in , , , ,

Les catholiques en Chine doivent s’inscrire en ligne pour prier

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les autorités d’une province centrale de la Chine communiste ont demandé aux adeptes de toutes les religions de s’inscrire en ligne pour obtenir l’autorisation d’assister à tous les services de prière dans les lieux de culte, rapporte un groupe de défense des droits.

Les fonctionnaires de la province du Henan ont récemment publié une circulaire pour mettre en œuvre un ordre qui exige une réservation préalable et l’approbation du département religieux provincial pour toute personne souhaitant assister à des services dans des églises, des mosquées ou des temples bouddhistes, a rapporté ChinaAid le 6 mars.

Les adeptes d’une religion doivent effectuer des réservations et prendre des rendez-vous en ligne par le biais d’une application appelée « Smart Religion » et ils doivent sélectionner le lieu où ils assisteront aux offices.

Les demandeurs doivent fournir des informations personnelles, notamment leur nom, leur numéro de téléphone, leur numéro d’identification, leur résidence permanente, leur profession et leur date de naissance, avant de pouvoir effectuer une réservation.

L’application, développée par la Commission des affaires ethniques et religieuses de la province du Henan, n’autorise pas les mots-clés religieux tels que temple, mosquée, christianisme et catholicisme.

Le Henan est la troisième province la plus peuplée et compte l’une des plus grandes populations chrétiennes de Chine. Selon les données officielles, environ sept millions des 98 millions d’habitants de la province sont chrétiens.

La majorité des chrétiens sont des protestants appartenant à diverses églises de maison basées dans les zones rurales de la province.

Certains craignent que les personnes âgées qui ne savent pas utiliser les applications de téléphonie mobile pour faire des réservations ne soient isolées. Les fonctionnaires ont toutefois déclaré que le personnel les aiderait à le faire.

ChinaAid a signalé qu’en raison de l’obligation d’obtenir une autorisation, le nombre de chrétiens assistant aux offices dans les églises a chuté.

Deux chrétiens qui ont demandé à ne pas être nommés ont raconté au China Christian Daily que lors d’un service dominical dans une église de la ville de Zhengzhou, on leur a dit de ne pas prendre de photos, de ne pas faire de vidéos et de ne pas écrire sur leur cyberespace à propos du service.

Les participants sont restés assis à distance et les hommes ont été séparés des femmes.

Selon les médias, l’application en ligne « Smart Religion » a été lancée pour la première fois en août dernier, un mois après que le ministère chinois des affaires ethniques et religieuses a organisé un symposium sur la construction d’une plateforme de gestion des « big data » religieuses dans le Henan. L’application a depuis été déployée dans toute la province.

L’idée proviendrait de l’Administration d’État des affaires religieuses, l’organe suprême du Parti communiste chinois qui supervise les affaires religieuses dans le pays.

Les groupes de défense des droits de l’homme affirment que ces mesures font partie du système de surveillance et de contrôle des religions et des affaires religieuses mis en place par le régime chinois, même si les autorités affirment vouloir protéger les droits des croyants.

Les autorités communistes visent à gérer strictement les religions de manière globale afin que les adeptes des religions suivent et mettent en œuvre les idéologies et les objectifs politiques du parti, a rapporté ChinaAid.

La Chine est officiellement un État athée. Toutefois, elle reconnaît l’existence légale de cinq religions organisées : le bouddhisme, le taoïsme, l’islam, le catholicisme et le protestantisme.

À lire aussi | Qu’advient-il de notre corps après la mort ?

Le gouvernement gère plusieurs organismes chargés de réglementer les affaires des religions légalement reconnues. Tous les membres du clergé et toutes les entités religieuses sont tenus de s’enregistrer auprès du gouvernement et de suivre des politiques strictes, sous peine de faire l’objet de poursuites pénales et de sanctions sévères.

L’association mondiale de défense des droits des chrétiens Open Doors a classé la Chine au 16e rang des 50 pays où il est le plus difficile d’être chrétien.

Cet article a été publié originellement par UCA News (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire