in , , ,

L’Église mexicaine dénonce la mort de Camila ainsi que les représailles

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Le récent décès d’une fillette de huit ans nommée Camila a suscité une condamnation de l’Église catholique mexicaine, notamment de l’archidiocèse primatial de Mexico, qui a qualifié que ces événements nous détruisent petit à petit.

Après l’enlèvement de Camila, un enquêteur local a reçu des appels exigeant une rançon pour la libération de la fillette. Le corps de Camila a ensuite été découvert sur la route reliant Taxco à Cuernavaca, dans l’État mexicain voisin de Morelos.

La situation s’est aggravée suite à l’intervention de groupes d’autodéfense. Les habitants de la région ont identifié trois suspects, deux hommes et une femme, à partir des images des caméras de sécurité. Ils ont violemment attaqué ces individus, entraînant la mort de la femme et des blessures graves pour les deux autres.

Deux des suspects ont été arrêtés et accusés d’être impliqués dans le crime de Camila. José de Jesús González Hernández, évêque de Chilpancingo-Chilapa, dont le diocèse englobe la région de Taxco, a déploré la mort de Camila et a condamné l’esprit de rébellion, d’impulsivité et d’inhumanité qui a conduit à la mort d’une autre personne.

Il a mis en évidence l’importance cruciale de la protection des droits humains, sans laquelle la société pourrait s’effondrer. De plus, Francisco Javier Martínez Castillo, l’évêque auxiliaire de Puebla, a offert une prière spéciale pour la jeune Camila et pour apporter du réconfort à sa famille. Dans son homélie, il a incité les catholiques à résister à « la mort et la violence, le dédain et les violations de la vie« .

Les événements tragiques autour de la mort de Camila ont été décrits comme étant indicatifs de nombreux problèmes qui ont ébranlé le tissu social. Ils ont également été comparés à un certain nombre d’autres filles mortes et de cas de lynchage par la « justice populaire« , ainsi qu’à des injustices persistantes.

À lire aussi | Plus de 50 000 personnes fuient la capitale d’Haïti

« De quoi avons-nous besoin, en tant que société, pour comprendre qu’en permettant ces événements, nous nous détruisons petit à petit ? Combien de filles mortes en plus ? Combien de lynchages en plus ? Combien d’injustices en plus ? Quand comprendrons-nous que la violence ne fait qu’engendrer davantage de violence ?« 

L’Église catholique a appelé au rejet des sentiments d’égoïsme, de peur et d’amertume, de souffrance et de mort, et a souligné que rien ne devrait guider notre chemin ou avoir le dernier mot sur le destin du pays. Elle a rappelé que « Jésus est vivant, tout comme son message« .

Dans le cadre de cette situation, l’archidiocèse a posé des questions quant au nombre de filles mortes, au nombre de cas de lynchages par la « justice populaire » et à la persistance d’injustices, demandant quand nous comprendrons que le recours à la violence ne fait qu’aggraver les choses.

Il a exhorté le public à rejeter les sentiments négatifs et à continuer à chercher la joie et l’espérance.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire