in ,

Plus de 50 000 personnes fuient la capitale d’Haïti

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les Nations Unies ont signalé que plus de 50 000 personnes ont été forcées de fuir Port-au-Prince en Haïti le mois dernier en raison de la montée de la violence des gangs dans la capitale.

Entre le 8 et le 27 mars, 53 125 personnes ont quitté la ville, selon un rapport de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des Nations Unies.

Ce déplacement massif s’ajoute aux 116 000 personnes déjà déplacées dans le pays ces derniers mois. La grande majorité des personnes qui ont fui Port-au-Prince en mars ont cité la violence et l’insécurité comme raison de leur départ.

Ce déplacement a eu lieu alors qu’Haïti connaît une augmentation de violence depuis février, lorsque les gangs criminels se sont unis pour attaquer des postes de police, des prisons, l’aéroport et le port maritime. Ils cherchent à renverser le Premier ministre Ariel Henry, qui est au pouvoir depuis l’assassinat du président Jovenel Moïse en 2021.

Le pays est dévasté depuis des décennies par la pauvreté, les catastrophes naturelles, l’instabilité politique et la violence des gangs. L’assassinat de Moïse a déclenché des mois d’insécurité croissante, qui ont abouti aux affrontements de février. Les combats ont entraîné une grave crise humanitaire, avec une pénurie de nourriture et un effondrement quasi total des infrastructures de santé dans le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental.

A lire aussi | « Dignitas Infinita » : Le Vatican publiera une déclaration sur la dignité humaine

Selon un rapport de l’ONU publié la semaine dernière, 1 554 personnes sont décédées et 826 ont été blessées entre janvier et mars de cette année. Le rapport décrit également une violence sexuelle généralisée, y compris des femmes forcées d’avoir des relations sexuelles avec des membres de gangs, des viols d’otages et de femmes après avoir vu leurs maris assassinés devant elles.

Malgré l’embargo international sur les armes mis en place pour tenter d’arrêter la violence, le rapport indique qu’il y a toujours un approvisionnement fiable en armes et munitions traversant les « frontières poreuses » d’Haïti.

Ariel Henry, a annoncé le 11 mars qu’il démissionnerait pour céder la place à un conseil de transition. Cependant, des semaines plus tard, le conseil n’a toujours pas été formé et installé en raison de désaccords entre les partis politiques et d’autres parties prenantes sur le nom du prochain Premier ministre et en raison de doutes sur la légalité du conseil.

Le Kenya, qui a accepté de diriger une mission de sécurité tant attendue approuvée par l’ONU en Haïti, a suspendu ses plans jusqu’à ce que le conseil de transition soit établi.

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire