Les Saints Anges à la résurrection
in , , , , , ,

Les Saints Anges à la résurrection


IMPRIMER CET ARTICLE / Faire un don à Lecatho.fr

Les Saints Anges ont un glorieux sens de l’humour. Lorsque les disciples sont venus trouver Jésus après avoir appris sa résurrection, ils ont couru aussi vite qu’ils le pouvaient jusqu’au tombeau où des anges les ont accueillis avec un esprit saint.

Ils leur ont dit : « Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ?« . On ne peut qu’imaginer le ricanement qu’ils ont dû retenir à cette déclaration.

Et pourtant, leur commentaire a servi de clé pour déverrouiller la plus grande réalisation que le monde ait jamais connue. Car ils ont continué en disant :

« Il n’est pas ici, mais il est ressuscité. Souvenez-vous de ce qu’il vous a dit, lorsqu’il était encore en Galilée : il faut que le Fils de l’homme soit livré aux pécheurs, qu’il soit crucifié et qu’il ressuscite le troisième jour.« 

Eux, les disciples, à qui l’on a répété à maintes reprises et de différentes manières, pendant le ministère de Jésus, qu’il mourrait et ressusciterait, se sont finalement « souvenus de ses paroles« .

Comment ont-ils pu oublier ?

Très facilement.

Nous le faisons aussi. Combien de fois recevons-nous la semence de la foi avec l’impatience de la voir fleurir, avant de nous rendre compte que nous l’avons plantée sur un sol rocailleux où elle ne peut pas survivre ? Ou peut-être est-elle plantée parmi les épines, puis étouffée jusqu’à la mort ? Combien de fois agissons-nous avec zèle pour atteindre le plus haut degré de connaissance et de sagesse de notre Dieu, puis succombons aux distractions du monde ? Pire encore, combien de fois justifions-nous notre mondanité par de « saintes excuses » qui rationalisent notre ignorance ?

Plus souvent que nous ne le pensons.

Et pourtant, les anges nous apparaissent de manière sournoise et nous rappellent par leurs paroles directrices : « Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ?« 

À leur décharge, les disciples qui sont arrivés au tombeau vide ont fait l’expérience d’une vérité incroyable ce jour-là. Personne n’était jamais ressuscité d’entre les morts et personne ne l’a jamais fait depuis. Une telle nouvelle était difficile à comprendre et ils avaient besoin d’une véritable « excuse sacrée » pour rationaliser leur ignorance. Tel est le pouvoir de la grâce sanctifiante.

Nous, les êtres humains, existons en tant qu’effusion de l’amour de Dieu. Sans lui, nous ne sommes rien. Il en a toujours été ainsi, même avant la résurrection. Après la résurrection, cependant, nous avons reçu l’immense bénédiction de la grâce sanctifiante qui opère en pleine force comme un aimant pour tous ceux d’entre nous qui désirent des réponses à leurs questions existentielles, un sens à leur vie et de l’amour dans leur cœur. Lorsque nous courons aussi vite que possible vers ce don, nous devenons comme les disciples qui ont couru vers le tombeau ce dimanche matin et nous nous « souvenons de ses paroles ».

Saint Paul nous rappelle :

« Si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous savons que le Christ, une fois ressuscité d’entre les morts, ne mourra plus jamais ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Sa mort a été la mort au péché, une fois pour toutes ; sa vie est la vie pour Dieu. De même, vous devez vous considérer comme morts au péché, mais vivants pour Dieu dans le Christ Jésus » (Romains 6, 8-11).

La Vierge a fait l’expérience de la grâce sanctifiante au moment de sa conception. En conséquence, elle a reçu une connaissance infuse des vérités divines, dont le mystère de la résurrection. Bien qu’aucune de ses connaissances n’ait jamais été complète à 100 % (1 Corinthiens 2:11), car personne ne peut connaître la pensée de Dieu, elle était celle qui comprenait le mieux ses paroles en raison de son rôle unique de Theotokos, de porteuse de Dieu et de Mère de Dieu. C’est la raison pour laquelle elle a pu persévérer pendant la passion et la mort de son Fils. C’est aussi la raison pour laquelle elle a gardé l’espoir pendant les trois jours où il était au tombeau.

Mais quelle joie elle a dû ressentir ce dimanche matin !

Sa connaissance infuse et son amour sans surprise, c’est ce qu’elle partage avec nous en tant que mère spirituelle. Se consacrer totalement à elle, c’est obtenir d’elle les mêmes grâces qui ont permis à sa semence de foi d’être plantée dans une âme riche pour qu’elle puisse « produire du fruit au cent, au soixante ou au trente fois » (Matthieu 13, 8).

À lire aussi | 100 chrétiens abattus durant la Semaine Sainte au Nigeria

Marie est cette terre riche dans laquelle nous plantons nos graines d’espérance. Elle est la même terre dans laquelle Notre Seigneur a été semé et a grandi. Et c’est par elle que nous sommes tous nés de nouveau et ressuscités dans la vie éternelle.

« Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ qui, dans sa grande miséricorde, nous a fait renaître à une espérance vivante par la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts » (1 Pierre 1:3).

Cet article a été publié originellement par CatholicExchange (Lien de l’article).

Qu'est-ce que tu penses de l'article ?

Laisser un commentaire

Un commentaire