in , ,

L’économie de la Syrie oblige les gens à prendre qu’un repas par jour

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr
L'économie de la Syrie oblige les gens à prendre qu'un repas par jour
L'économie de la Syrie oblige les gens à prendre qu'un repas par jour
L'économie de la Syrie oblige les gens à prendre qu'un repas par jour

Aujourd’hui, l’économie de la Syrie est si mauvaise que les gens se souviennent de la guerre et se disent « au moins, à l’époque, nous avions de quoi manger et nous pouvions nourrir nos enfants. »

La guerre en Syrie est pratiquement terminée, et pas une maison n’a été épargnée, a déclaré une religieuse basée sur place.

Sœur Annie Demerjian, conseillère de la délégation des Sœurs de Jésus et de Marie pour le Liban et la Syrie, a déclaré qu’elle ne voulait pas peindre un tableau totalement sombre, « car il y a toujours de l’espoir.« 

Elle a indiqué que pour les Syriens qui ont un emploi, le salaire mensuel d’une famille suffit à peine pour une semaine.

« Beaucoup, beaucoup de gens ont vraiment faim. Ils n’ont même pas un repas par jour« , a-t-elle déclaré aux journalistes le 25 mai.

Mme Demerjian et Sœur Helen Mary Haigh, responsable de la délégation des Sœurs de Jésus et Marie d’Angleterre, du Liban et de Syrie, se sont exprimées lors d’une conférence de presse virtuelle parrainée par l’Aide à l’Église en détresse. Ils ont déclaré que les chrétiens de Syrie et du Liban s’accrochent à l’espoir de leur foi alors qu’ils subissent de graves difficultés économiques.

Mme Demerjian a rappelé les moments de la guerre civile où elle et les sœurs de son ordre se réveillaient tôt le matin à Alep, sans électricité ; elle a dit qu’elles tenaient un livre de prière dans une main et une bougie dans l’autre.

À lire aussi | Le pape François est-il sur le point de nommer de nouveaux cardinaux ?

« De nombreuses nuits, nous n’avons pas dormi à cause des bombardements et des bombes« , a-t-elle dit, ajoutant que les sœurs ont continué à rendre visite aux familles, en esquivant souvent les balles et les bombes.

Malgré les bombardements et les longues coupures d’électricité qui s’en sont suivies, et à manque d’eau de 35 jours consécutifs, dit-elle, « nous avons fait l’expérience très profonde de la providence de Dieu » et « chaque jour, chaque jour, nous avons fait l’expérience de la présence de Dieu.« 

Bien que le conflit se poursuive dans certaines parties de la Syrie, en particulier dans le nord-ouest, la situation « ne cesse de s’aggraver » en raison de la crise économique du pays, a déclaré Mme Demerjian.

Elle a cité le cardinal Mario Zenari, nonce apostolique en Syrie, qui a déclaré que 85 % de la population se trouve désormais sous le seuil de pauvreté.

« Beaucoup de jeunes sont déterminés à rester en Syrie, même s’ils peuvent partir. Ils veulent (rester) pour être une petite lumière dans l’obscurité« , a déclaré la religieuse née à Damas et d’origine arménienne, qui était ingénieur avant de répondre à l’appel de la vie religieuse.

Avec le soutien, en partie, de l’Aide à l’Église en détresse, certains jeunes adultes ont créé des centres d’espoir chrétiens à Alep, Homs, Lattaquié et Damas. Ils parrainent des microprojets, des formations professionnelles, l’amélioration des compétences des étudiants universitaires et des séances de devoirs après l’école pour les enfants d’âge scolaire. À Alep, par exemple, 90 diplômés universitaires ont ainsi obtenu un emploi, a-t-elle déclaré.

Malgré toutes les horreurs et les souffrances que les chrétiens syriens ont endurées, Mme Demerjian a déclaré que « les églises sont pleines, remplies de gens qui prient avec une confiance qu’ils dépendent totalement de la main de Dieu. Et, comme nous, ils sentent qu’un jour la lumière viendra de cette obscurité« .

Haigh a noté qu’elle a soit vécu au Liban, soit visité le pays depuis plus de 30 ans. « Cela fait vraiment partie de moi« .

Elle a déclaré qu’elle n’aurait jamais pu imaginer qu’il y aurait un tel besoin d’aide au Liban, un pays autrefois à revenu moyen aujourd’hui englouti dans une crise économique étouffante, décrite par la Banque mondiale comme l’une des pires au monde depuis les années 1850.

Elle a noté l’effondrement « dramatique » de la monnaie libanaise de 90% et l’effet dévastateur qu’il a eu sur le pays, de sorte que « 90% de la population est extrêmement pauvre. Ils ressentent la faim« , a-t-elle déclaré.

Ce qui équivalait à 1 000 dollars ne vaut plus que 40 dollars.

En ce qui concerne les écoles et les hôpitaux gérés par des ordres religieux ou des diocèses, « certains ont déjà fermé, d’autres sont sur le point de le faire et d’autres encore devront bientôt faire face à cette possibilité« , a déclaré Mme Haigh.

« Nous devons nous rappeler que le Liban a été un havre de paix pour les chrétiens qui ont constitué une proportion importante du pays.« 

Faisant référence à la déclaration du pape Jean-Paul II en 1989, selon laquelle « le Liban est plus qu’un pays. C’est un message de liberté et un exemple de pluralisme pour l’Orient et l’Occident« , a souligné Sœur Haigh : « Nous ne pouvons pas laisser le Liban tomber. Nous ne pouvons pas laisser le Liban perdre son peuple chrétien. Je le dis de tout mon cœur« .

« Il est essentiel, pas seulement pour son petit bout de terre, mais pour l’espoir et la promesse qu’il donne aux nombreux autres chrétiens du Moyen-Orient« , a-t-elle ajouté.

À lire en anglais sur CRUX

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Le pape François est-il sur le point de nommer de nouveaux cardinaux ?

Le pape François est-il sur le point de nommer de nouveaux cardinaux ?

L'Église orthodoxe ukrainienne déclare sa pleine indépendance

L’Église orthodoxe ukrainienne déclare sa pleine indépendance