Près d'une femme sur deux en Autriche est incitée à avorter

Selon un nouveau sondage représentatif, une femme concernée sur deux en Autriche subit des pressions fortes ou très fortes pour qu'elle procède à un infanticide prénatal. C'est ce qui ressort d'une enquête menée par l'institut d'études de marché IMAS à la demande de l'initiative citoyenne "#fairändern", dont les résultats ont été présentés mardi à Innsbruck.

"La pression exercée sur les femmes est souvent énorme et ne consiste plus depuis longtemps à avoir le plus d'enfants possible, mais à avorter", a déclaré Petra Plonner, la présidente de "#fairändern". Cette initiative s'engage pour la protection de la vie en Autriche.

Daniela Karall, présidente de la Société autrichienne de pédiatrie, a entre-temps critiqué le fait qu'il n'existe pas de statistiques officielles sur l'avortement :

"Il y a une grande désinformation autour de ce sujet et avec une estimation de 30.000 avortements par an, nous ne pouvons pas nous permettre de fermer les yeux. Il est urgent de disposer de statistiques et d'une recherche sur les motifs de l'avortement en Autriche, comme il en existe dans la plupart des autres pays, afin de pouvoir apporter une aide ciblée et plus efficace".

L'enquête IMAS a montré que près des trois quarts de la population souhaitent davantage de soutien pour les femmes en conflit avec leur grossesse, "afin de permettre un oui à l'enfant". Une proportion similaire de la population voit une pression croissante en faveur de l'avortement lorsque les médecins soupçonnent un handicap chez l'enfant à naître.

Plus de 80% des personnes interrogées souhaitent que les médecins proposent davantage de conseils et sont favorables à l'introduction dans la loi d'un délai de réflexion avant un avortement.

À lire aussi | Les catholiques en Chine doivent s'inscrire en ligne pour prier

Au vu des résultats de l'enquête sur les enfants potentiellement handicapés, Marianne Hengl, présidente de l'association RollOn Austria, elle-même en fauteuil roulant, a déclaré qu'il était temps de changer cela :

"Il est inhumain qu'en cas de suspicion de handicap, un fœtus puisse être avorté jusqu'à la naissance au-delà du régime du délai. C'est une évaluation de la vie handicapée et de la vie non handicapée qui n'appartient à personne et une terrible discrimination des personnes handicapées".

Cet article a été publié originellement par Catholic News Agency (Lien de l’article).

Napo
Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Légitimiste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *