in , , , , , ,

Les choix de Sainte Gemma Galgani

IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Sainte Gemma Galgani, une des plus belles filles de Toscane a été frappée par une terrible maladie et a choisi de souffrir plus dans son âme que dans son corps.

Décédée à l’âge de 23 ans en 1905, Gemma Galgani a été, au cours de sa courte vie, confrontée à quatre reprises à des choix de crucifixion. Elle les a acceptés pour mieux s’unir au Christ, l’Époux qu’elle a choisi.

La beauté n’est pas, chez les saints, un don du Ciel, mais un malheur. Pourtant, à huit ans, Gemma est déjà si belle que l’on se tourne vers elle dans les rues de Lucques, séduit par ses yeux immenses, la délicatesse de ses traits à faire pâlir d’envie la Madone de Raphaël. Son père en était fier et manifestait à la jeune fille, au détriment de ses sept autres enfants, une tendresse passionnée et injuste qui la laissait dans l’embarras. Sa mère aussi, Aurelia Galgani considère comme anormal cet amour paternel trop exclusif, contre lequel elle se bat.

Cette femme de 38 ans, rongée par la tuberculose, savait qu’elle allait bientôt mourir et que, dans quelques mois, Gemma serait confiée à ce père étrange. L’enfant le savait aussi et s’accrochait désespérément à sa mère mourante, courant vers elle dès qu’elle rentrait de l’école et refusant de la quitter, inconsciente du risque de contagion.

Un jour, Mme Galgani, rongée par l’angoisse, posa à sa fille cette étrange question :

« Si c’était possible, est-ce que tu ferais quelque chose pour moi ? « Si c’était possible, voudrais-tu venir avec moi au paradis ?« 

Gemma répond par l’affirmative en sanglotant. Peu après, son père décida de la faire sortir de la maison et de l’envoyer chez une tante. Emprisonnée, Gemma a demandé :

« Qui me parlera de Jésus et du fait que je vais quitter maman ?« 

La réponse ne se fait pas attendre : Jésus s’en chargera.

Au début du mois de novembre 1886, alors qu’elle priait à l’église, Gemma entendit le Christ lui demander :

« Veux-tu me donner ta maman ?« .

La signification n’aurait pu être plus douloureuse pour elle, mais elle répond par l’affirmative.

Aurelia Galgani meurt et la vie mystique de sa fille commence. Neuf années s’écoulent. En 1895, à l’âge de 17 ans, Signorina Galgani est la plus belle fille de Toscane. Son père espère trouver à Gemma un mari suffisamment riche pour redresser ses affaires.

Pour ce faire, il oblige la jeune fille à se parer d’accessoires et de bijoux élégants, dont une montre en or et une croix ornée de pierres semi-précieuses qui enchantent l’adolescente.

Devant son miroir, parée de ses bijoux, Gemma se croit enchanteresse. Mais derrière elle apparaît un jeune homme radieux qu’elle n’avait jamais vu entrer et qui la regarde tristement : c’est son ange gardien.

D’une voix sévère, il lui dit :

« Les seuls bijoux qui ornent l’épouse d’un Roi crucifié sont les épines et la croix« .

Gemma enlève ses bijoux, sa robe élégante, ses accessoires inutiles. Elle ne les portera plus jamais, se contentant de vêtements noirs et informes et évitant le regard des hommes.

Le Christ lui demande de l’épouser. Elle dit oui, elle est prête à en payer le prix, aussi lourd soit-il.

En 1897, M. Galgani meurt, laissant ses enfants dans une situation financière délicate. Une fois de plus, trouver à Gemma un mari riche semblait être la seule chance de sauver sa famille des ennuis. Et c’est un mari bien intentionné qui se présenta. Désespérée, Gemma supplia son bien-aimé de la débarrasser de sa beauté. Il l’entendit. La tuberculose familiale la frappa, et sous sa forme la plus grave.

En quelques semaines, criblée de tumeurs à la colonne vertébrale, cachectique et clouée au lit, Gemma faisait fuir les prétendants. Elle souffre atrocement, se rebelle contre cette croix qu’elle a voulue, mais qui lui semble désormais insupportable. Elle voudrait redevenir comme les autres, en bonne santé, avec la vie devant elle !

Le veut-elle vraiment ? Et à quel prix ?

Cette nuit-là, un homme apparaît à son chevet, sombre et troublant de séduction, élégant, souriant, aux manières de grand seigneur. Tirant la conversation, il la plaint de tant de souffrances, « d’endurer tant de tortures« … Avec un sourire apitoyé, il lui dit :

« Mais comment peut-il dire qu’il t’aime ? Regarde comment Il te traite ! Crois-moi : en vérité, Il est méchant et hait ceux qui L’aiment… Regarde ce qu’Il fait à ses amis… Moi, par contre, je suis en bons termes avec les miens« .

Gemma reconnaît le visiteur indésirable ; se redressant, elle lui crie :

« Dehors, Satan ! Mon âme passe avant mon corps !« 

Le visage défiguré par la haine et la colère, le démon disparaît, non sans lui avoir promis de lui faire payer ce choix insensé.

A la tuberculose osseuse qui s’aggrave et la prive de l’usage de ses jambes, s’ajoutent une mastoïdite puis une méningite. Les médecins tentent de soigner le corps de Gemma, mais en vain.

Une nuit d’agonie, la jeune fille n’arrive pas à dormir. Quelqu’un, pour la troisième fois, entre dans sa chambre sans passer par la porte. Dans la lumière, un très jeune homme vêtu de la robe austère et rayonnante des Passionistes. Avec un doux sourire, il s’est approché et a dit :

« Gemma, ma chère petite sœur… Je suis Gabriele de l’Addolorata, et je suis venu de la part de Dieu pour te demander quelque chose. Veux-tu aller au ciel avec moi maintenant, ou acceptes-tu de rester sur cette terre et de souffrir pour le salut des pécheurs ?« 

Si elle accepte de rester ici-bas, Gemma sera guérie de toutes ses misères physiques, mais connaîtra de grandes souffrances spirituelles. Sa gloire éternelle augmentera proportionnellement aux croix acceptées.

Gemma choisit alors les épines et la croix offertes par son Époux. À l’aube, le médecin qui était venu la déclarer morte la trouva debout, guérie.

À lire aussi | Les Saints Anges à la résurrection

Gemma vit encore cinq ans et ne cesse d’offrir son temps pour la guérison des malades. Cinq années d’épreuves, de signes incroyables, de visites angéliques, de vexations diaboliques, de stigmates. Et elle bénit Dieu, car elle a compris ce que le Christ lui a enseigné :

« Si vous voulez vraiment m’aimer, apprenez d’abord à souffrir, car la souffrance vous apprend à aimer. La croix est le trône des vrais amoureux« .

Cet article a été publié originellement par Aleteia (Lien de l’article).

Publié par Napo

💻Administrateur ▪️
✝ Catholique Royaliste et Social ▪️
✝ Diocèse de Léon 〓〓 ▪️
✝ Adepte de la pensée Déhonienne ▪️
🔗 Liens : https://linkr.bio/lecatho

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire

Les Saints Anges à la résurrection

Les Saints Anges à la résurrection

Le diable ne peut rien face à une vie de prière

Le diable ne peut rien face à une vie de prière