travaillaient dans le processus.« 

Il a fustigé ceux qui, selon lui, ont cherché à dépeindre la décision comme une insulte à l’Opus Dei, en disant : « Il n’est pas juste de faire un tel tapage, ni de les dépeindre comme des victimes ou des prisonniers qui ont reçu une punition… Je suis un bon ami de l’Opus Dei, je les aime et ils font un bon travail dans l’Église.« 

Comme il l’a fait dans le passé, François a également mis en garde contre le fait de s’accrocher trop fermement à la tradition au sein de l’église, affirmant que ceux qui prétendent qu’il ne prête pas assez d’attention à la doctrine ont tort.

« L’attention reste la même« , a-t-il dit, affirmant que parfois les personnes qui font cette allégation « reflètent des positions de foi immature, elles ne se sentent pas en sécurité, et elles s’accrochent à quelque chose, elles s’accrochent à ce qui se faisait auparavant.« 

À lire aussi | 4e dimanche de l’avent – Homélie du Père Bob Warren

« La tradition n’est pas le problème. La tradition est une source d’inspiration… Le problème, c’est quand on marche à reculons« , a-t-il dit.

Le Pape François a noté que mars prochain marquera le 10e anniversaire de son élection à la Papauté, et a fait l’éloge de son prédécesseur Benoît XVI, le qualifiant de « saint » et d' »homme de haute vie spirituelle.« 

Interrogé sur le document qu’il aimerait laisser en héritage, le pape a répondu que ce serait sa première exhortation apostolique, Evangelii Gaudium, publiée en 2013, qui, a-t-il dit, « venait du cœur.« 

Cet article a été publié originellement et en anglais par le Crux Now (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire